Georgian Museum of Fine Arts, Tbilissi

Pour notre dernière journée à Tbilissi, nous avons visité ce très beau musée dédié aux peintres et sculpteurs géorgiens depuis le début du XXème siècle à nos jours. Aménagé dans un bâtiment historique, l’intérieur du musée est très lumineux et met bien en valeur les oeuvres. L’escalier central, sur 4 niveaux, est entièrement en verre, ce qui donne, semble-t’il, une forte sensation de vertige aux personnes qui y sont sensibles.

La collection compte un nombre impressionnant de tableaux qui montre la recherche d’une expression picturale moderne dans l’art géorgien. S’il peut sembler souvent à la remorque de mouvements occidentaux, notamment du début du XXème siècle, j’ai été très sensible à l’esthétique très personnelle développée par certains artistes. J’ai pris en photo quelques tableaux des artistes qui m’ont le plus touché. Vous noterez peut-être ma préférence pour l’art figuratif.


Façade du musée


Drapeau géorgien dans le café du musée


Escalier de verre


Radish Tordia


Oleg Timchenko


Tato Akhalkatsishvili

Parc national de la forêt d’Alishan

Le matin où nous sommes partis visiter la forêt d’Alishan, nous étions déçus car le soleil n’était pas au rendez-vous. Mais finalement, le brouillard a conféré une ambiance mystérieuse et magique à notre promenade. Je crois que les photos en attestent. Emma était un peu enrhumé mais a bravement accompli la randonnée qui comptait de larges portions d’ascension et de nombreuses marches à gravir.

Cette journée restera comme un de mes meilleurs souvenirs sur l’île de Taïwan.


Le train qui emmène les promeneurs de l’entrée du parc aux chemins de randonnée, et sa gare.



Chemin



Cours d’eau



Souches étranges


Pavillon sur un étang embrumé

 

Ascension de la grotte de Mua

La grotte de Mua ne présente aucun intérêt. Mais elle se situe au pied d’un piton karstique qui peut être gravi grâce à un escalier comptant environ 500 marches. L’ascension est récompensée par un merveilleux point de vue sur les montagnes et les rizières alentours.

Le jour où nous sommes montés, le temps était menaçant et nous avions pris avec nous des imperméables. Bien nous en a pris car la pluie s’est mise à tomber alors que nous étions proches du sommet. C’était une pluie intermittente, donc j’ai pu sortir mon appareil photo pour prendre quelques clichés de ce paysage fantastique.

Aux deux tiers de l’ascension, l’escalier se scindait en deux, l’une des voies menant à un pic légèrement plus bas, sur lequel se trouvait un mini temple. Depuis l’escalier supérieur et le sommet du piton, j’avais une vue plongeante. Ces marches qui serpentent au milieu de la montagne m’ont évoqué la muraille de Chine. Et les visiteurs qui déambulaient et se prenaient en photo près du mini temple faisaient comme des ombres chinoises…


L’escalier de 500 marches


L’escalier qui serpente sur la montagne


Vues plongeantes sur le mini temple


Ombres chinoises


Tam Coc, sous un ciel d’orage

 

Photos du Tiger Temple, Krabi

Chédis ou stupas sur le chemin de l’ascension.

Un stupa est une représentation aniconique (non figurative) du bouddha historique et un monument qui commémore sa mort, son accession au parinirvana.

 


Buddha au sommet du Tiger Temple

Le Buddha est assis, main droite dans la main gauche ; c’est le mudrā de la méditation. Celui-ci mesure une vingtaine de mètres de haut.

 


Buddhas au sommet du Tiger Temple

Les doigts de la main droite du buddha de gauche forment un cercle, c’est le mudrā de l’argumentation ; celui du centre a sa main droite posée sur la jambe les doigts vers le sol, c’est le mudrā de la prise de terre à témoin (où vainqueur des forces du mal).

 


Divinité à tête d’éléphant, couverte d’offrandes

Le bouddhisme s’est réapproprié une partie de l’iconographie hindouiste. Cette statue évoque Ganesh.

 


Paysages de Krabi

 


Macaques

Rencontrer des singes est devenue une habitude depuis les grottes de Batu à Kuala Lumpur.

 


Buddhas, dans la partie basse du sanctuaire, mudrā de l’argumentation

 


Buddha

Buddha avec les doigts des deux mains jointes formant deux cercles ; c’est le mudrā de la mise en marche de la roue de la loi (dharma).

 


Statues qui accueillent les visiteurs au pied de l’escalier de 1260 marches.

 


Temple en forme de pagode qui atteste de l’influence chinoise.

 


Fontaine

 


Le tigre sacré, couvert d’offrandes

 

 

Puno

Puno est une ville d’environ 120.000 habitants, sur le bord du lac Titicaca. Elle se situe à 3827 m d’altitude. Donc 400 m plus haut que Cuzco. La différence d’altitude n’est pas si grande. Mais, nous avons ressenti davantage de difficultés à Puno qu’à Cuzco. La ville ressemble beaucoup à Cuzco mais avec un centre historique sans grand intérêt. Puno est une étape naturelle pour découvrir le lac Titicaca.

L’hôtel Hacienda Puno où nous avons séjourné deux nuits était fort agréable. Il disposait, en particulier, d’un très bon restaurant. L’hôtel était situé à 100 m de la place principale de la ville où se trouve la cathédrale.

Le week-end où nous étions à Puno correspondait à la fête annuelle de la ville. C’était, comme chaque année, l’occasion d’un immense défilé costumé parcourant les rues du centre ville pendant plus de trois heures. Notre hôtel se situait juste au milieu du carré formé par les 4 rues où passait le défilé avec force fanfares. Toute notre après-midi de repos fut rythmée par les tambours et les cuivres. La fête se poursuivit tard dans la nuit de samedi. Mais l’isolation était suffisamment bonne et nous pûmes dormir paisiblement.

Eglise de Puno

 

Escalier de l’hôtel Hacienda Puno