Shizhuo

Après notre séjour à Tainan, nous sommes partis en direction des montagnes du centre de Taïwan. La région centrale offre de nombreuses possibilités de randonnées pour tous les niveaux. Nous avons choisi de passer deux nuits en montagne dans les environs d’Alishan, réputée pour ses paysages et ses randonnées en forêt. Les taïwanais affectionnent particulièrement cette région et les prix des hébergements sont très élevés. Le meilleur compromis que j’ai trouvé en matière de logement, était une chambre d’hôtes avec deux lits doubles, situés à environ 1 heure de route du parc national de la forêt d’Alishan, dans le petit village de Shizhuo (environ 1.500 m d’altitude). Malgré l’éloignement et la simplicité du logement, nous avons payé 101€ la nuit (le logement le plus cher à Taïwan, à l’exception de l’hôtel de luxe dans le centre de Kaohsiung). Ceci étant, nos hôtes étaient très sympathiques.

Le jour où nous sommes arrivés, il y avait un épais brouillard. Je voyais à peine à 10 mètres. Les derniers kilomètres en lacets avec une pente très raide et une si faible visibilité furent particulièrement pénibles. Nous fûmes heureux, moi le premier, d’arriver à la maison d’hôtes. Evidemment, dans ces conditions, nous ne pouvions profiter de la vue sur la montagne, vantée par la maison d’hôtes. Quand l’heure du dîner fut arrivée, nous prîmes la voiture pour nous rapprocher du centre du village. Nous espérions trouver un restaurant. Le brouillard était toujours épais. Je conduisais à moins de 20 kilomètres/heure tant la visibilité était faible. Je pense n’avoir jamais conduit dans de telles conditions auparavant. Heureusement, nous avions seulement 2 ou 3 kilomètres à faire pour rejoindre le village. En arrivant, nous fûmes déçus car nous fûmes dans l’incapacité d’identifier un restaurant ouvert, susceptible de nous accueillir. Nous voyions bien quelques personnes attablées en train de manger, mais nous ignorions s’il s’agissait de cantines privées ou de restaurants. Nous décidâmes finalement d’acheter un plat dans la supérette du coin, qui disposait d’un coin restaurant avec deux petites tables.

Le lendemain, nous visitâmes le parc national de la forêt d’Alishan, à une heure de route de notre logement. Le temps était un peu plus dégagé mais plutôt pluvieux. Heureusement, durant notre promenade en forêt, la pluie cessa.

Le jour où nous avons quitté Shizhuo, les nuages étaient remontés plus haut sur les montagnes et les rayons du soleil perçaient entre les nuages. Nous pûmes découvrir les paysages alentour et notamment les grands champs de théiers, organisés en terrasses. Nous découvrîmes également un impressionnant temple taoïste, à seulement une centaine de mètres de la maison.



 

Parc national de Taroko en photos

Nous avons profité d’une journée ensoleillée pour faire trois petites randonnées dans le parc national de Taroko.

L’entrée des gorges


Pont de Ningan (寧安橋)


1ère randonnée : swallow grotto Yanzikou trail (燕子口步道). Cette promenade se fait le long de la route à un endroit où les gorges sont très étroites. Des casques de sécurité sont prêtés gratuitement par le parc pour protéger des éventuelles chutes de pierres.


2ème randonnée : Lushui Trail (綠水步道).


3ème randonnée : Xiangde temple (祥德寺)


Changchun shrine (長春祠)

 

Yehliu Geopark

Notre première étape entre Taipei et Jiufen étant courte (environ 1 heure de route), nous avons fait un détour pour visiter les formations géologiques de la péninsule de Yehliu. Il s’agit de rochers près de la mer, sculptés par l’érosion, qui ont des formes de champignons géants. Nous avons fait la visite un dimanche. Heureusement, nous nous sommes trouvés sur les lieux au moment du déjeuner, ce qui nous a permis d’éviter les pics de fréquentation. Vous remarquerez sur les photos, que nous sommes loin d’être seuls. Mais malgré le monde, la visite était très agréable.


 

Xiangshan (象山) et Taipei 101

Le caractère (Xiang) signifie éléphant.

Le caractère (Shan) signifie montagne. Il est souvent utilisé pour les noms de ville.

象山 (Xiangshan) est donc la montagne de l’éléphant. Il s’agit d’une colline arborée à proximité de Taipei. C’est une promenade qu’affectionne les habitants de Taipei car elle permet d’avoir une vue panoramique sur la ville. Elle se situe à quelques stations de métro du centre. J’en profite pour indiquer que Taipei dispose d’un métro remarquable avec un maillage relativement serré en centre-ville.

Sur le guide et sur Google Maps, j’avais identifié le tracé de cette randonnée. J’avais indiqué à Elise et aux filles, qu’il s’agissait d’une petite promenade. En fait, j’avais sous-estimé la difficulté de l’ascension qui comptait environ 1.500 marches. Avec une température supérieure à 30°, l’exercice fut très éprouvant. Plusieurs écoles faisaient le même chemin que nous. Nos efforts furent récompensés. Arrivés en haut de la colline, nous découvrîmes d’un côté une vue splendide sur la ville et de l’autre, les montagnes arborées à perte de vue. En suite, nous suivîmes un chemin de crête au milieu de la forêt. Notre chemin était égayé par de nombreux papillons multicolores aux tailles impressionnantes. Il était saisissant d’être aussi proche de la ville et d’avoir ce sentiment d’être en pleine nature. C’est l’une des particularités de Taipei ; la ville est une grande métropole moderne. Mais la nature enserre la ville et est facilement accessible depuis le centre.


La tour Taipei 101 qui domine le paysage urbain est haute de 509 m. Elle a été la tour la plus haute du Monde entre 2004 et 2010.