Sanctuaire Asakusa et quartier Shitamachi

Ce sanctuaire, le plus visité de Tokyo, rassemble dans son enceinte des temples consacrés au bouddhisme et au shintoïsme. Le bâtiment principal date de 1649, au début de la période Edo.

Le sanctuaire se trouve au milieu du quartier Shitamachi où vivaient les marchands et les artisans de la période Edo. Ce quartier a conservé de nombreux bâtiments et boutiques de cette époque.


Sanctuaire Asakusa


Shitamachi

 

Yasukuni Jinja, Tokyo

Ce sanctuaire shintoïste rend hommage aux 2,5 millions de japonais « ayant donné leur vie au nom de l’Empereur du Japon » depuis 1868 jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale. Il possède des torii monumentaux dans différents matériaux : bois, bronze, acier, béton.

Ce lieu est l’objet de controverse car il apparaît comme un symbole du Japon impérialiste et abrite les sépultures de plusieurs criminels de guerre.

 

Fushimi Inari-Taisha

Fushimi Inari-Taisha est un sanctuaire dédié à la déesse Inari (principalement déesse des céréales, des fonderies et du commerce, gardienne des maisons, secondairement déesse de la montagne, des prostituées, des pompiers, de la fertilité), qui associe les deux traditions religieuses du Japon : shintoïsme et bouddhisme.

Ce sanctuaire, bâti sur les flancs d’une montagne au sud de Kyoto, est constitué de plusieurs temples éloignés les uns des autres. Il abrite surtout un magnifique chemin qui serpente dans la montagne sur plusieurs kilomètres et est jalonné d’innombrables torii (portes) peints en orange.


 

Ohatsu Tenjin, sanctuaire de l’amour où Alice se blessa au front

Ohatsu Tenjin est un petit sanctuaire, édifié il y a 1300 ans, aujourd’hui dissimulé entre de grands immeubles du quartier d’Umeda. La légende raconte qu’il a été bâti sur le lieu où les amants maudits, Ohatsu et Tokubei, se suicidèrent. Ohatsu était une prostituée et Tokubei un apprenti commerçant. Ils préférèrent la mort à la séparation. Cette histoire, immortalisée par le théâtre japonais, rappelle d’autres grandes histoires d’amour. On pense à Tristant et Iseult ou à Roméo et Juliette. Le temple est le théâtre d’une intense activité. On imagine les amants venir consacrés leur amour naissant et les amoureux non encore déclarés faire le voeu que leur amour sera un jour accueilli avec émotion. Une petite partie du temple est également consacré à l’amour filial et on y observe les voeux accrochés pour une nouvelle naissance.

Ce jour-là, Alice qui s’amusait à passer sa tête dans les panneaux prévus à cet effet, finit par se coincer la tête dans un trou trop petit! En voulant ressortir la tête d’un mouvement brusque, elle s’écorcha le front. Elle aurait pu se faire très mal. Heureusement, elle n’a eu qu’une égratignure. Etrangement, la marque laissée par la blessure avait la forme d’un






Alice, le jour même (à gauche) et le lendemain (à droite)

 

Sumiyoshi Taisha, Osaka

Sumiyoshi Taisha est un sanctuaire shintoïste situé dans le sud d’Osaka. Le bâtiment principal serait la réplique fidèle du temple bâti au IIIème siècle, en ce même lieu. Le pont en arche aurait été bâti en 1600.

Nous avons vu beaucoup de temples durant nos 5 mois passés en Asie. Des temples impressionnants, colorés, avec des statues gigantesques. Des temples envoûtants, où règne une ambiance mystérieuse. Mais jamais je n’avais ressenti auparavant, un tel sentiment de plénitude et d’harmonie.