Album de famille Tour du Monde 2018-19

Au cours de notre tour du Monde, nous aurons eu 4 fois le bonheur de retrouver de la famille sur notre route.

A Toronto, nous avons été accueillis par Licinha, la cousine d’Elise, son mari, Paulo, et leurs amis, Susana et Victor, qui ont eu l’extrême amabilité de nous loger pendant une semaine. Nous avons été invités par l’ami d’Elise, Goretti et son mari, Paulo.

A São Paulo, nous avons été accueillis par une autre cousine d’Elise, Clemencia, et son mari Charles, qui nous ont logés pendant une semaine. Nous avons été invités par la tante d’Elise, Maria, mère de Clemencia, et ses deux autres enfants, Aurora et Carlos, et Karen (épouse de Carlos).

En Argentine et Uruguay, nous avons passé plus de deux semaines avec mes parents, qui ont fait le voyage pour nous retrouver.

Enfin, à Hué, nous avons retrouvé Amapola (cousine de ma mère) et Daniel en voyage en même temps que nous au Vietnam (mais faisant la route du nord au sud, à l’inverse de nous).

Bon je ne fournis pas d’arbre généalogique…

Ces quatre rencontres qui ont jalonné notre tour du Monde ont été des moments chaleureux où nous avons eu à chaque fois la même joie de retrouver des personnes qui nous sont chères.

Je me suis dit que le moment était opportun de faire un petit album de famille 2018-19, de nos rencontres loin de chez nous. Le photographe est derrière l’appareil photo, comme il se doit… Merci à tous pour ces moments inoubliables.


Emma, Alice, Elise, Licinha, Paulo, Gabriel
(chutes du Niagara)


Paulo, Francisca, Goretti, Emma, Alice, Elise, Victoria
(Toronto)


Elise, Licinha, Susana, Emma, Alice, Paulo, Gabriel, Gonçalo, Victor
(Saint Jacobs Farmers Market)


Emma, Alice, Elise, Charles, Clemencia
(São Paulo)


debouts : Aurora, Clemencia, Karen, Lucas, Charles, Carlos
assises : Maria, Elise, Emma, Alice
(appartement de Carlos et Karen à São Paulo)


Jacques, Diana, Elise, Alice
(métro de Buenos Aires)


Elise, Alice, Emma, Diana, Jacques
(pizzeria El Cuartito à Buenos Aires)


Alice, Emma, Elise, Diana, Jacques
(ramblas à Montevideo)


Amapola, Daniel, Emma, Elise, Alice
(sur le pont de l’intelligence et de la justice dans le parc du tombeau
de l’empereur Minh Mang, près de Hué)


Amapola, Daniel, Alice, Elise, Emma
(sous deux frangipaniers formant une arche dans le parc du tombeau
de l’empereur Tu Duc, près de Hué)

 

Face à Face avec les requins

Nous n’avions pas prévu de voir l’aquarium de Toronto car nous avions déjà vu celui de Québec. Mais le temps était maussade et donc nous nous sommes rabattus sur cette attraction. Nous n’avons pas regretté. L’aquarium n’est pas grand mais est extrêmement bien conçu. Les espèces marines sont mises en valeur avec des éclairages de qualité. L’attraction phare est le bassin des requins qui est observable depuis un tunnel. Un tapis roulant qui serpente sous le tunnel et se déplace très lentement permet d’observer les requins en évitant les habituelles bousculades. Les visiteurs qui réservent ont également la possibilité de descendre avec des bouteilles d’oxygène dans le bassin des requins.

 

10 Dundas East, Toronto

Un soir, nous nous sommes rendus dans un quartier du centre de Toronto qui ressemble fortement à Times Square avec ses écrans où défilent les publicités, ses enseignes lumineuses, ses prêcheurs de rue, ses musiciens, ses spectacles de rue, ses habitants affairés ou paumés, son fracas, ses magasins où des personnes entrent et sortent en permanence.

J’aime ces lieux où tout le Monde se rencontre, où on sent une tension, une vibration, une violence latente, mais où les familles circulent sans crainte apparente. Finalement, c’est un sentiment proche de celui que j’éprouve quand je déambule sur le plancher de verre de la tour CN : une certaine excitation qui éveille mes sens et me donne le sentiment de vivre plus intensément. Curieusement, cette impression peut naître de la contemplation de la Nature ou en s’immergeant dans le tumulte d’une ville moderne.

Je parle d’éveil, d’hyper-conscience, mais j’aurais pu parler d’ivresse ou d’extase. Quand rêve et réalité se mêlent et nous révèlent la beauté du Monde qui nous entoure… En ces instants, je pourrai tout simplement pleurer car l’émotion atteint son paroxysme. J’ai le sentiment que les autres ne voient pas ce que je vois. Les photos que je fais ont pour but principal de fixer ces instants et de montrer ce que je vois.

Toronto, vue de la tour CN

Dans le précédent article, j’ai posté des photos de la ville de Toronto prises depuis la tour CN. La vue depuis la plateforme est magnifique. En contemplant cette forêt de tours, j’éprouve des sentiments multiples. Tout d’abord, je suis impressionné par le gigantisme et même la démesure de la ville. Je suis fasciné par la beauté de ce paysage urbain façonné par la main de l’homme : le dégradé de couleurs, les reflets et les jeux de lumière, les formes… Ensuite, je m’interroge sur les raisons d’une telle concentration, d’une telle densité d’habitations. Est-ce raisonnable? Les tours se font de l’ombre entre elles. Cela crée des problèmes de circulation et de stationnement. Est-ce même utile dans un pays où l’espace ne manque pas? Malgré tous ces reproches que je sens poindre en moi, je ne peux m’empêcher de rester admiratif devant ce paysage. J’y vois le fruit d’un travail collectif ; j’y vois la volonté des hommes de s’extraire de leur condition en construisant des structures gigantesques, qui resteront au-delà de leur existence et laisseront une trace de leur passage sur Terre. Certains parleront de vanité. Ils n’ont pas tort. Le temps réduira en poussière ce paysage comme un château de sable. Mais c’est précisément parce que rien n’est éternel qu’il faut s’émouvoir devant un tel spectacle.

 

CN Tower

La CN Tower, haute de 553 m, a été entre 1975 et 2009, la plus haute tour du Monde. Elle a été dépassée en 2009 par Burj Khalifa (Dubai). Monter sur la plateforme qui se situe à 342 m et cheminer sur le plancher en verre qui surplombe le vide, constitue l’une des attractions phares de Toronto.

Photo prise au pied de la Tour

 

Plancher de verre avec vue plongeante sur l’aquarium, 300 m. plus bas.

 

Emma et Alice, allongées sur le plancher de verre.