La mère de l’Arménie

Cette statue érigée en 1967 remplaça une statue monumentale de Staline, inaugurée en 1950 et déboulonnée en 1962. La statue actuelle mesure 22 m de haut. Elle est placée sur un socle de 29 m qui abrite le musée de la Défense, consacré principalement aux soldats arméniens ayant combattu durant la seconde guerre mondiale et pendant le conflit du Haut-Karabagh. Etonnamment, Charles Aznavour figure en bonne place dans le musée. Le site, au coeur du parc de la Victoire, abrite également une tombe du soldat inconnu et d’anciens véhicules militaires.




 

Japon, repères historiques (2ème partie) : de l’époque Meiji à la fin de l’occupation américaine

L’empereur Meiji accède au trône en janvier 1868. Le début de l’ère Meiji est proclamé en octobre 1868. Mais les partisans de l’ancien régime, le shogunat Tokugawa, prennent les armes et ne sont soumis militairement qu’en 1869. Cependant, dès 1868, le nouvel empereur entreprend une grande modernisation du pays, fortement inspirée des modèles occidentaux et reposant sur une plus grande centralisation de l’Etat. Une constitution est adoptée le 11 février 1889, donnant un pouvoir important à l’empereur, et qui restera en vigueur jusqu’en 1947. Le Japon connaît une forte croissance économique et démographique jusqu’en 1915 (la population passe de 30 à 50 millions d’habitants en moins de 50 ans). Les conditions de travail extrêmement difficiles dans l’industrie conduisent à la diffusion d’idées socialistes venues d’Europe et à l’émergence de premières règles pour limiter le travail. Ainsi en 1911, l’âge minimum pour travailler est fixé à 12 ans et la durée du travail journalier est bornée à 10 heures pour les femmes et les enfants.

L’ère Meiji est également marquée par deux succès militaires importants du Japon qui consacre son ambition impérialiste. La première est le résultat d’une guerre menée contre la Chine entre 1894 et 1895 et ayant pour enjeu la Corée, état vassal de la Chine. La victoire japonaise conduit à la signature du traité de Shimonoseki qui prévoit l’abandon de la suzeraineté chinoise sur la Corée, placée sous protection japonaise, et la cession de la Chine au Japon d’un certain nombre d’îles, la plus importante étant Formose (aujourd’hui Taïwan). Taïwan puis la Corée sont transformées en colonies respectivement en 1905 et 1910. Le second succès japonais est obtenu face aux russes en 1905 dans le cadre d’une guerre débutée un an plus tôt et ayant pour enjeu le contrôle de la Mandchourie. Il permet au Japon d’occuper la moitié sud de l’île de Sakhaline. Durant la première guerre mondiale, le Japon se range aux côtés des alliés et prend possession des territoires allemands dans le Shandong (Chine continentale). A la fin de la guerre, les revendications japonaises sur le Shandong sont confirmées dans le Traité de Versailles, malgré l’opposition chinoise.

L’empereur Meiji meurt en 1912. L’empereur Taisho lui succède marquant le début de l’ère du même nom. Taisho souffre d’une maladie cérébrale, liée aux séquelles d’une méningite contractée quelques semaines après sa naissance. Il s’avère dans l’incapacité de gérer les affaires de l’Etat. Le pouvoir se déplace vers le parlement du Japon, la Diète. Cette ère est caractérisée par un renforcement de la démocratie et un fort développement économique. Taisho meurt le 25 décembre 1926.

L’empereur Showa (Hirohito) lui succède. Après la crise internationale de 1929, un mouvement nationaliste radical émerge au Japon. Il est favorisé par le prestige que l’armée tire de ses victoires passées et présentes. Dès 1931, le Japon envahit la Mandchourie. En 1932, le Japon y crée l’Etat fantoche du Mandchoukouo. En janvier 1932, le Japon prend possession de Shanghai. Finalement, le 15 mai 1932, les militaires prennent le pouvoir en assassinant le premier ministre japonais, Inukai Tsuyoshi, mettant ainsi fin au régime démocratique qui avait émergé après la première guerre mondiale. Le Japon quitte la Société des Nations en 1933. En novembre 1936, le Japon signe le pacte anti-Komintern avec l’Allemagne hitlérienne. Une nouvelle phase d’expansion en Chine débute en juillet 1937, donnant lieu à des massacres de population, notamment à Nanjing où 200.000 chinois sont exécutés. La population japonaise est opposée au conflit et n’est pas informée des exactions commises par son armée. Au Japon, la répression vis-à-vis des opposants politiques s’intensifie. En 1938, les militaires ambitionnent d’étendre leur possession au nord et attaquent la Russie. Ils subissent des revers qui arrêtent l’expansion au nord. Le Japon signe finalement le 13 avril 1941, un pacte de non agression avec la Russie. Le début des conflits en Europe et les premières victoires allemandes, affaiblissent les puissances européennes en Asie. Le Japon en profite dès 1940 pour tenter une expansion de son empire au sud. Le Tonkin est attaqué en septembre 1940, puis envahi. Le sud de l’Indochine française est à son tour envahie en 1941. Les Etats-Unis décident d’imposer un embargo sur le pétrole exporté vers le Japon pour asphyxier le pays. Se sentant menacés, les japonais attaquent simultanément les américains à Pearl Harbor et les britanniques en Malaisie, provoquant l’entrée en guerre des Etats-Unis dans le conflit mondial. Les japonais envahissent dans la foulée les Philippines, Hong Kong, Guam, les Indes orientales néerlandaises, la Birmanie. Leur progression est toutefois arrêtée au milieu de l’année 1942 et à partir de la bataille de Guadalcanal en février 1943, les japonais sont contraints de mener une guerre défensive. La reconquête américaine est inexorable mais lourde en pertes humaines. En juin 1945, les américains conquièrent l’île d’Okinawa. Un plan d’invasion du Japon est envisagé. Mais il est finalement décidé d’utiliser l’arme nucléaire, nouvellement conçue, pour accélérer la reddition japonaise. Hiroshima est bombardée le 6 août 1945 après un ultimatum resté sans réponse. Nagasaki est bombardée le 9 août 1945. Selon l’origine des chiffres entre 100.000 et 300.000 personnes seraient mortes suite à ces deux bombardements, auxquelles il faut ajouter les personnes irradiées pouvant être décédées plus tard. Le 9 août, les soviétiques envahissent la Mandchourie. Dès le 10 août, Hirohito annonce à ses proches sa décision d’accepter la capitulation. Il fait une allocution au peuple japonais le 14 août et émet le 17 août un édit ordonnant aux soldats de déposer les armes. La reddition est signée le 2 septembre. Le pays sort exsangue de la seconde guerre mondiale.

Entre 1945 et 1952, le Japon vit sous occupation américaine. Les Etats-Unis se portent d’emblée garants du retour à la démocratie. Les femmes obtiennent le droit de vote (rappelons que les femmes ont voté pour la première fois en France seulement en octobre 1945). Des élections législatives sont organisées en avril 1946 permettant un grand renouvellement de la classe politique. Une nouvelle constitution entre en vigueur en 1947. Les Etats-Unis aux prises avec la guerre froide, font du redressement économique du Japon une priorité. Le 8 septembre 1951, le Japon signe le traité de San Francisco par lequel il reconnaît l’indépendance de plusieurs pays d’Asie et affirme renoncer à toute revendication territoriale. Ce traité prévoit également la fin de l’occupation américaine. 48 pays, principalement parmi les vainqueurs de la seconde guerre mondiale, ratifient ce traité. La Chine signe un traité de paix séparé en 1952.

 

Hualien et la communauté Tzu Chi

Hualien est une ville qui compte environ 120.000 habitants. La ville en elle-même présente peu d’intérêt, mais elle constitue l’étape idéale pour visiter le parc national de Taroko. Hualien dispose d’une importante base militaire, peut-être la plus importante du pays? On comprend aisément que le lieu sur la côte est, à l’abri de la chaîne de montagnes, loin des grandes agglomérations, est le lieu idéal sur le plan stratégique, pour implanter une telle base. Nous avons souvent entendu les chasseurs volés au-dessus de nos têtes. Mis à part cela, la ville n’est pas désagréable. Elle a un côté provincial qui nous a changé de Taipei. Hualien compte un nombre incroyable de restaurants pour une ville de cette taille. Tripadvisor en recense près de 600!

Nous avons dormi 3 nuits à Hualien, de façon à consacrer deux jours au parc de Taroko. Malheureusement, il a plu le second jour et nous avons eu la flemme de sortir en randonnée dans ces conditions. Le bon côté des choses est que nous avions anticipé ce risque la veille, en voyant les prévisions météorologiques. Nous avons donc profité du beau temps pour voir le maximum de choses.

Pour le second jour, j’avais fait la liste des 3 ou 4 choses à voir dans la ville, sans grande conviction. Nous avons commencé par un temple bouddhiste : le hall de méditation Tzu Chi. Nous avons eu dû mal à nous garer dans les alentours. Je me rappelle avoir dit à Elise et aux filles, que nous n’en avions pas pour longtemps: 10-15 minutes peut-être. En fait, je pense que nous y avons passé plus d’une heure et demie. En arrivant dans le hall de ce grand bâtiment, des hôtesses sont venues vers nous avec des grands sourires, nous invitant à nous déchausser pour visiter. Ensuite, elles nous ont proposé de regarder un petit film sur l’histoire de la communauté Tzu Chi, puis de suivre une guide qui parlait un anglais impeccable. Un couple et leur grande fille, avaient déjà débuté la visite. Ils étaient sûrement indiens. Nous avons donc pris la visite en cours. La guide nous a présenté le travail de secours qu’effectue la communauté quand des catastrophes naturelles surviennent dans le Monde. Nous avons découvert un travail impressionnant qui va des premiers secours, à l’assistance alimentaire et médicale, à la construction d’habitats d’urgence, à la reconstruction… La guide nous décrivait avec force détails tout ce travail en s’appuyant sur les panneaux d’exposition présents dans le bâtiment principal. Le lieu était luxueux, l’exposition remarquable par son graphisme et ses photos. Mais la présentation a duré longtemps, très longtemps. Je traduisais un peu pour les filles. Mais elles ont rapidement trouvé que c’était un peu trop long. J’ai cru au début que nos hôtes nous voyaient comme de futurs donateurs. En fait, non. Cette présentation était faite simplement avec fierté, pour le bonheur de faire-savoir et de partager leurs oeuvres. La guide semblait comme habitée. Je suis sorti impressionné par la visite et par la capacité d’empathie que certaines personnes développent. Il était déjà tard, et nous avons arrêté là notre visite de Hualien.

Le hall principal de la communauté Tzu Chi (notez le svastika).

 

Mémorial Chiang Kai-Shek

Le mémorial Chiang Kai-Shek est le monument le plus impressionnant de Taipei. Il s’agit en fait d’une grande esplanade pavée mesurant environ 700 m sur 350 m. La moitié ouest, baptisée la place de la liberté regroupe trois monuments : une arche monumentale à l’ouest, une salle de spectacle en forme de temple au nord, la bibliothèque nationale également en forme de temple au sud. La moitié est accueille le mémorial à proprement parlé, grande pyramide blanche sur laquelle repose une tour blanche coiffée d’une toiture bleu impérial en forme de pagode. Le lieu est une splendeur.


Esplanade avec la place de la liberté dans le fond, vue depuis le haut du mémorial


L’arche de la liberté


La salle de concert


La bibliothèque nationale


Sur la place de la liberté


Le mémorial Chiang Kai-Shek


La statue monumentale de Chiang Kai-Shek


La garde qui protège la statue

 

Palais de la Réunification, Hô Chi Minh Ville

Ce palais était le lieu de résidence des présidents de la République du Vietnam. Il fut construit par les français entre 1868 et 1873 pour Norodom Ier, alors roi du Cambodge. Il fut ensuite utilisé comme résidence successivement par le gouverneur de Cochinchine et le gouverneur général de l’Indochine française. Après les accords de Genève en 1954, la France transmit le palais au 1er ministre du Vietnam Sud, Ngô Dinh Diêm, qui renversa l’empereur du Vietnam Bao Dai, et devint président de la République.

Le 27 février 1962, le palais présidentiel fut bombardé par deux avions de chasse pilotés par deux lieutenants de l’Armée de l’Air sud vietnamienne, voulant assassiner le Président Diem pour mettre fin à sa politique très impopulaire. L’attentat fut un échec, mais endommagea lourdement le bâtiment. Ngô Dinh Diêm donna l’ordre de le faire démolir et de construire à son emplacement l’édifice actuel. Il fut assassiné lors d’un coup d’État en 1963 et ne vit pas la fin des travaux.

Le nouveau palais fut achevé en 1966. Le 8 avril 1975, Nguyên Thành Trung, un pilote de l’Armée de l’Air vietnamienne et un espion communiste volèrent un avion F-5E et bombardèrent le palais, sans causer de dommages importants. Le 30 avril 1975, des chars pénétrèrent dans la cour du palais, parachevant la chute de Saigon et la fin de la guerre du Vietnam.

La visite est fort intéressante car elle donne l’occasion de voir l’organisation d’un palais présidentiel, depuis les salles de réunion des ministres jusqu’aux appartements particuliers, en passant par les lieux de réception, ou encore le bunker présidentiel. L’hélicoptère présidentiel UH1, deux chars T54 de l’armée nord vietnamienne dont le 843 qui fut le premier à entrer dans la cour du palais, ainsi qu’un avion F-5E, sont visibles autour du palais.


Façade du palais présidentiel


Salles de réunion, salons et appartements


Cour du palais, vue depuis le balcon du 4ème étage


Bunker


Hélicoptère présidentiel


Chars T54


Avion F-5E

 

Autres monuments de Phnom Penh

Les monuments d’une ville racontent son histoire. Ci-dessous vous trouverez des images…

  • des deux principaux temples bouddhistes (le Bouddhisme est religion d’Etat et constitue l’une des bases culturelles du pays),
  • du monument de l’Indépendance (acquise en 1953),
  • du monument en l’honneur de l’amitié entre le Cambodge et le Vietnam (rappelons que les vietnamiens ont chassés les khmers rouges du pouvoir en 1979 et ont mis le pays sous tutelle durant la décennie des années 80 ; vous remarquerez le style martial et communiste du monument),
  • du monument en l’honneur de Norodom Sihanouk.

La dernière photo de cet article montre la garde en charge de la surveillance du monument en l’honneur de Norodom Sihanouk. L’attitude de ces jeunes soldats manque pour le moins de tenue et traduit une désinvolture qui est un peu à l’image du pays. Ils semblent avoir perdu leurs repères entre une histoire tragique et une modernité qui progresse inexorablement et de manière désordonnée.


Wat Phnom, temple bouddhiste
(notez sur les photos du haut, les nâgas, divinités de l’hindouisme et du bouddhisme, incarnés par des serpents, habitants le monde souterrain et gardiens des trésors de la Terre)


Wat Ounalom, temple bouddhiste


Monument de l’Indépendance


Monument de l’amitié entre le Cambodge et le Vietnam


Monument en l’honneur de Norodom Sihanouk

 

Rajabhakti Park, Hua Hin

Le Rajabhakti Park accueille un monument historique composé de 7 statues de rois thaïlandais. Dans un prochain article, je parlerai un peu de l’histoire de la Thaïlande jusqu’à sa situation actuelle.

Le monument est un lieu qui a une triple dimension : politique, militaire, religieuse. Il a été inauguré en septembre 2015 par Maha Vajiralongkorn, alors prince royal, devenu roi sous le nom de Rama X en 2016. Le projet fut lancé par les militaires (Royal Thai Army) installés au pouvoir en Thaïlande depuis le coup d’Etat de mai 2014. Il vise à glorifier ces 7 grands rois thaïlandais et à placer l’actuel gouvernement de la junte militaire dans le prolongement de ce passé mythifié. Ce lieu est utilisé pour les parades militaires et les visites de dignitaires étrangers. Ce lieu est considéré comme sacré, le bouddhisme étant religion d’Etat en Thaïlande. Il n’est possible d’y accéder qu’avec les genoux et les épaules couverts.

Les statues, en bronze, mesurent environ 14 m de hauteur en moyenne. Elles sont installées sur un piédestal en arc de cercle, long de 134 m. Les 7 rois représentés sont (entre parenthèses, années de règne) :

  • Ram Khamhaeng, (1279-1298), période Sukhotai
  • Naresuan (1590-1605), période Ayutthaya
  • Narai (1656-1688), période Ayutthaya
  • Taksin (1767-1782), période Thonburi
  • Rama I (1782-1809), période Rattanakosin
  • Mongkut (1851-1868), période Rattanakosin
  • Chulalongkorn (1868-1910), période Rattanakosin

Le lieu est tellement grand qu’il est difficile de prendre conscience de la taille des statues. Ce n’est qu’en s’en approchant que l’on prend la mesure du gigantisme des lieux.

Les attitudes des statues sont remarquables de vie. Pour ceux qui me connaissent, j’ajoute que je prendrais un plaisir certain à peindre des figurines aussi finement sculptées…

Musée de la marine, Sydney

Le principal attrait du musée de la marine de Sydney réside dans la possibilité de visiter d’anciens bâtiments de la Royal Australian Navy et des répliques de voiliers.

 

HMB Endeavour

C’est sur ce trois mâts que James Cook accomplit son premier voyage autour du monde entre le 26 août 1768 et le 13 juillet 1771 (Plymouth, Rio de Janeiro, Cap Horn, Tahiti, Nouvelle-Zélande, Botany Bay en Australie où sera bâtie Sydney, Java, Le Cap, Plymouth).

 

John Louis

Le John Louis est un bateau construit en 1957, conçu spécialement pour la collecte sous-marine de perles.

 

Bateau de pêche avec drapeau aborigène

Pas d’information sur ce bateau…

 

Destroyer HMAS Vampire

Ce bâtiment de la Royal Australian Navy a navigué entre 1959 et 1986. Il a participé à de nombreuses opérations de protection et de sécurisation, mais n’a jamais été mobilisé sur un conflit.

 

Sous-marin HMAS Onslow

Le sous-marin conventionnel Onslow est entré en opération en décembre 1969 et a été retiré de la flotte australienne en mars 1999. Lui non-plus n’a pas été mobilisé sur un conflit. Il a néanmoins connu plusieurs incidents majeurs durant sa carrière. Le premier a été provoqué en 1972 par un marin en colère qui a plongé le sous-marin à une profondeur de deux fois supérieure à la profondeur limite de sécurité. Le deuxième est arrivé en 1981 lorsqu’une fuite de monoxyde de carbone du générateur diesel s’est répandu dans le sous-marin, entraînant la mort d’un marin. Le troisième est arrivé en 1995, lors d’une cérémonie controversée de baptême de passage de l’équateur ayant donné lieu à des plaintes par les marins ayant subi des traitements vexatoires et dégradants allant jusqu’à les mettre en danger.

La visite du sous-marin a été, pour moi, le point d’orgue de la journée. C’était la première fois que je descendais ainsi dans cet environnement confiné qu’est l’habitacle d’un sous-marin. Nous sommes passés par l’écoutille et avons descendu l’échelle qui donne accès à la salle des torpilles. Un ancien marin nous attendait pour nous parler du fonctionnement du sous-marin. Ensuite, nous avons parcouru la coursive du sous-marin, longeant les couchettes « chaudes » disposées dans chaque espace disponible, franchissant les écoutilles intérieures séparant les différents compartiments, passant devant la cabine de détente, les cuisines, la cabine du capitaine, la radio, la salle de commandes et de pilotage, le gyroscope, les manomètres, les vannes, la salle des machines… L’atmosphère me semblait encore habitée de l’âme des marins ayant vécu des mois en mer dans ces lieux exigus et oppressants.

 

Cathédrale de Buenos Aires

Je me suis aperçu que je n’avais pas pris de photo extérieure de cette cathédrale qui se trouve Plaza de Mayo. Je pense que la lumière devait être particulièrement défavorable quand nous sommes passés! Sa façade est de style néo-classique. Elle évoque l’église de la Madeleine à Paris.

L’intérieur de la cathédrale est majestueux. Elle abrite le tombeau de José de San Martín, l’un des héros des guerres d’indépendance sud-américaines (déjà évoqué lors de notre passage à Lima). Le tombeau est sous la surveillance permanente de deux gardes.

 

Relève de la Garde

Une relève de la garde est toujours un événement un peu étrange qui mêle tradition militaire, spectacle touristique, symbole politique, référence historique. La relève de la garde de la citadelle de la Ville de Québec me semble encore plus étrange que celles que j’ai vues auparavant. Les soldats sont vêtus d’une tenue rouge flamboyante très proche de l’uniforme de la garde royale britannique. Ils portent en coiffe le bonnet à poil, héritage napoléonien. La cérémonie est une forme d’hommage à la Reine Elisabeth II. Mais le régiment est francophone et les ordres sont criés en français. Et la devise du 22ème régiment est la devise du Québec : « Je me souviens ». A travers cette cérémonie se rejoue tous les jours quelque chose de l’histoire entre britanniques et français, se dit quelque chose de leur rivalité, de leurs conflits et de leur métissage culturel ; et mon humanisme me conduit à ajouter, il se dit quelque chose de la fraternité qui les unit.