Kata Tjuta

Kata Tjuta, qui signifie « beaucoup de têtes » en langue aborigène, est le regroupement de plusieurs dizaines de formations rocheuses, qui émergent au milieu du bush. Elles couvrent une surface d’environ 22 km². Le sommet le plus haut, le mont Olga, culmine à 1070 m et domine la plaine environnante de 400 m à 600 m. Le parc national propose plusieurs parcours de randonnées pour tous les niveaux. La plus longue mesure 15 km ; elle s’enfonce entre deux grands massifs puis fais une boucle. Lorsque nous y étions, l’accès à la boucle était fermée dès 11h du matin, car cette randonnée, qui présente quelques difficultés techniques, devient trop dangereuse quand la température avoisine les 40°C.

Tous les guides invitent les voyageurs à assister au spectacle du lever et/ou du coucher de soleil sur Kata Tjuta. Ce sont des moments privilégiés où la lumière est plus douce, la roche prend des tonalités rouges briques, et le ciel se colore des nuances de l’aube et de l’aurore, ou, du couchant et du crépuscule.

Etant donné que le thermomètre s’enflammait tôt dans la journée et ne redescendait pas sous les 35°C avant le coucher du soleil, nous avons choisi de nous lever très tôt pour assister au lever de soleil sur les monts Kata Tjuta, puis faire un peu de marche avant 10h du matin.

J’ai remarqué que quand je dois me lever à une heure exceptionnellement matinale. Je dors très mal la nuit. Je ne parviens pas à plonger dans un sommeil profond et je me réveille plusieurs fois pour vérifier que l’heure du réveil n’est pas dépassé. Cette fois-ci ne fit pas exception. La veille au soir, je mis le réveil à 4h30 pour que nous pussions partir à 5h15 et être à la plateforme d’observation du site, dédiée au lever du soleil, à 6h00, soit un quart d’heure avant le premier rayon du soleil. Nous avions acheté croissants, muffins, laits chocolatés et jus d’orange, la veille, pour prendre le petit-déjeuner face au spectacle de la nature qui s’éveille. J’aurais dû attendre 48 ans, pour voir pour la première fois de ma vie, le soleil se lever! J’avais déjà fait des nuits blanches, mais je n’avais jamais observé le soleil au moment où il apparaît à l’horizon. Le lever fut difficile pour tout le monde. Quand nous sortîmes, la température s’élevait déjà à 24°C.  Quand nous partîmes, il faisait nuit. Sur la route, j’appréciai avec émotion la montée progressive d’une lueur bleue à l’horizon, tandis que de l’autre côté du ciel, la nuit noire était encore présente. Après 40 minutes de route, nous arrivâmes sur le site, nous marchâmes 200 à 300 mètres, environnés par le bush silencieux et semblant s’éveiller doucement, et nous rejoignîmes la plateforme. Plusieurs dizaines de personnes étaient déjà présentes, ce qui ne posait pas de problème pour observer les monts Kata Tjuta. En revanche, la place pour observer le premier rayon de soleil était étroite, et les dizaines de personne présentes s’agglutinaient dans cet espace réduit. Tout le monde attendait le premier rayon. Et quand celui-ci apparut, de nombreuses personnes expirèrent un « Ah » d’admiration. Voir tous ces gens ainsi tournés vers l’astre du jour dardé sa première lueur fut également un moment émouvant. Je me suis dit que ces gens avaient, comme moi, l’envie de se reconnecter à la nature. Ces instants de communion suffisent à me rendre optimiste. L’aube laissant la place à l’aurore, le ciel s’illumina de couleurs incandescentes et les lumières chaudes montèrent progressivement sur les monts Kata Tjuta. Je continuai à prendre quelques photos et nous finîmes avec bonheur notre petit-déjeuner. Ensuite, nous reprîmes la route pour nous rendre à l’un des départs de randonnée. Dès 8h00, la chaleur était déjà pesante. Nous marchâmes malgré tout une dizaine de kilomètres, jusqu’à 10h00. A cette heure, la chaleur était déjà insupportable. Nous avions bu près d’un litre d’eau chacun. Nous souffrîmes de la chaleur mais nous fûmes également importunés par des nuages de mouches tournant autour de nous et nous obligeant à battre des bras sans arrêt. Sur le chemin, nous nous étions d’abord moqués des personnes qui portaient une moustiquaire sur la tête. A la fin nous les enviions. L’après-midi, Elise eu la bonne idée d’acheter lesdites moustiquaires pour faire les randonnées suivantes, sans cette nuisance.

Au cours de cette première randonnée, j’ai découvert des paysages conformes à ce que mon imagination avait bâti à partir des images vues de l’Australie. La terre est rouge ; les herbes et les buissons sont jaunis par le soleil ; les arbres sont noueux, tordus, comme s’ils souffraient eux-mêmes de la chaleur, parfois regroupés en bosquets, ils font de nombreuses tâches vertes dans le paysage ; les cours d’eau sont asséchés. On marche prudemment et bruyamment pour éloigner les serpents, potentiellement dangereux, même si le risque d’une mauvaise rencontre est infime. J’ai été séduit par la beauté brute de ces paysages qui semblent intemporels.


L’aube sur les monts Kata Tjuta, avec la Lune qui reflète les rayons du soleil


Lever du soleil


Les lumières de l’Aurore


Randonnée entre les monts Kata Tjuta

 

Valle de Marte, Atacama

La Vallée de Mars ou Vallée de la Mort est un autre parc naturel situé à proximité de San Pedro. Il permet de circuler entre les structures de la Cordillère de Sel.

 

Paysages qui jalonnent la piste qui serpente dans le parc

Dune de sable

La dune de sable de la Vallée de la Lune n’est pas directement accessible aux randonneurs. Elle est intacte, sans trace humaine. Elle donne lieu à une randonnée qui permet de l’admirer au soleil couchant.

Au contraire, la dune de sable de la Vallée de la Mort, peut être gravie par les visiteurs. Des agences ont même développé une activité de surf sur sable. Mais contrairement au surf des neiges, il n’existe pas de remontée mécanique et l’ascension très raide dans le sable semble décourager rapidement les surfeurs les plus motivés.

Randonnée

Tandis que les surfeurs s’épuisaient sur la dune, nous nous sommes lancés dans une entreprise pas loin d’être aussi éprouvante en faisant une ascension d’une quarantaine de minutes dans la fournaise du désert.

Nous avons décidé de célébrer l’atteinte du sommet, en construisant un cairn à douze pierres, que nous avons immortalisé par une photo.

San Pedro de Atacama

Le désert d’Atacama serait la région la plus aride sur Terre, certaines zones pouvant être privées de précipitations pendant 50 ans. L’altitude varie entre le niveau de la mer et 4.678 m. Ce désert est bordé à l’est par un ensemble de volcans appartenant à la Cordillère des Andes, dont certains culminent à près de 6.000 mètres, et formant une frontière naturelle avec la Bolivie. La région concentre des paysages variés entre déserts aux structures minérales, étendues salines, volcans, geysers, dunes de sables, canyons sculptés par le vent et le sable, lacs salés… En dépit de son extrême aridité, la région offre plusieurs points privilégiés d’observation des oiseaux, notamment des flamants roses. Les zones montagneuses permettent d’approcher vigognes et lamas.

Le désert d’Atacama est célèbre dans le monde pour être un haut lieu de l’astronomie. L’altitude, l’absence de pollution lumineuse, la grande sécheresse offrent des conditions idéales pour l’observation du ciel. Plusieurs observatoires sont d’ailleurs implantés dans la région. Malheureusement, quand nous y étions, les conditions d’observation n’étaient pas optimales : présence dans le ciel de la lune et de nuages épars. Nous n’avons pas fait de visite d’observatoires. Pas facile de tout coordonner en concordance avec le calendrier lunaire dans le cadre d’un tour du Monde! Mais pour ceux qui viennent dans la région, je recommande de calculer la venue à San Pedro, en fonction de la position de la lune et de s’accorder suffisamment de jours de présence sur place pour organiser une visite d’observatoire, un soir sans nuages. Pour nous, ce sera peut-être pour une prochaine fois, si on repasse dans la région…

San Pedro est une petite ville, située au nord du Salar de Atacama, à 2.438 m d’altitude. Avec à peine 5.000 habitants, elle est la ville la plus importante à 100 km à la ronde. Elle constitue donc un lieu de gîte obligé pour toute personne qui entreprend de visiter le désert d’Atacama. Le tourisme est devenu la principale ressource de la ville avec l’exploitation des dépôts salins du désert. Comme à Cuzco (Pérou), El Calafate (Argentine) ou Puerto Natales (Chili, Patagonie), les touristes qui viennent à San Pedro sont des amoureux de la nature et des amateurs des activités de plein air. On rencontre de nombreux randonneurs, beaucoup de jeunes, des marcheurs moins jeunes et aussi quelques familles avec des enfants en âge d’aller à l’école, dont on s’est demandé s’ils ne faisaient pas comme nous un voyage au long cours. Comme dans tous ces autres lieux, on entend régulièrement parler français. La ville semble s’être adaptée à ces touristes, probablement en recherche d’une certaine authenticité. Aucune route n’est goudronnée comme pour entretenir une image de ville du désert. Aucune construction moderne ne vient altérer le paysage. Toutes les maisons semblent anciennes et un peu délabrées, ce qui n’empêche pas d’ailleurs un certain confort et la propreté derrière les murs mordus par le sable du désert (ce qui était le cas de notre petit hôtel). Pourtant, derrière cette apparence authentique, la ville n’en est pas moins une usine à touristes. Elle compte un nombre incroyable de petits hôtels, chambres d’hôtes, restaurants, cafés, agences d’excursions, boutiques d’artisanat et de souvenirs, boutiques de sport et de randonnée, boutiques de vêtements… Les quelques rues en terre battue du centre ville vibrent de cette activité touristique incessante. Malgré cela, la ville est sympathique. Il y règne une ambiance fort agréable et on prend plaisir à flâner dans ces rues au soleil couchant, après une journée de randonnée.

J’avais loué une voiture de type SUV (pas 4×4) pour faire l’aller-retour depuis Antofagasta. Mais je craignais d’utiliser notre véhicule pour arpenter les pistes du désert. L’hôte qui nous a accueillis nous a indiqué que notre véhicule était tout à fait suffisant pour circuler sur les pistes. Contrairement à mon idée initiale, nous n’avons donc pas fait appel aux services des agences d’excursion et nous avons tout visité par nos propres moyens. Malgré l’état très altéré de la piste en certains endroits, notre véhicule est passé partout sans difficulté. Cela nous a permis d’adapter le programme au rythme que nous souhaitions et surtout d’économiser plusieurs centaines d’euros budgétés pour les excursions.

 

Vol Punta Arenas – Antofagasta

Le voyage aérien entre Punta Arenas et Antofagasta (avec escale à Santiago), nous a propulsés en une seule journée d’une ambiance grisâtre, humide et fraîche, à la clarté aveuglante et la chaleur étouffante du désert.

Les deux villes sont distantes de 3.285 km. Nous avons dormi une seule nuit à Antofagasta, ville de près de 400.000 habitants, coincée entre la façade Pacifique et les montagnes brûlées du désert. L’objectif était de faire une étape pour nous rendre ensuite en voiture à San Pedro, à 300 km au nord-est, au coeur du désert d’Atacama.

 

Green River

Lorsque l’on visite les parcs de l’ouest américain, on recherche des villes étapes pas trop éloignées des lieux de visite. Mais généralement le prix des hôtels augmente fortement à mesure que l’on s’approche des endroits touristiques. Soucieux de maîtriser notre budget tour du Monde, nous avons constamment recherché le meilleur compromis entre prix optimisés et distances acceptables.

Pour visiter Arches National Park, la ville de Green River, située à 40 minutes en voiture de l’entrée du parc, est apparue comme le meilleur compromis. Les prix dans la ville de Moab, qui se trouve à 10 minutes de l’entrée du parc, étaient, en moyenne, supérieurs de près de 50%.

Green River est une toute petite ville (à peine 1000 habitants), perdue au milieu du désert. L’image satellite de Google, reproduite ci-dessous, permet de voir ce petit îlot de verdure au bord de la rivière du même nom, entouré de terres désertiques. Vous remarquerez peut-être ces étranges cercles verts. Ils font environ 500 m de diamètre. Ce ne sont pas des signes destinés aux extra-terrestres mais l’empreinte des cultures! La ville est depuis 1876 une ville étape.

Depuis notre départ de Paris, Green River est l’endroit le plus isolé où nous ayons dormi. Le jour, nous sentons le souffle chaud du désert. La nuit, la température descend autour de 10°C. Ce lieu dégage une impression d’intemporalité.

 

 

De Lakewood (Colorado) à Green River (Utah)

Le 1er septembre au matin, nous avons quitté Lakewood pour rejoindre Green River. Depuis le début du voyage, j’utilise l’application Google Maps, qui fait fonction de GPS, avec des cartes routières téléchargées à chaque étape. Entre parenthèses, c’est l’une des applications les plus utiles du téléphone lorsqu’on n’a pas d’abonnement « data ». Mais, ce 1er septembre, j’aurais pu me passer de Google Maps : pour aller de Lakewood à Green River il suffit d’emprunter la route 70 sur environ 540 km!

La route longe Eagle River puis Colorado River jusqu’à la frontière de l’Etat. Au début, la route est entourée de hautes montagnes et est jalonnée de stations de ski. Après 200 km, elle passe entre les falaises rouges, hautes de 400 m, de Glenwood Canyon, au-delà duquel les montagnes se font progressivement moins hautes et la végétation plus clairsemée. Puis elle longe les étranges formations géologiques de Grand Mesa qui donnent l’impression d’être sur une autre planète, avant d’arriver à Grand Junction, ultime ville à l’ouest de l’Etat du Colorado. Grand Junction construite le long de Colorado River offre un paysage relativement verdoyant avec même quelques vignobles. En quittant l’Etat du Colorado, la route monte légèrement, fait quelques lacets et bascule en Utah.

En l’espace de quelques heures de route, nous sommes passés des paysages alpins du Colorado au désert pierreux, peuplé de dunes pétrifiées, de l’Utah. Le ciel du désert est un patchwork de bleu, de nuages noirs, de nuages blancs, jaunes, oranges, colorés par la lumière du soleil qui décline.

Arrivée à Green River