La côte entre Jiufen et Hualien

Taïwan est une île montagneuse qui possède 62 sommets dépassant les 3.000 mètres. Les montagnes couvrent la majorité du territoire. La population se concentre pour l’essentiel dans les plaines de l’ouest du pays. La côte est est restée sauvage. Entre Jiufen et Hualien, la route côtière a été bâtie, pour l’essentiel, à flanc de falaise. Il faut près de 4 heures pour boucler les 190 km qui relient les deux villes. Le spectacle de la route est magnifique entre ouvrages d’art et tunnels qui longent la mer de Chine.

Nous avons fait quelques arrêts sur notre route. Au départ, pour voir quelques vestiges de la mine d’or de Jiufen et au cap Bitoujiao où nous avons fait une promenade en bord de mer. Ensuite, il n’était pas aisé de s’arrêter car la route étroite et en lacets ne dispose pas de zones aménagées pour se garer. Nos yeux ont pu admirer la beauté du paysage. Mais je n’ai pas eu l’occasion de fixer des images avec mon appareil.


Pavillon dans la montagne, après Jiufen.


Statue monumentale du temple de Cyuanji à Qitang


Les montagnes verdoyantes en sortant de Jiufen


Vestiges de l’ancienne mine d’or


Les chutes dorées où se trouvait l’ancienne mine d’or


La mer Yin-Yang, baptisée ainsi pour les sédiments sableux charriés par la rivière qui s’y déverse


Promenade au cap Bitoujiao (鼻頭角)


Cimetière près du cap Bitoujiao

 

Sur les rapides d’Iguazu

Nous sommes passés avec le bateau sous l’une des chutes d’eau, évidemment pas la Gargota del Diablo! Malheureusement, j’avais oublié mon boîtier étanche. Donc la partie où nous étions carrément sous la chute d’eau n’a pas été filmée. Nous avons pris beaucoup de plaisir en passant sur les rapides en aval des chutes…

Chutes d’Iguazu, rive argentine

Le train électrique qui achemine les visiteurs vers les départs de promenade

 

La rivière Iguazu en amont des chutes

 

Les premiers bouillonnements à proximité des chutes

 

Dentelles et drapés blancs au milieu de la végétation tropicale

 

Des cascades vues de près

 

Vues panoramiques

 

La gargota del diablo

 

De l’eau, des végétaux, des oiseaux