Sanctuaire Asakusa et quartier Shitamachi

Ce sanctuaire, le plus visité de Tokyo, rassemble dans son enceinte des temples consacrés au bouddhisme et au shintoïsme. Le bâtiment principal date de 1649, au début de la période Edo.

Le sanctuaire se trouve au milieu du quartier Shitamachi où vivaient les marchands et les artisans de la période Edo. Ce quartier a conservé de nombreux bâtiments et boutiques de cette époque.


Sanctuaire Asakusa


Shitamachi

 

Toji, Kyoto

Le temple bouddhiste Toji se situait à 10 minutes de marche de notre appartement. C’est donc naturellement le premier site que nous avons visité à Kyoto. Le temple comprend une pagode en bois à 5 niveaux, mesurant 57 mètres de haut. Il s’agit de la plus haute structure en bois du Japon. Elle fut construite initialement en 796. Un incendie la détruisit en 1486 et elle fut reconstruite sous le règne du shogun Iemitsu Tokugawa en 1643 (période Edo). Le site, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, contient plusieurs autres bâtiments abritant de très belles statues en bois de Bouddha (mais vous n’en verrez pas de photos car elles étaient interdites).

Je profite de cet article pour souligner que le fait de reconstruire à l’identique, idéalement avec les mêmes matériaux, mais parfois avec d’autres, est une tradition qui ne soulève aucun débat au Japon. Contrairement aux idées qui dominent en France en matière de gestion du patrimoine, ce qui est important pour les japonais, ce n’est pas tant la préservation de la structure et des matériaux d’origine mais la perpétuation de l’apparence originelle. C’est quelque chose que nous avons pu observer dans d’autres pays d’Asie, notamment au Cambodge (Angkor) ou au Vietnam (palais impérial de Hué). On pourrait citer des exemples plus proches de nous : la reconstruction des palais en Allemagne ou en Russie à la suite de la seconde guerre mondiale. En France, nous sommes généralement très réticents à la reconstruction de monuments classés. Je comprends la volonté de ne pas altérer un matériau utile aux historiens. Mais je trouve que cette position est parfois excessive. Dans la querelle entre partisans de la reconstruction et partisans de la conservation, j’ai plutôt tendance à me classer dans la première catégorie. Vouloir conserver dans un état figé me semble vain car l’Histoire est faite de construction, destruction, transformation, reconstruction… S’opposer à la reconstruction quand elle est raisonnée (et financée!) c’est, me semble-t’il, se priver de la chance de donner une nouvelle vie à un monument et, au contraire, courir le risque de l’amener à mourir doucement par désintérêt du public. Evidemment, vos commentaires et vos avis sont les bienvenus…


 

Promenade en photos dans le centre de Taipei

Taipei est une ville très plaisante où le piéton est le bienvenu. Après trois mois passés dans des environnements urbains très bruyants, nous avons particulièrement apprécié le calme de la capitale taïwanaise. La ville compte de nombreux parcs, un riche patrimoine architectural, des quartiers animés sans être agressifs, un métro d’une propreté irréprochable et des habitants sympathiques.


Dans le métro de Taipei


Parc du mémorial de la paix 228 (en relation avec les événements sanglants du 28 février 1947).


Les taxis jaunes sont omniprésents dans les rues de la ville


Le petit temple taoïste Tianhou, coincé entre deux boutiques


The Red House est un bâtiment iconique du quartier commerçant de Ximanding. Construit en 1908 pour servir de marché, il a été reconverti depuis en centre culturel, accueillant artistes et créateurs.


Palais présidentiel


Statues dans le quartier de Ximanding


Le parc Nishi Honganji est un vestige de la période japonaise. Un temple bouddhiste qui a brûlé se trouvait en ce lieu. Il ne reste que la cloche qui a été rénovée et un pavillon construit pour l’abriter.


Eglise presbytérienne. Les chrétiens représentent environ 4% de la population taïwanaise. Les protestants sont plus nombreux que les catholiques.


Hôpital


Statue de Lin Sen, président de la République de Chine entre 1931 et 1943

 

Pagode de Jade

Le site de la pagode Bich Dong regroupe un ensemble de temples troglodytiques, classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Ce lieu de culte, proche de Tam Coc, existe depuis le début du XVème siècle, mais sa forme actuelle date du XVIIIème siècle.

Nous l’avons visité à l’occasion de notre balade en bicyclette depuis notre hôtel.

 

Promenade sur la rivière des parfums

La promenade en bateau dragon sur la rivière des parfums fait partie des activités traditionnelles lorsqu’on séjourne à Hué. La promenade que nous avons faite durait environ 1h30 aller-retour. Elle nous a emmené jusqu’à la pagode de la Dame Céleste, en amont de la ville. Il faisait beau et la navigation sur la rivière calme fut plaisante. Toutefois, notre voyage fut gâché par deux choses. Tout d’abord, nous n’avons pas apprécié l’attitude de la personne qui nous a accueillis sur le bateau. Nous étions seuls. Nous avions été prévenus par l’hôtel qu’on nous proposerait d’acheter quelques souvenirs à bord, mais que rien ne nous y obligeait. Nous avons malgré tout acheté un « magnet ». Lorsque la personne a vu que nous n’achetions rien d’autre, elle a fait la tête tout au long du voyage et ne nous a même pas dit au revoir en partant. Le contrat était de faire un voyage en bateau pas de monter dans une boutique ambulante avec quasi obligation d’achat! Cela nous a déçus. La seconde chose qui a gâché notre voyage, c’est qu’Alice s’est sentie mal lorsque nous étions à bord. Sans doute quelque chose qu’elle avait mangé qui était mal passé. Nous avons dû écourter la visite de la pagode pour rentrer plus tôt que prévu. Heureusement ce moment d’indisposition est vite passé et Alice a retrouvé la forme dans la journée même.


La rivière des parfums


La pagode de la Dame Céleste


Offrandes faites à la rivière

 

Montagnes de marbre

Ce site, en banlieue sud de Da Nang, est constitué de 5 monts de calcaire et de marbre qui ont été utilisés comme carrières pour une importante production de sculptures plus ou moins monumentales. Depuis peu, les carrières sont fermées. Mais la tradition artisanale perdure avec des matériaux importés de sites plus éloignés. Ces montagnes abritent plusieurs pagodes, temples ainsi que des grottes transformées en lieux de culte bouddhistes et hindous.

Le temps était nuageux quand nous avons visité ce lieu, mais nous avons eu la chance de passer entre les gouttes.



Les pagodes d’Hô Chi Minh Ville

Les pagodes d’Hô Chi Minh Ville sont à l’image de la religion vietnamienne. Elles mélangent des influences des trois religions : bouddhisme, taoïsme, confucianisme.

J’ai visité 8 pagodes. Elise et les filles ne m’ont accompagné que pour la première d’entre elles, qui se situe dans le centre historique de la ville. J’ai exploré seul les 7 autres qui se trouvent dans le quartier chinois d’Hô Chi Minh Ville. Ce tour des pagodes m’a pris environ 2 heures.

 

La pagode de l’Empereur de Jade

Cette pagode taoïste avec de nombreuses références bouddhistes a été construite en 1909. Elle est dédiée à l’Empereur de Jade (Ngoc Hoang), le dieu suprême taoïste, assimilé au seigneur du ciel.

 

La pagode Phuoc An Hoi Quan

Cette pagode construite en 1902 par la congrégation du Fujian (province du Sud est de la Chine dont la capitale est Fuzhou) est dédiée au général chinois Quan Cong (IIIème siècle, dynastie Han).

 

La pagode Ha Chuong Hoi Quan

Cette pagode du Fujian est dédiée à la déesse de la Mer, Thien Hau.

 

La pagode Ong Bon

Comme les deux précédentes, cette pagode a été construite par la congrégation du Fujian. Elle est dédiée à Ong Bon, gardien du bonheur et de la prospérité. Quand j’ai visité cette pagode, plusieurs écoliers de l’école voisine s’étaient installés à l’entrée pour discuter ou réviser des leçons?

 

La pagode Tam Son

Cette pagode a été construite en 1839 par la congrégation du Sanshan (Fujian). Elle est dédiée à Me Sanh, la déesse de la fertilité.

 

La pagode Nghia An

Cette pagode a été construite par la congrégation de Chaozhou (province du Guangdong dont Canton est la capitale). Elle est dédiée à Quan Cong.

 

La pagode Thien Hau

Cette pagode du début du XIXème siècle a été édifiée par la congrégation de Canton. Elle est dédiée à Thien Hau.

 

La pagode Quan Am

Cette pagode fut construite au début du XIXème siècle par la congrégation du Fujian. Elle est dédiée à Quan Thê Âm Bô Tat, déesse de la Miséricorde également vénérée en Chine, en Corée, au Japon et au Tibet où elle a pour incarnation terrestre le Dalaï-Lama.


Le palais royal de Phnom Penh

Le palais royal est le principal lieu d’intérêt dans la ville. Sans atteindre la splendeur du palais de Bangkok, celui de Phnom Penh rassemble un bel ensemble de temples et de monuments bouddhistes rénovés. Le palais est entouré d’un mur d’enceinte.

Comme en Thaïlande, le bouddhisme est religion d’Etat.


La salle du trône


Pavillons dans les jardins du palais


Campanile


Bureaux royaux


Pagode d’argent


Fresques


Maquette d’Angkor Vat devant la pagode d’argent


Stupas

 

Photos du Tiger Temple, Krabi

Chédis ou stupas sur le chemin de l’ascension.

Un stupa est une représentation aniconique (non figurative) du bouddha historique et un monument qui commémore sa mort, son accession au parinirvana.

 


Buddha au sommet du Tiger Temple

Le Buddha est assis, main droite dans la main gauche ; c’est le mudrā de la méditation. Celui-ci mesure une vingtaine de mètres de haut.

 


Buddhas au sommet du Tiger Temple

Les doigts de la main droite du buddha de gauche forment un cercle, c’est le mudrā de l’argumentation ; celui du centre a sa main droite posée sur la jambe les doigts vers le sol, c’est le mudrā de la prise de terre à témoin (où vainqueur des forces du mal).

 


Divinité à tête d’éléphant, couverte d’offrandes

Le bouddhisme s’est réapproprié une partie de l’iconographie hindouiste. Cette statue évoque Ganesh.

 


Paysages de Krabi

 


Macaques

Rencontrer des singes est devenue une habitude depuis les grottes de Batu à Kuala Lumpur.

 


Buddhas, dans la partie basse du sanctuaire, mudrā de l’argumentation

 


Buddha

Buddha avec les doigts des deux mains jointes formant deux cercles ; c’est le mudrā de la mise en marche de la roue de la loi (dharma).

 


Statues qui accueillent les visiteurs au pied de l’escalier de 1260 marches.

 


Temple en forme de pagode qui atteste de l’influence chinoise.

 


Fontaine

 


Le tigre sacré, couvert d’offrandes