Baie de Bai Tu Long

La baie d’Ha Long est célèbre dans le monde entier, pour ses innombrables pics karstiques qui dessinent un paysage fantasmagorique. Malheureusement, comme beaucoup d’autres lieux exceptionnels, elle est victime de son succès. La baie est désormais encombrée, une bonne partie de l’année, d’une multitude de navires touristiques. Dans le même secteur, il existe deux autres baies qui présentent des paysages analogues. La baie de Lan Ha, plus au sud, et la baie de Bai Tu Long, plus au nord. La première présente l’avantage de conserver de nombreux villages flottants de pêcheurs qui n’existent plus dans la baie d’Ha Long. La seconde est réputée la plus calme et la moins fréquentée en navires touristiques. Nous avons opté pour cette dernière, dont les croisières étaient, qui plus est, moins chères, sans doute parce que cette baie est moins célèbre.


Les 3 baies


Je ne sais pas dire si les paysages de la baie de Bai Tu Long sont réellement de la même beauté que ceux de la baie d’Ha Long puisque nous n’avons pas comparé, mais nous avons beaucoup aimé notre croisière. Le temps était plutôt couvert, ce qui est souvent le cas semble-t’il dans la région. Mais cela ne nous a pas empêchés d’admirer les paysages qui défilaient devant nos yeux.

Nous avons choisi une croisière de deux jours et une nuit sur une jonque qui comptait une dizaine de cabines. Nous avions deux cabines qui se faisaient face à face. La décoration des cabines était élégante sans atteindre le luxe que proposent certaines embarcations mais avec des niveaux de prix bien plus élevés. Le personnel était d’une gentillesse remarquable.

Le premier jour, une navette est venue nous chercher dans le centre d’Hanoï et après 3 heures de route, nous sommes arrivés à l’embarcadère. Les jonques ne peuvent accoster sur le port. L’embarcation se fait avec des petits bateaux pouvant transporter une vingtaine de personnes. Après un verre de bienvenue, nous avons déjeuné dans la salle prévue à cet effet qui offre une vision panoramique sur le paysage. Alors que nous voguions vers la baie, on nous a servi un menu constitué de 7 ou 8 plats d’excellente qualité. J’ai personnellement particulièrement apprécié le crabe farci, garni avec de la panure! Le dîner était du même niveau tant en quantité qu’en qualité. Heureusement, l’après-midi, nous avons fait une longue promenade en kayak de mer, qui nous a permis d’éliminer quelques calories. Je pagayais avec Alice. Elise et Emma pagayaient ensemble. Cette promenade restera, pour moi, un moment mémorable de notre voyage. Evoluer ainsi en pleine nature avec un paysage d’une telle beauté est quelque chose d’inoubliable. Le soir, après le dîner, nous nous sommes essayés à la pêche au calamar. Mais nous n’avons pas eu beaucoup de succès!

Le lendemain, nous nous sommes levés à 6 heures du matin, pour faire une séance de taïchi. Parmi la quinzaine de passagers, seule une autre personne avait eu le même courage que nous. Là encore, c’était une belle expérience de faire ces mouvements de taïchi alors que nous voguions entourés de pics karstiques jaillissant de l’eau. Ensuite, nous avons pris notre petit-déjeuner bien mérité, puis nous avons visité une petite grotte. Pour le coup, cette grotte faisait vraiment minable à côté de celles que nous avions vues à Phong Nha. Ensuite, le navire a pris le chemin du retour. En fin de matinée, nous avons préparé des nems, que le cuisinier a frit pour nous et que nous avons donc pu goûter. Nous avons ensuite fait un excellent déjeuner, quoique moins copieux que la veille.

Nous avons débarqué à 12h30. Naturellement, la navette nous a reconduits ensuite à Hanoï.

Une croisière, c’est toujours un moment hors du temps, une parenthèse un peu magique. Sans doute, est-ce le contact avec la mer qui offre cette sensation unique? Cette croisière en baie de Bai Tu Long aura été finalement le seul moment où nous serons restés aussi longtemps sur l’eau, durant notre tour du Monde. Une belle parenthèse enchantée! Je garderai en mémoire les paysages oniriques de ces pics karstiques, enveloppés de brume marine.


Le port d’Ha Long où se fait l’embarquement


Les bateaux qui conduisent les touristes aux jonques


Au moment de l’embarquement


Les jonques (en bas et à gauche, la jonque Swan, sur laquelle nous avons navigué)


Navigation dans la baie de Bai Tu Long


Le soir, la jonque a jeté l’ancre dans un endroit calme de la baie. Pour la première fois depuis notre départ d’Ha Long, nous étions entourés d’une dizaine d’autres navires.


Alice très motivée par la pêche au calamar est malheureusement rentrée bredouille dans la cabine


L’île où nous avons été débarqués pour visiter une petite grotte


Le retour vers Ha Long

 

La rivière Côn, Phong Nha

La rivière Côn est précieuse pour la ville de Phong Nha car elle permet d’acheminer les touristes vers la grotte voisine baptisée du même nom « Phong Nha cave ». C’est également une voie de navigation. Mais la navigabilité de la rivière est maintenue au prix d’efforts incessants menés par les villageois pour extraire les longues herbes qui se développent dans son lit. Les femmes qui conduisent les bateaux à moteur vers la grotte, pagaient à l’intérieur de la grotte, se chargent également de ratisser le lit de la rivière pour en extraire les herbes envahissantes. On voit bien quelques hommes de temps en temps. Mais ils sont très minoritaires.

 

Promenade sur la rivière des parfums

La promenade en bateau dragon sur la rivière des parfums fait partie des activités traditionnelles lorsqu’on séjourne à Hué. La promenade que nous avons faite durait environ 1h30 aller-retour. Elle nous a emmené jusqu’à la pagode de la Dame Céleste, en amont de la ville. Il faisait beau et la navigation sur la rivière calme fut plaisante. Toutefois, notre voyage fut gâché par deux choses. Tout d’abord, nous n’avons pas apprécié l’attitude de la personne qui nous a accueillis sur le bateau. Nous étions seuls. Nous avions été prévenus par l’hôtel qu’on nous proposerait d’acheter quelques souvenirs à bord, mais que rien ne nous y obligeait. Nous avons malgré tout acheté un « magnet ». Lorsque la personne a vu que nous n’achetions rien d’autre, elle a fait la tête tout au long du voyage et ne nous a même pas dit au revoir en partant. Le contrat était de faire un voyage en bateau pas de monter dans une boutique ambulante avec quasi obligation d’achat! Cela nous a déçus. La seconde chose qui a gâché notre voyage, c’est qu’Alice s’est sentie mal lorsque nous étions à bord. Sans doute quelque chose qu’elle avait mangé qui était mal passé. Nous avons dû écourter la visite de la pagode pour rentrer plus tôt que prévu. Heureusement ce moment d’indisposition est vite passé et Alice a retrouvé la forme dans la journée même.


La rivière des parfums


La pagode de la Dame Céleste


Offrandes faites à la rivière

 

Promenade un samedi soir, au bord de la rivière des parfums

La rivière des parfums traverse la ville de Hué, avant de se jeter dans la mer de Chine. Sa rive nord est bordée par la citadelle impériale. Sa rive sud est élégamment aménagée de promenades pour les piétons et de jardins peuplés de sculptures classiques et modernes.

C’est avec beaucoup de plaisir que nous avons déambulé sur la promenade de la rive sud, un samedi soir, du coucher de soleil à la nuit noire, nous mêlant à la foule des citadins de Hué et des visiteurs vietnamiens. Nous avons bien croisés quelques occidentaux, mais ils étaient rares. Nous avons pris un jus de fruit au bord de l’eau. Puis nous avons longé les cuisines improvisées des marchands de rue…


Hô Chi Minh


Bateaux dragons dans le soleil couchant


Pause jus de fruit


Cuisine de rue