San Pedro de Atacama

Le désert d’Atacama serait la région la plus aride sur Terre, certaines zones pouvant être privées de précipitations pendant 50 ans. L’altitude varie entre le niveau de la mer et 4.678 m. Ce désert est bordé à l’est par un ensemble de volcans appartenant à la Cordillère des Andes, dont certains culminent à près de 6.000 mètres, et formant une frontière naturelle avec la Bolivie. La région concentre des paysages variés entre déserts aux structures minérales, étendues salines, volcans, geysers, dunes de sables, canyons sculptés par le vent et le sable, lacs salés… En dépit de son extrême aridité, la région offre plusieurs points privilégiés d’observation des oiseaux, notamment des flamants roses. Les zones montagneuses permettent d’approcher vigognes et lamas.

Le désert d’Atacama est célèbre dans le monde pour être un haut lieu de l’astronomie. L’altitude, l’absence de pollution lumineuse, la grande sécheresse offrent des conditions idéales pour l’observation du ciel. Plusieurs observatoires sont d’ailleurs implantés dans la région. Malheureusement, quand nous y étions, les conditions d’observation n’étaient pas optimales : présence dans le ciel de la lune et de nuages épars. Nous n’avons pas fait de visite d’observatoires. Pas facile de tout coordonner en concordance avec le calendrier lunaire dans le cadre d’un tour du Monde! Mais pour ceux qui viennent dans la région, je recommande de calculer la venue à San Pedro, en fonction de la position de la lune et de s’accorder suffisamment de jours de présence sur place pour organiser une visite d’observatoire, un soir sans nuages. Pour nous, ce sera peut-être pour une prochaine fois, si on repasse dans la région…

San Pedro est une petite ville, située au nord du Salar de Atacama, à 2.438 m d’altitude. Avec à peine 5.000 habitants, elle est la ville la plus importante à 100 km à la ronde. Elle constitue donc un lieu de gîte obligé pour toute personne qui entreprend de visiter le désert d’Atacama. Le tourisme est devenu la principale ressource de la ville avec l’exploitation des dépôts salins du désert. Comme à Cuzco (Pérou), El Calafate (Argentine) ou Puerto Natales (Chili, Patagonie), les touristes qui viennent à San Pedro sont des amoureux de la nature et des amateurs des activités de plein air. On rencontre de nombreux randonneurs, beaucoup de jeunes, des marcheurs moins jeunes et aussi quelques familles avec des enfants en âge d’aller à l’école, dont on s’est demandé s’ils ne faisaient pas comme nous un voyage au long cours. Comme dans tous ces autres lieux, on entend régulièrement parler français. La ville semble s’être adaptée à ces touristes, probablement en recherche d’une certaine authenticité. Aucune route n’est goudronnée comme pour entretenir une image de ville du désert. Aucune construction moderne ne vient altérer le paysage. Toutes les maisons semblent anciennes et un peu délabrées, ce qui n’empêche pas d’ailleurs un certain confort et la propreté derrière les murs mordus par le sable du désert (ce qui était le cas de notre petit hôtel). Pourtant, derrière cette apparence authentique, la ville n’en est pas moins une usine à touristes. Elle compte un nombre incroyable de petits hôtels, chambres d’hôtes, restaurants, cafés, agences d’excursions, boutiques d’artisanat et de souvenirs, boutiques de sport et de randonnée, boutiques de vêtements… Les quelques rues en terre battue du centre ville vibrent de cette activité touristique incessante. Malgré cela, la ville est sympathique. Il y règne une ambiance fort agréable et on prend plaisir à flâner dans ces rues au soleil couchant, après une journée de randonnée.

J’avais loué une voiture de type SUV (pas 4×4) pour faire l’aller-retour depuis Antofagasta. Mais je craignais d’utiliser notre véhicule pour arpenter les pistes du désert. L’hôte qui nous a accueillis nous a indiqué que notre véhicule était tout à fait suffisant pour circuler sur les pistes. Contrairement à mon idée initiale, nous n’avons donc pas fait appel aux services des agences d’excursion et nous avons tout visité par nos propres moyens. Malgré l’état très altéré de la piste en certains endroits, notre véhicule est passé partout sans difficulté. Cela nous a permis d’adapter le programme au rythme que nous souhaitions et surtout d’économiser plusieurs centaines d’euros budgétés pour les excursions.