Randonnée dans les Montagnes Rocheuses

Le Rocky Mountain National Park offre de nombreuses randonnées accessibles pour les marcheurs de tout niveau. Le parc est très fréquenté. Heureusement, il est également très bien aménagé. De grands parkings ont été construits à distance des départs de randonnées qui sont ensuite accessibles par navettes.

Le jour où nous avons visité le parc, la météo annonçait une journée très ensoleillée avec des températures agréables autour de 25°C. Nous avons choisi de faire une randonnée facile, l’Emerald Lake Trail, démarrant à 2887 m d’altitude, avec au programme 3 lacs sur le parcours, un peu plus de 200 m de dénivelé et 5 km aller-retour. Si le dénivelé semble peu important, il ne faut pas perdre de vue qu’à cette altitude il est plus difficile de respirer (environ 30% d’oxygène en moins). Finalement, ce qui semble facile ne l’est pas tant que ça.

Les paysages étaient magnifiques, quoique proches des paysages alpins.

Malheureusement, Emma n’a pas complètement profité de cette promenade car elle a ressenti rapidement des douleurs au ventre. Elle a néanmoins poursuivi la marche pour aller quasiment jusqu’au bout de la montée, et, sans se plaindre. Le lendemain, tout allait déjà beaucoup mieux pour elle.

En arrivant au sommet, les nuages se sont faits menaçants et nous avons commencé à entendre le tonnerre. Nous nous sommes empressés de redescendre. Mais l’orage nous a rattrapé. Heureusement, nous avions prévu des vêtements pour parer à une telle éventualité, pourtant non prévue par la météo! Il faut toujours être prudent en montagne. Nous avons été étonnés en redescendant de continuer à croiser des personnes qui montaient. Certaines étaient très légèrement vêtues et d’autres montaient avec des équipements pour dormir au sommet!

 

 

Le premier lac

 

 

Arrivée au second lac

 

 

Le troisième lac où seule Alice a continué de m’accompagner

 

Après notre randonnée, nous avons emprunté la route d’altitude (Trail Ridge Road), dont le point le plus haut se trouve à 3700 m, pour revenir à l’hôtel, avec quelques beaux panoramas, sous un ciel orageux.

 

La route entre Rapid City (Dakota du Sud) et Denver (Colorado)

Le jour où nous avons vu le Mont Rushmore puis Crazy Horse Memorial, nous avons pris la route pour Denver. Nous avons continué de serpenter une centaine de kilomètres entre les montagnes verdoyantes des Black Hills. Le paysage évoque par moment certaines régions vallonnées des Alpes suisses, tant la montagne est tapissée de pâturages. Quelques enclos avec le mot ranch nous rappellent que nous sommes aux Etats-Unis. Les quelques villes que nous traversons, notamment Custer, ont gardé un côté Western avec des maisons à la façade en forme de saloon.

En passant dans l’Etat du Wyoming, le paysage change radicalement. Durant environ 250 kilomètres, la route traverse d’immenses prairies desséchées, presque désertiques. Nous sommes au-dessus de 1000 m d’altitude, mais le paysage est plat ou à peine vallonné jusqu’à l’horizon où seules quelques montagnes cassent la monotonie. Très peu de traces humaines : pas de cultures, juste quelques élevages de vaches noires, des habitations isolées, quelques camions UPS ou Fedex… La route est longue sous un soleil de plomb. Nous croisons une voiture de temps en temps. Ce qui domine, c’est un sentiment d’immensité dépeuplée.

Au bout de cette route, nous arrivons dans le Colorado. Et les paysages changent de nouveau ; toujours aussi plats devant nous et sur la gauche de la route tandis qu’à droite, les montagnes se font plus hautes : ce sont les Rocheuses qui se dessinent nettement sur un ciel bleu azur. Nous retrouvons une végétation plus abondante, des cultures humaines. La route se fait plus large et le trafic plus dense. Enfin, nous voyons se dessiner au bout de notre route les tours du centre ville de Denver. Nous laissons de côté la grande ville, que nous n’aurons pas le temps de visiter, pour nous installer quelques jours dans un motel de Lakewood, dans la proche banlieue de la capitale du Colorado.