Le vieux Tbilissi

Le centre historique de Tbilissi compte de nombreuses églises (comme vous avez pu le constater dans mon précédent article) ainsi que d’autres bâtiments notoires et des monuments plus modernes. Mais les rues les plus anciennes abritent encore de nombreuses habitations décrépites qui sont progressivement rénovées ou transformées.


Façades délabrées du centre historique


Maisons rénovées


Quartier des thermes


Mosquée


Fontaine Wallace offerte par la France en 1918, à l’occasion de l’indépendance du pays


Tour-horloge de Rezo Gabriadze (2010)


Statue de Saint-Georges terrassant le dragon, place de la Liberté

Cette statue a remplacé une statue de Lénine, démolie en 1991.


Ruines de la forteresse Narikala (IVème siècle)

La forteresse, créée au IVe siècle, fut agrandie par les Omeyyades au VIIe siècle et plus tard, par le roi David le Bâtisseur (1089-1125). Son nom actuel est une déformation du nom donné par les Mongols : Narin Qala, signifiant « petite forteresse ».

 

Les églises orthodoxes de Tbilissi

A l’instar de l’église orthodoxe d’Arménie, l’église orthodoxe de Géorgie est autocéphale, c’est-à-dire indépendante de toute autre autorité religieuse. Tbilissi compte un très grand nombre d’églises qui attestent de l’importance de la religion dans l’histoire et dans l’identité culturelle du pays. Elles édictent un code vestimentaire strict. Par exemple, les femmes sont tenues d’être voilées.


Eglise orthodoxe Antchiskhati (VIème siècle)


Eglise orthodoxe Saint-Georges de Kachvéti (début du XXème siècle)


Eglise orthodoxe arménienne Jvaris Mama (XVIème siècle)


Eglise orthodoxe de la Dormition de la Vierge de Metekhi (XIIème siècle)


Eglise orthodoxe arménienne Saint-Georges de Tbilissi (XIIIème siècle)


Cathédrale orthodoxe Sioni (XIIème siècle)


Cathédrale de la Trinité (2004)

 

Musée du génocide arménien

Ce musée dédié au génocide arménien est remarquable. Par chance, l’ensemble des commentaires qui accompagnent les documents présentés sont traduits en français. Le musée présente la chronologie des faits en commençant par la situation des arméniens dans l’empire ottoman à la fin du XIXème siècle. Je connaissais peu l’histoire du génocide. J’ai pris conscience à la fois de l’ampleur de la tragédie mais également de l’importance de ce génocide dans la suite de l’Histoire du XXème siècle et son influence sur la Shoah. Le musée présente les faits en cherchant à démonter les mécanismes qui ont conduit à la déportation et aux massacres perpétrés principalement entre 1915 et 1916. Je vous invite à lire l’article Wikipedia pour plus d’informations sur le sujet.

Vous trouverez ci-dessous des photos du mémorial.

 

Bibliothèque Matenadaran

J’ai déjà eu l’occasion de dire l’importance de la langue arménienne dans l’identité du pays. Cette très belle bibliothèque expose une collection unique de manuscrits anciens décorés d’enluminures. Je vous renvoie au site de la bibliothèque qui présente quelques photos. Voir également l’article de Wikipedia.

 

Mosquée bleue, Erevan

Il existe une mosquée sur ce site depuis 1765. Durant l’ère soviétique, toutes les mosquées d’Erevan furent fermées. En outre, la guerre du Haut-Karabagh entraîna la fuite de la plupart des musulmans d’Erevan. Cette mosquée est la seule à avoir survécu. Elle fut reconstruite à la fin des années 90 grâce à des fonds iraniens.

 

La mère de l’Arménie

Cette statue érigée en 1967 remplaça une statue monumentale de Staline, inaugurée en 1950 et déboulonnée en 1962. La statue actuelle mesure 22 m de haut. Elle est placée sur un socle de 29 m qui abrite le musée de la Défense, consacré principalement aux soldats arméniens ayant combattu durant la seconde guerre mondiale et pendant le conflit du Haut-Karabagh. Etonnamment, Charles Aznavour figure en bonne place dans le musée. Le site, au coeur du parc de la Victoire, abrite également une tombe du soldat inconnu et d’anciens véhicules militaires.




 

Monastère de Geghard

Ce monastère, aussi baptisé Sainte-Lance de Geghard (pour les reliques de la Sainte-Lance qu’il aurait abrité), aurait été fondé au temps des premiers chrétiens entre le IVème et le VIIIème siècle. Le complexe actuel a été bâti au XIIIème siècle. Il fut plusieurs fois endommagé par des séismes et reconstruits. Il est classé depuis l’an 2000 au patrimoine mondial de l’Unesco.

 

Temple de Garni, Arménie

Ce temple ionique, bâti au premier siècle de notre ère, par le roi Tiridate 1er d’Arménie, est le dernier vestige subsistant en Arménie de la période hellénistique. Le temple fut pratiquement détruit lors d’un séisme en 1679. Il fut reconstruit entre 1966 et 1976.


Campagne alentour

L’Arménie est un pays enclavé (sans façade maritime) et très montagneux. Erevan, elle-même, se situe à environ 1000 mètres d’altitude. Le pays dispose de peu d’infrastructures routières, ce qui complique encore plus les déplacements.


Orgues basaltiques

 

Statues d’Erevan

Voici quelques photos des innombrables statues qui peuplent et embellissent la capitale arménienne. Nous sommes en pleine construction du récit national… Evidemment les statues de Lénine, Staline et Marx ont disparu.

De gauche à droite et de haut en bas :

  • photo 1 : Zoravar Andranik (1865-1927), militaire – inaugurée en 2002
  • photo 2 : Vardan II Mamikonyan (?-451), chef militaire – inaugurée en 1985

  • photos 3 et 4 : Yeghishe Charents (1897-1937), poète, victime des purges staliniennes – inaugurée en 1985
  • photo 5 : Vahan Teryan (1885-1920), poète et politicien – inaugurée en 2000
  • photo 6 : chien de race gampr (ou berger arménien), endémique de la région – inaugurée en 2018 (offert par la communauté arménienne des Pays-Bas)
  • photo 7 : l’Arménie ressuscitée – inaugurée en 1985
  • photo 8 : Komitas (1869-1935), prêtre et musicien né en Turquie, mort en exil en France – inaugurée en 1988
  • photo 9 : Aram Khachatryan (1903-1978), compositeur – inaugurée en 1999
  • photo 10 : Hovhannès Toumanian (1869-1923), écrivain – inaugurée en 1957
  • photo 11 : Alexandre Spendarian (1871-1928), compositeur – inaugurée en 1957
  • photo 12 : Arno Babadzhanyan (1921-1983), pianiste – inaugurée en 2003
  • photo 13 : Smoking woman de Fernando Botero – inaugurée en 2012
  • photo 14 : Big Blue Kiwi de Peter Woytuk
  • photo 15 : Guerrier romain de Fernando Botero – inaugurée en 2002
  • photo 16 : Chat de Fernando Botero – inaugurée en 2002
  • photo 17 : Aram Manoukian (1879-1919), politicien, révolutionnaire et général – inaugurée en 2018
  • photo 18 : Lion
  • photo 19 : Alexander Myasnikyan (1886-1925), révolutionnaire bolchevik – inaugurée en 1980