Le vieux Tbilissi

Le centre historique de Tbilissi compte de nombreuses églises (comme vous avez pu le constater dans mon précédent article) ainsi que d’autres bâtiments notoires et des monuments plus modernes. Mais les rues les plus anciennes abritent encore de nombreuses habitations décrépites qui sont progressivement rénovées ou transformées.


Façades délabrées du centre historique


Maisons rénovées


Quartier des thermes


Mosquée


Fontaine Wallace offerte par la France en 1918, à l’occasion de l’indépendance du pays


Tour-horloge de Rezo Gabriadze (2010)


Statue de Saint-Georges terrassant le dragon, place de la Liberté

Cette statue a remplacé une statue de Lénine, démolie en 1991.


Ruines de la forteresse Narikala (IVème siècle)

La forteresse, créée au IVe siècle, fut agrandie par les Omeyyades au VIIe siècle et plus tard, par le roi David le Bâtisseur (1089-1125). Son nom actuel est une déformation du nom donné par les Mongols : Narin Qala, signifiant « petite forteresse ».

 

Journée à Uji, au sud de Kyoto

Uji est une petite ville au sud de Kyoto. La ville compte comme principal intérêt le Byodo-in, ancienne villa du clan Fujiwara, transformée en temple bouddhiste en 1052. Elle est également célèbre pour sa production de thé.


Temple Byodo-in


Promenade le long de la rivière Uji


Façade de salon de thé


Bake Tanuki

On rencontre souvent ces personnages, à proximité des maisons ou des jardins japonais. Ce sont des esprits de la forêt dans la mythologie japonaise. Il leur est attribué des pouvoirs magiques. En particulier, ils peuvent changer de formes à volonté. Ils ressemblent à des blaireaux, sont affublés d’un chapeau de paille et portent une gourde de saké.

 

Le chemin de la Philosophie, Kyoto

Le chemin de la Philosophie est une promenade bucolique le long d’un canal. Il se situe entre deux temples bouddhistes célèbres : le Nanzen-ji et le Ginkaku-ji.

Ces temples sont insérés dans des écrins naturels où végétal et minéral sont les deux pôles d’un monde raffiné. Les bâtiments sont sobres avec des lignes épurées et la beauté naît de l’échange entre l’intérieur et l’extérieur, comme un dialogue harmonieux entre l’homme et la nature.


Porte monumentale du Nanzen-ji


Le Nanzen-ji, entouré de nature, est accessible depuis la station de métro de Keage à seulement 10 minutes du centre-ville.


Nanzen-ji, intérieurs


Nanzen-ji, jardin zen


Nanzen-ji, jardins


Chemin de la philosophie


Ginkaku-ji

 

Parc national de la forêt d’Alishan

Le matin où nous sommes partis visiter la forêt d’Alishan, nous étions déçus car le soleil n’était pas au rendez-vous. Mais finalement, le brouillard a conféré une ambiance mystérieuse et magique à notre promenade. Je crois que les photos en attestent. Emma était un peu enrhumé mais a bravement accompli la randonnée qui comptait de larges portions d’ascension et de nombreuses marches à gravir.

Cette journée restera comme un de mes meilleurs souvenirs sur l’île de Taïwan.


Le train qui emmène les promeneurs de l’entrée du parc aux chemins de randonnée, et sa gare.



Chemin



Cours d’eau



Souches étranges


Pavillon sur un étang embrumé

 

Parc national de Taroko en photos

Nous avons profité d’une journée ensoleillée pour faire trois petites randonnées dans le parc national de Taroko.

L’entrée des gorges


Pont de Ningan (寧安橋)


1ère randonnée : swallow grotto Yanzikou trail (燕子口步道). Cette promenade se fait le long de la route à un endroit où les gorges sont très étroites. Des casques de sécurité sont prêtés gratuitement par le parc pour protéger des éventuelles chutes de pierres.


2ème randonnée : Lushui Trail (綠水步道).


3ème randonnée : Xiangde temple (祥德寺)


Changchun shrine (長春祠)

 

La côte entre Jiufen et Hualien

Taïwan est une île montagneuse qui possède 62 sommets dépassant les 3.000 mètres. Les montagnes couvrent la majorité du territoire. La population se concentre pour l’essentiel dans les plaines de l’ouest du pays. La côte est est restée sauvage. Entre Jiufen et Hualien, la route côtière a été bâtie, pour l’essentiel, à flanc de falaise. Il faut près de 4 heures pour boucler les 190 km qui relient les deux villes. Le spectacle de la route est magnifique entre ouvrages d’art et tunnels qui longent la mer de Chine.

Nous avons fait quelques arrêts sur notre route. Au départ, pour voir quelques vestiges de la mine d’or de Jiufen et au cap Bitoujiao où nous avons fait une promenade en bord de mer. Ensuite, il n’était pas aisé de s’arrêter car la route étroite et en lacets ne dispose pas de zones aménagées pour se garer. Nos yeux ont pu admirer la beauté du paysage. Mais je n’ai pas eu l’occasion de fixer des images avec mon appareil.


Pavillon dans la montagne, après Jiufen.


Statue monumentale du temple de Cyuanji à Qitang


Les montagnes verdoyantes en sortant de Jiufen


Vestiges de l’ancienne mine d’or


Les chutes dorées où se trouvait l’ancienne mine d’or


La mer Yin-Yang, baptisée ainsi pour les sédiments sableux charriés par la rivière qui s’y déverse


Promenade au cap Bitoujiao (鼻頭角)


Cimetière près du cap Bitoujiao

 

Ascension de la grotte de Mua

La grotte de Mua ne présente aucun intérêt. Mais elle se situe au pied d’un piton karstique qui peut être gravi grâce à un escalier comptant environ 500 marches. L’ascension est récompensée par un merveilleux point de vue sur les montagnes et les rizières alentours.

Le jour où nous sommes montés, le temps était menaçant et nous avions pris avec nous des imperméables. Bien nous en a pris car la pluie s’est mise à tomber alors que nous étions proches du sommet. C’était une pluie intermittente, donc j’ai pu sortir mon appareil photo pour prendre quelques clichés de ce paysage fantastique.

Aux deux tiers de l’ascension, l’escalier se scindait en deux, l’une des voies menant à un pic légèrement plus bas, sur lequel se trouvait un mini temple. Depuis l’escalier supérieur et le sommet du piton, j’avais une vue plongeante. Ces marches qui serpentent au milieu de la montagne m’ont évoqué la muraille de Chine. Et les visiteurs qui déambulaient et se prenaient en photo près du mini temple faisaient comme des ombres chinoises…


L’escalier de 500 marches


L’escalier qui serpente sur la montagne


Vues plongeantes sur le mini temple


Ombres chinoises


Tam Coc, sous un ciel d’orage

 

Trang An

Trang An est un complexe paysager, proche de Tam Coc, constitué de nombreux pitons karstiques, au milieu desquels serpente une rivière paisible. Plusieurs promenades en barque sont proposées. Les circuits durent 3 heures, traversant des grottes, évoluant entre les montagnes et faisant des haltes dans plusieurs temples. La barque est souvent conduite par une femme, plus rarement par un homme. Vu la longueur des trajets, les passagers sont invités à pagayer pour donner un coup de main.

L’environnement est paisible, les paysages sont éblouissants et débarquer sur les rives de la rivière pour découvrir des temples perdus dans la nature est magique.



Temple Trinh



Temple Khong


La rivière Côn, Phong Nha

La rivière Côn est précieuse pour la ville de Phong Nha car elle permet d’acheminer les touristes vers la grotte voisine baptisée du même nom « Phong Nha cave ». C’est également une voie de navigation. Mais la navigabilité de la rivière est maintenue au prix d’efforts incessants menés par les villageois pour extraire les longues herbes qui se développent dans son lit. Les femmes qui conduisent les bateaux à moteur vers la grotte, pagaient à l’intérieur de la grotte, se chargent également de ratisser le lit de la rivière pour en extraire les herbes envahissantes. On voit bien quelques hommes de temps en temps. Mais ils sont très minoritaires.

 

Voyage en train entre Hué et Dong Hoi, et arrivée à Phong Nha

Pour poursuivre notre remontée vers le nord du Vietnam, nous avons de nouveau pris le train. Le voyage entre Hué et Dong Hoi dura 3 heures, en milieu de journée. La voiture où nous étions était sale et décevante par rapport à la première impression que nous avions eue lors de notre voyage en train couchettes.

Le train en gare de Hué

Un taxi nous attendait à la gare de Dong Hoi, pour nous emmener à Phong Nha à environ trois quarts d’heure de route.

Phong Nha est une destination qui a connu un essor touristique important depuis quelques années car le parc national voisin (créé en 2001) offre un paysage karstique spectaculaire et abrite quelques unes des plus grandes grottes du monde. Toutefois, les infrastructures touristiques ne sont pas encore très développées et plusieurs grottes ne sont accessibles qu’après des treks de une ou plusieurs journées, ce qui limite l’affluence de touristes. Nous étions logés un peu en-dehors de la ville, en face de la rivière Côn.

Nous avons séjourné 3 nuits à Phong Nha et avons visité deux grottes : Phong Nha cave (une grotte accessible en bateau depuis la rivière Côn) et Paradise cave (une grotte sèche à 30 km de Phong Nha, aux dimensions exceptionnelles et accessible après une heure de marche dans la forêt et la montagne).

Vue sur la rivière Côn et les formations karstiques du parc, depuis notre hôtel

 

Promenade sur la rivière des parfums

La promenade en bateau dragon sur la rivière des parfums fait partie des activités traditionnelles lorsqu’on séjourne à Hué. La promenade que nous avons faite durait environ 1h30 aller-retour. Elle nous a emmené jusqu’à la pagode de la Dame Céleste, en amont de la ville. Il faisait beau et la navigation sur la rivière calme fut plaisante. Toutefois, notre voyage fut gâché par deux choses. Tout d’abord, nous n’avons pas apprécié l’attitude de la personne qui nous a accueillis sur le bateau. Nous étions seuls. Nous avions été prévenus par l’hôtel qu’on nous proposerait d’acheter quelques souvenirs à bord, mais que rien ne nous y obligeait. Nous avons malgré tout acheté un « magnet ». Lorsque la personne a vu que nous n’achetions rien d’autre, elle a fait la tête tout au long du voyage et ne nous a même pas dit au revoir en partant. Le contrat était de faire un voyage en bateau pas de monter dans une boutique ambulante avec quasi obligation d’achat! Cela nous a déçus. La seconde chose qui a gâché notre voyage, c’est qu’Alice s’est sentie mal lorsque nous étions à bord. Sans doute quelque chose qu’elle avait mangé qui était mal passé. Nous avons dû écourter la visite de la pagode pour rentrer plus tôt que prévu. Heureusement ce moment d’indisposition est vite passé et Alice a retrouvé la forme dans la journée même.


La rivière des parfums


La pagode de la Dame Céleste


Offrandes faites à la rivière