Pluies tropicales à Cobá

Le site maya de Cobá se situe à peu près à mi-distance de Tulum et de Valladolid (les deux villes étant elles-mêmes distantes d’environ 100 km). Cobá constituait donc une visite idéale avant de nous rendre à Valladolid, notre nouvelle étape.

Cobá a été l’une des cités importantes du monde maya à la période classique (entre 500 et 1000). La plupart des vestiges du site datent d’ailleurs de cette époque. Comme Tulum, la cité a été abandonnée au XVIème siècle, la jungle envahissant progressivement toutes les structures jusqu’à ensevelir la plupart d’entre elles. Ce n’est que dans les années 1920, que les archéologues entreprirent l’exploration du site. Jusque dans les années 1970, aucune route ne menait à Cobá.

Contrairement au site de Tulum qui est très aéré, la cité de Cobá est encore largement envahie par la jungle. On se sent un peu comme Indiana Jones, au milieu de ces temples, transpercés par les arbres ou cachés sous la végétation tropicale. Le site est très vaste. Il s’étendrait sur 80 km2. Seule une petite partie est accessible.

En arrivant à Cobá, nous avons été surpris par le nombre de touristes. Sur la route, entre Tulum et Cobá, il n’y avait pratiquement aucune voiture. J’en ai déduit, a posteriori, que ces touristes devaient venir de Cancún, la distance permettant de faire l’aller-retour dans la journée.

Les billets en poche et avec quelques boissons achetées à la supérette du coin, nous entrâmes dans le site. Nous déclinâmes les propositions des nombreux guides locaux, préférant explorer à notre rythme les ruines enfouies dans la jungle. Les distances étant assez grandes entre les ensembles à visiter, des vélos sont proposés à la location, et de nombreux cyclo taxis haranguent les touristes après l’entrée, pour leur proposer d’économiser leurs forces. Bien que le ciel était couvert, nous décidâmes de privilégier la marche. J’avais lu auparavant qu’il ne devait pas pleuvoir avant la toute fin d’après-midi. Nous n’étions alors qu’en début d’après-midi. Après 3/4 d’heure de visite des premières ruines, la pluie se mit à tomber, doucement d’abord, puis un peu plus violemment. Manque de chance, nous avions oublié nos capes de pluie dans le coffre de la voiture. Pourtant, je les avais bien préparées en vue de notre visite! Nous nous abritâmes sous les épais feuillages de la forêt tropicale. D’autres personnes s’abritèrent à une centaine de mètres sous le toit végétal d’une ruine maya restaurée. Au début, notre abri suffit. Puis, la pluie se mit à tomber beaucoup plus dru. Nous commencions à être bien mouillés. Et l’orage s’intensifia encore jusqu’au moment où un éclair déchira le ciel avec le fracas quasi simultané du tonnerre. La foudre ne devait pas être tombée très loin de nous! Nous sursautâmes.  Prenant conscience que nous ne pouvions rester plus longtemps sous les arbres, nous nous mîmes à courir vers la structure maya au toit végétal. Cette course d’une centaine de mètres sous une pluie tropicale intense nous trempa jusqu’aux os. Nous restâmes peut-être une demi-heure sous ce nouvel abri, sans que la pluie ne réduisît d’intensité. Finalement, l’orage s’éloigna et la pluie s’arrêta quasiment. Elle était alors suffisamment douce pour que nous pussions marcher sous les arbres de la forêt tropicale sans nous mouiller davantage. Nous sortîmes prudemment de notre abri nous apprêtant à retourner à l’entrée du parc. Finalement, la pluie s’arrêta complètement et nous pûmes marcher jusqu’à la pyramide de Nohoch Mul, la plus haute structure du site, avec 42 m de haut.

L’ascension de la pyramide de Nohoch est difficile. Contrairement à ce que l’on a pu voir par la suite sur d’autres sites, l’escalier de pierres, très raide, avec des marches hautes et irrégulières, n’a pas été restauré. Il est d’autant plus dangereux quand il a plu. L’ascension est difficile. Mais la descente l’est encore plus, car il n’est alors plus possible de s’aider des mains, sauf à descendre face à la pyramide, ce qui est également compliqué. Malgré les conditions, avec beaucoup de prudence nous fîmes l’ascension. Nous fûmes récompensés par une vue extraordinaire sur la canopée. Depuis le haut de la pyramide, nous prîmes conscience que cette région était couverte par la jungle à perte de vue dans toutes les directions.

Pour faire les 2 km nécessaires pour revenir à l’entrée, nous fûmes bien heureux de trouver des cyclos taxis que nous avions snobés à l’aller.

La voiture retrouvée et après une heure de route, nous arrivâmes à l’hôtel de Valladolid, dans un état piteux. Plus que jamais, la douche fut un moment délicieux.

Cenote Casa Tortuga

Casa Tortuga est le premier cénote que nous ayons visité. Il est proche de Tulum. Le site est magnifique avec une eau cristalline de couleur émeraude. Il est en fait composé de 3 cénotes. Les deux premiers cénotes sont, en partie, souterrains. La visite se fait avec un gilet de sauvetage et accompagné d’un guide. On entre dans l’eau à une extrémité, on passe ensuite sous une grotte et on ressort au jour à l’autre extrémité. Pour le premier cénote, le niveau de l’eau était très élevé du fait des pluies du futur ouragan Michael. Nous devions progresser dans l’eau avec beaucoup de précaution pour éviter de nous cogner la tête contre une stalactite. Pour le second, il était plus facile de nager. En revanche, il était plus profond avec une profondeur allant jusqu’à 8 mètres. Le troisième était à ciel ouvert et ne nécessitait pas les mêmes mesures de sécurité : gilet non obligatoire et pas de guide. Un plongeoir était placé à son extrémité.

Nous avons vécu une très belle expérience. Le cénote se trouve au milieu de la jungle. On y accède par une piste où on est accueilli par une équipe très sympathique : l’ambiance est détendue, les guides sont compétents et souriants, on peut largement profiter de la baignade (au total nous avons dû passer une heure et demie dans l’eau). Un photographe nous suit pendant la visite et nous propose ensuite d’acquérir les photos au format numérique pour un prix raisonnable. Toutes les photos de cet article ont été faites par ce photographe. Les liens vers les pages Facebook et Instagram figurent ci-dessous.

Crédit photo : Wild Photography

 

Prêts à se jeter à l’eau

 

Premier cénote

 

Deuxième cénote

 

Troisième cénote

 

Et pour finir, des sauts dans l’eau émeraude, avec chacun son style…

Les Cénotes

Les cénotes sont des puits naturels remplis d’eau, pouvant atteindre plusieurs dizaines de mètres de profondeur. Leur formation est due à l’effondrement d’un sol calcaire. Selon leur situation géographique, il peut s’agir d’eau douce ou d’eau de mer. La péninsule du Yucatán compterait 10.000 cénotes. Cette grande concentration pourrait s’expliquer par l’impact de la météorite qui serait à l’origine de la disparition des dinosaures. Pour les lecteurs réguliers du blog, cela nous ramène au précédent article que j’avais écrit sur le sujet en Arizona! La théorie selon laquelle la création de ces cénotes serait due à la météorite est soutenue par la disposition d’un grand nombre d’entre eux en arc de cercle autour du cratère de Chicxulub.

Les mayas considéraient que ces cénotes étaient une voie de communication avec l’infra-monde. Ils conféraient à certains d’entre eux un caractère sacré, allant jusqu’à en faire des lieux de sacrifices humains.

De nos jours, bons nombres de cénotes sont exploités à des fins touristiques. Il en existe de formes diverses : plus ou moins profonds, plus ou moins couverts, avec une eau plus ou moins cristalline. Certains d’entre eux font l’objet d’expéditions spéléologiques aquatiques voire sous-marines.