Kata Tjuta

Kata Tjuta, qui signifie « beaucoup de têtes » en langue aborigène, est le regroupement de plusieurs dizaines de formations rocheuses, qui émergent au milieu du bush. Elles couvrent une surface d’environ 22 km². Le sommet le plus haut, le mont Olga, culmine à 1070 m et domine la plaine environnante de 400 m à 600 m. Le parc national propose plusieurs parcours de randonnées pour tous les niveaux. La plus longue mesure 15 km ; elle s’enfonce entre deux grands massifs puis fais une boucle. Lorsque nous y étions, l’accès à la boucle était fermée dès 11h du matin, car cette randonnée, qui présente quelques difficultés techniques, devient trop dangereuse quand la température avoisine les 40°C.

Tous les guides invitent les voyageurs à assister au spectacle du lever et/ou du coucher de soleil sur Kata Tjuta. Ce sont des moments privilégiés où la lumière est plus douce, la roche prend des tonalités rouges briques, et le ciel se colore des nuances de l’aube et de l’aurore, ou, du couchant et du crépuscule.

Etant donné que le thermomètre s’enflammait tôt dans la journée et ne redescendait pas sous les 35°C avant le coucher du soleil, nous avons choisi de nous lever très tôt pour assister au lever de soleil sur les monts Kata Tjuta, puis faire un peu de marche avant 10h du matin.

J’ai remarqué que quand je dois me lever à une heure exceptionnellement matinale. Je dors très mal la nuit. Je ne parviens pas à plonger dans un sommeil profond et je me réveille plusieurs fois pour vérifier que l’heure du réveil n’est pas dépassé. Cette fois-ci ne fit pas exception. La veille au soir, je mis le réveil à 4h30 pour que nous pussions partir à 5h15 et être à la plateforme d’observation du site, dédiée au lever du soleil, à 6h00, soit un quart d’heure avant le premier rayon du soleil. Nous avions acheté croissants, muffins, laits chocolatés et jus d’orange, la veille, pour prendre le petit-déjeuner face au spectacle de la nature qui s’éveille. J’aurais dû attendre 47 ans, pour voir pour la première fois de ma vie, le soleil se lever! J’avais déjà fait des nuits blanches, mais je n’avais jamais observé le soleil au moment où il apparaît à l’horizon. Le lever fut difficile pour tout le monde. Quand nous sortîmes, la température s’élevait déjà à 24°C.  Quand nous partîmes, il faisait nuit. Sur la route, j’appréciai avec émotion la montée progressive d’une lueur bleue à l’horizon, tandis que de l’autre côté du ciel, la nuit noire était encore présente. Après 40 minutes de route, nous arrivâmes sur le site, nous marchâmes 200 à 300 mètres, environnés par le bush silencieux et semblant s’éveiller doucement, et nous rejoignîmes la plateforme. Plusieurs dizaines de personnes étaient déjà présentes, ce qui ne posait pas de problème pour observer les monts Kata Tjuta. En revanche, la place pour observer le premier rayon de soleil était étroite, et les dizaines de personne présentes s’agglutinaient dans cet espace réduit. Tout le monde attendait le premier rayon. Et quand celui-ci apparut, de nombreuses personnes expirèrent un « Ah » d’admiration. Voir tous ces gens ainsi tournés vers l’astre du jour dardé sa première lueur fut également un moment émouvant. Je me suis dit que ces gens avaient, comme moi, l’envie de se reconnecter à la nature. Ces instants de communion suffisent à me rendre optimiste. L’aube laissant la place à l’aurore, le ciel s’illumina de couleurs incandescentes et les lumières chaudes montèrent progressivement sur les monts Kata Tjuta. Je continuai à prendre quelques photos et nous finîmes avec bonheur notre petit-déjeuner. Ensuite, nous reprîmes la route pour nous rendre à l’un des départs de randonnée. Dès 8h00, la chaleur était déjà pesante. Nous marchâmes malgré tout une dizaine de kilomètres, jusqu’à 10h00. A cette heure, la chaleur était déjà insupportable. Nous avions bu près d’un litre d’eau chacun. Nous souffrîmes de la chaleur mais nous fûmes également importunée par des nuages de mouches tournant autour de nous et nous obligeant à battre des bras sans arrêt. Sur le chemin, nous nous étions d’abord moqués des personnes qui portaient une moustiquaire sur la tête. A la fin nous les enviions. L’après-midi, Elise eu la bonne idée d’acheter lesdites moustiquaires pour faire les randonnées suivantes, sans cette nuisance.

Au cours de cette première randonnée, j’ai découvert des paysages conformes à ce que mon imagination avait bâti à partir des images vues de l’Australie. La terre est rouge ; les herbes et les buissons sont jaunis par le soleil ; les arbres sont noueux, tordus, comme s’ils souffraient eux-mêmes de la chaleur, parfois regroupés en bosquets, ils font de nombreuses tâches vertes dans le paysage ; les cours d’eau sont asséchés. On marche prudemment et bruyamment pour éloigner les serpents, potentiellement dangereux, même si le risque d’une mauvaise rencontre est infime. J’ai été séduit par la beauté brute de ces paysages qui semblent intemporels.


L’aube sur les monts Kata Tjuta, avec la Lune qui reflète les rayons du soleil


Lever du soleil


Les lumières de l’Aurore


Randonnée entre les monts Kata Tjuta

 

2 commentaires sur « Kata Tjuta »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s