West Mc Donnell National Park

Selon les guides touristiques, ce parc national constitue l’un des principaux attraits de la région autour d’Alice Springs. Malheureusement, un incendie de brousse qui durait déjà depuis plusieurs jours, quand nous sommes arrivés, nous a empêchés d’accéder à la plupart des sites naturels. L’accès à l’incendie étant difficile et les moyens disponibles limités, la stratégie des autorités était de laisser le feu consumer la végétation jusqu’à ce qu’il s’éteignît par lui-même. La route traversant le parc national semblait constituer le principal espoir de ne pas voir le feu se propager sur une surface trop grande. Celle-ci était donc interdite à la circulation.

Nous avons pu toutefois visiter le site de Standley Chasm, géré par les aborigènes, et qui donne l’occasion d’une balade au coeur d’un canyon jusqu’à une formation géologique en forme de défilé.


Drapeau aborigène


Promenade dans le canyon, où les arbres noircis portent les traces de précédents incendies


Le défilé


Lézard rencontré sur le chemin, peuplé d’une multitude d’oiseaux mais qui se sont tous dérobés à mon objectif…

Watarrka National Park

Contrairement à Uluru National Park, l’accès au Watarrka National Park est gratuit.

Nous y avons fait deux petites randonnées d’une heure chacune, tôt le matin. La première se situait à Kings Canyon même. Nous avons marché dans le bas du canyon et nous avons gravi la falaise qui mène au sommet. En revanche, nous n’avons pas entrepris la marche de 3 heures qui fait le tour du canyon (Kings Canyon Rim Walk), trop éprouvante avec des températures dépassant les 35°C. La seconde randonnée se situait à environ 20 km au sud-est et se nomme Kathleen Springs walk. Je l’ai trouvée plus intéressante que la première car le chemin traverse une ancienne ferme d’élevage bovins, jalonnée de quelques vestiges du passé, ce qui permet d’imaginer la vie des premiers colons. Elle offre, par ailleurs, une vision plus dégagée sur la végétation du bush.

C’est un euphémisme si j’écris que nous avons rencontré beaucoup moins de touristes qu’à Uluru. A Kathleen Springs, notre voiture était même la seule garée sur le parking lorsque nous sommes arrivés et nous avons dû croiser moins de 10 personnes sur le chemin du retour!

Finalement, notre séjour à Kings Canyon, dans un lieu moins spectaculaire mais aussi moins envahi par les touristes, a bien complété notre exploration du Coeur rouge.

 

Kings Canyon

 

Kathleen Springs

 

Nous avons marché dans le lit de la Virgin River à Zion

Après Monument Valley, le Grand Canyon et Bryce Canyon, notre capacité d’émerveillement s’est probablement un peu émoussé. Aussi Zion Canyon nous a presque paru banal de prime abord. Je pense que c’est injuste car les paysages sont magnifiques. J’avais prévu de faire une petite randonnée tranquille dans la partie la plus étroite du canyon, à l’endroit où les falaises sont si proches que les rayons du soleil n’y pénètrent que difficilement. Cette partie du canyon est baptisée les Narrows. Je me disais que voir un canyon depuis la rivière serait une nouvelle expérience. Je n’avais pas très bien préparé la randonnée. Et c’est à l’intérieur du parc, dans la navette qui nous emmenait au lieu choisi, que j’ai découvert que la randonnée que je comptais faire pouvait être éprouvante et même dangereuse. Le dépliant précisait qu’il était fortement recommandé de se munir d’un bâton pour pouvoir traverser la rivière à plusieurs reprises. Or nous n’en avions pas. Il était également indiqué qu’il fallait vérifier les conditions météo car le canyon peut être impraticable et même devenir mortel en cas de crues éclairs. En lisant tout ceci, je me disais que nous nous contenterions d’aller jusqu’à la limite des Narrows.

Je pensais qu’il ferait frais. En réalité, il faisait très chaud ce jour-là. Nous avons commencé notre promenade entre les falaises rouges de Zion en longeant la Virgin River et jusqu’à arriver à l’entrée des Narrows. Et là, nous observâmes les randonneurs qui traversaient la rivière avec leurs bâtons de toutes formes : bâtons de marche nordique, grand bâtons droit en bois ou bâtons tordus et noueux. La traversée de la rivière semblait compliquée. Nous nous apprêtions à faire demi-tour quand Alice nous demanda si nous pouvions traverser aussi. Elle insista un peu et je commençais à me résoudre à son idée. Elise et Emma étaient également d’accord pour traverser. Et coup de chance, deux personnes, qui revenaient, jetèrent leurs grands bâtons tordus contre la paroi rocheuse. A cet endroit, se trouvaient d’autres bâtons similaires. Nous nous décidâmes ainsi à prendre ces bâtons et à nous lancer dans la traversée de la rivière. L’eau était très froide en dépit de la chaleur de l’air. Le fond de l’eau était irrégulier avec des galets, des passages sablonneux, des trous. Le courant était assez violent et nous eûmes rapidement de l’eau jusqu’au mollet. Evidemment, pour Alice c’était pire. En quelques minutes, la traversée fut faite sans encombre. J’étais particulièrement prudent car je ne voulais courir aucun risque avec mon appareil photo. Nous reprîmes notre chemin sur la berge opposée, pensant que nous avions fait le plus dur. En fait, nous marchâmes très peu au sec. Une nouvelle traversée s’annonça, beaucoup plus longue cette fois. L’eau était  plus profonde et le courant plus fort. Mais nous nous habituions à la température de l’eau. Elise et moi avions désormais de l’eau au-dessus du genou. Nous continuâmes ainsi pendant plusieurs centaines de mètres. Plus nous avancions, plus les berges se faisaient étroites et courtes. A la fin, nous ne faisions que marcher dans le lit de la rivière. Nous nous résolûmes à faire demi-tour. Après être revenus à l’entrée des Narrows et avoir traversé une dernière fois la rivière, nous remîmes les bâtons à l’endroit où nous les avions trouvés. Nos chaussures étaient non seulement trempées mais pleines de sables.

Cette randonnée, qui devait être une ballade reposante, se transforma en une épreuve physique inattendue. Mais que de souvenirs…

 

Les falaises rouges de Zion et la Virgin River, très limoneuse

 

 

L’entrée des Narrows

 

 

Première traversée, nous pensions avoir fait le plus difficile

 

 

Au coeur de la Virgin River

 

 

Bryce Canyon, Utah

J’avais vu de nombreuses photos de Bryce Canyon avant de venir dans ce lieu. Je ne pensais pas être aussi surpris en le découvrant de visu. Le site officiel présente le parc en disant que les photographes ne lui rendent pas justice. Au combien ils ont raison! De même que pour le Grand Canyon, il est difficile de rendre en image l’impression que suscite la découverte de ce lieu féérique. Le canyon se caractérise par ses innombrables hoodoos (l’expression poétique « cheminée de fée » peut être utilisée en français). Ces immenses colonnes constituées de roches friables orangées, blanches ou jaunes évoquent des personnages. Je ne sais combien le canyon compte de hoodoos. Probablement des centaines. Peut-être mille? Ces colonnes ont été créées par l’érosion dans un canyon en forme d’amphithéâtre qui donne le sentiment d’être en présence d’une assemblée magique.

Nous avons eu la bonne idée de commencer notre visite depuis le point le plus haut qui se situe à près de 2800 m. Depuis la plateforme nous surplombons l’ensemble du canyon d’où nous pouvons contempler des hoodoos sur près de 360°. Le site est immense avec des à-pics de plusieurs centaines de mètres. Depuis ce point de vue, nous admirons la féérie aux couleurs chaudes qui se présente à nous. Mais nous sommes loin d’imaginer la taille de ces hoodoos. C’est ensuite en faisant une randonnée dans le canyon que nous prenons conscience de leurs dimensions (jusqu’à 45 m. pour les plus grands d’entre eux).

 

Vue d’ensemble du Canyon, depuis le point le plus élevé

 

Vue depuis Sunrise View

 

Le canyon vu de près

Lac Powell

Le Lac Powell est un lac artificiel qui se trouve à la frontière entre l’Utah et l’Arizona. Il a été créé par le barrage de Glen Canyon sur la rivière Colorado. A de nombreux endroits, les parois des canyons inondés par le barrage plongent à la verticale dans l’eau du lac. Sa profondeur atteint par endroit 170 m. Le contraste entre le bleu profond du lac et les couleurs chaudes des roches qui l’entourent crée un paysage fantasmagorique qui donne le sentiment d’être sur une autre planète. Ce cadre a d’ailleurs servi de décor aux premières scènes du film de Franklin Schaffner de 1968, « Planet of the Apes » (titre français : « la Planète des singes »).

Nous avons fait une croisière sur le lac en fin de journée lorsque la lumière du soleil se faisait plus douce. Le bateau a également navigué entre les parois d’Antelope Canyon. Voici quelques photos. On distingue nettement sur certaines photos une limite horizontale qui correspond au niveau des plus hautes eaux, atteint au début des années 80. Malheureusement, depuis plusieurs années l’eau ne cesse de baisser.