Mes souvenirs de voyage

Ce que j’ai préféré…

au CANADA : le bateau pour s’approcher des chutes du Niagara

aux ETATS-UNIS : Las Vegas (avec M&M’s World), Antelope Canyon (où j’ai découvert un ours), la marche dans la rivière à Zion Canyon, le 4×4 dans Monument Valley, la prison d’Alcatraz à San Francisco

au MEXIQUE : j’ai beaucoup aimé le cénote de Valladolid. C’était très beau. Mais, au bout d’un moment je m’ennuyais.

Emoji qui rit - U+1F603

 

Once upon a time in the West

Je ne peux parler de Monument Valley sans évoquer ce chef d’oeuvre de Sergio Leone. Vous trouverez ci-dessous un extrait du film qui me chavire à chaque fois que je le revois.

Il s’agit du moment où Jill (Claudia Cardinale) descend du train et arrive à Flagstone, une ville de l’ouest. Jill est une ancienne prostituée de la Nouvelle-Orléans. Elle a quitté la ville élégante de la Louisiane pour retrouver le mari qu’elle a épousé depuis peu, un irlandais nommé Peter Mc Bain qui pense faire fortune dans l’ouest.

La pendule de la gare, le visage inquiet de Jill et sa montre à gousset disent la surprise de la jeune femme qui se pensait attendue. Le temps est l’un des thèmes principaux du film. Le temps qui s’immobilise pour traduire l’ennui ou l’attente, le temps qui s’accélère quand la mort frappe, le temps qui emprisonne Harmonica (Charles Bronson) dans son passé, le temps qui avance inexorablement comme la ligne de chemin de fer qui annonce l’avènement de la modernité et la disparition d’un ouest sauvage…

Jill attendait son mari qu’elle devait retrouver dans cet ouest qu’elle ne connaît pas. Le spectateur sait déjà qu’il est mort. Lui et ses enfants ont été abattus par une bande de tueurs vêtus de longs manteaux. Jill ignore ce qu’il s’est passé, mais l’angoisse qu’on lit sur son visage laisse deviner qu’elle a un mauvais pressentiment. Sur un sol poussiéreux, elle se résout à quitter la gare. La musique mélancolique d’Ennio Morricone va progressivement se faire plus intense et plus présente. Commence alors, un plan extraordinaire, qui débute par un travelling arrière qui accompagne Jill jusqu’à la gare, nous montre l’intérieur de la gare par la fenêtre, puis la caméra s’élève progressivement, à mesure que la musique monte, pour nous faire découvrir cette petite ville de l’ouest balayée par la poussière.

On retrouve Jill à bord d’une carriole dirigée par un homme qui la conduit à la maison de son mari. Son regard change à mesure qu’elle découvre la ville, comme fascinée par ce qu’elle voit. Puis, ils quittent la ville et traversent les paysages fabuleux de Monument Valley, passant notamment devant les ouvriers qui construisent la ligne de chemin de fer qui doit relier la cote Pacifique et la cote Atlantique…

Monument Valley

J’ai vu Monument Valley il y a plus de 25 ans. J’étais alors avec mes parents et mon frère. Je me souviens avoir été ébloui en découvrant ce lieu extraordinaire. Le revoir était quelque chose que j’attendais avec fébrilité. Le faire découvrir à Elise et aux filles, dans les meilleures conditions était quelque chose d’important.

Lorsque nous étions venus avec mes parents nous avions une berline classique. Or contrairement aux parcs nationaux américains, il n’y a pas de route à Monument Valley. Seule une piste, tantôt caillouteuse, tantôt sableuse, permet de circuler dans la vallée et d’aller d’un point de vue à l’autre. Je me souviens des difficultés que mon père avait eu, il y a 25 ans, pour suivre le chemin, et, l’inquiétude d’une éventuelle crevaison en plein désert. Il me semble d’ailleurs que nous avions renoncé à emprunter certaines parties trop accidentées. Aujourd’hui, je me dis que l’absence de route et la difficulté d’accès contribuent largement à la puissance onirique du lieu.

Cette fois-ci, nous avons envisagé de louer un 4×4 pour traverser l’ouest américain. Mais devant le surcoût d’environ 1000 €, pour une location de 5 semaines, nous avons renoncé. Ceci étant, je tenais à disposer d’un 4×4 pour traverser Monument Valley. Aussi, avons-nous renoncé à dormir à proximité du site pour pouvoir en louer un, à un prix raisonnable, le temps d’une journée. Cortez, où nous dormons, est situé à 2 heures de route de Monument Valley, ce qui fait 4 heures de route aller-retour. Qu’à cela ne tienne… le spectacle méritait ce voyage d’une journée, selon moi.

La seule compagnie de location de voiture qui semble installée à Cortez est Hertz (désolé pour la publicité!). L’agence est installée à l’aéroport de la ville.

Le matin de notre visite à Monument Valley, nous nous sommes donc rendu à l’aéroport avec notre berline que nous avons laissée gratuitement sur le parking, le temps d’une journée. L’aéroport de Cortez est si petit qu’il ressemble davantage à un aérodrome. Pourtant il assure des connexions régulières vers Denver. L’aérogare est à peine plus grande que le hall de l’hôtel du coin. Lorsque nous arrivons au comptoir de la location de voiture, un monsieur, pas tout jeune, chemise à carreaux, Stetson sur la tête, une belle barbe blanche, l’oeil goguenard et avec un accent rocailleux, nous attend. Fort aimable, il me remet le contrat et les clés de la voiture. Il s’agit d’une Nissan Armada blanche. Nous sommes tous les 4 impressionnés par la taille de la voiture, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur. C’est la première fois que je conduis une telle voiture. Un vrai plaisir! C’est résistant, puissant mais ça se conduit avec la même facilité qu’une petite voiture… du moins sur des routes suffisamment larges! Conduire un tel véhicule à Paris serait vraiment compliqué.

Nous voilà partis pour Monument Valley…

Ce parc se trouve sur les terres des Navajos. La réserve Navajo mesure 60.000 km2 et est la plus grande réserve amérindienne. Elle s’étend sur 4 états différents : l’Utah, l’Arizona, le Colorado, le Nouveau Mexique. Les Navajos seraient plus de 350.000 aux Etats-Unis. Les terres qu’ils occupent sont très arides et même désertiques. Il semble que leur économie repose un peu sur l’élevage et beaucoup sur le tourisme. Ce sont eux qui exploitent Monument Valley.

Après plus d’une heure et demi de route, les pitons rocheux sont en vue. Le paysage est déjà magnifique autour de nous. La route se poursuit encore longtemps avant d’approcher les pitons rocheux qui se dessinent à l’horizon. Et puis nous arrivons à l’entrée du parc. Le soleil et les nuages se livrent une bataille dans le ciel. La lumière change de seconde en seconde lorsque nous découvrons le panorama principal. Nous sommes immédiatement plongés dans le paysage épique et sauvage de Monument Valley.

Je retrouve la même émotion qu’il y a 25 ans. Et même encore plus. Je sens que mes yeux sont embués d’émotion devant un tel spectacle. Un sentiment de plénitude m’envahit. Monument Valley est définitivement l’une des plus belles choses qu’il m’ait été donné de voir.

Après de longues minutes de contemplation, d’admiration, d’émotion, nous prenons la voiture pour descendre la piste qui fait une boucle de 27 km dans la vallée. Nous sommes secoués, mais nous rions beaucoup. Les filles s’amusent beaucoup des soubresauts de la voiture, des nuages de sables dans lesquels nous nous perdons, des virages chaotiques… A chaque point de vue répertorié par les indiens (il y en a 17), je descends faire des photos. Nous marchons un peu pour admirer le paysage. Alice adore basculer dans le coffre, si immense qu’elle peut tenir assise sans difficulté.

Nous passons trois heures dans la vallée, avançant doucement, profitant de chaque instant. En fin de parcours, les nuages se font plus menaçants, les vents de poussière plus réguliers, les touristes plus rares. Le soleil décline. Finalement, nous sommes revenus à l’entrée du parc quand le soleil est à l’horizon baignant Monument Valley d’une lumière aux reflets roses et orangés.

Je me suis perdu dans ces paysages oniriques. Je me suis retrouvé.