Ré-installation

Deux mois ont passé déjà depuis notre retour en France. Nous avons retrouvé la famille et revu un certain nombre d’amis. Souvent on nous demande comment se passe le retour. Est-il difficile de se ré-acclimater? Etonnamment, tout s’est passé très vite. Je me rappelle encore de l’accueil que nous a réservé notre proche famille à l’arrivée à Roissy et de la route depuis l’aéroport. J’avais le sentiment d’être parti si peu de temps. Ce qui m’a frappé, c’est que tout semblait inchangé. Je connaissais la route par coeur. Tout se trouvait à la même place. Cette impression de retrouver un lieu connu m’a semblé étrange, un peu comme si je sortais d’un rêve. Au fond de moi, j’ai également ressenti un grand apaisement, heureux d’avoir accompli un si beau voyage sans anicroche, des souvenirs plein la tête, heureux de retrouver des êtres chers.

Dans les jours qui ont suivi, je me rappelle avoir noté le confort d’échanger en tout lieu avec ma langue natale.

Nous avons dormi chez mes parents quelques jours dans l’attente de récupérer notre maison, mise en location en meublé jusqu’à fin juin. Sur le plan culinaire, mon plus grand plaisir a été de retrouver la saveur des fromages français.

Les premiers jours ont été occupés à acheter une petite voiture d’occasion, à faire l’état des lieux de la maison, à relancer tous les abonnements et assurances, à planifier le déménagement. Nous avons été heureux de retrouver une maison en bon été global même si quelques dommages ont justifié la retenue d’une partie de la caution. Il nous a fallu quelques jours pour ranger nos affaires personnels, sorties des cartons, et pour avoir le plaisir de retrouver notre « chez nous ». Nous avions fait un important tri dans nos affaires personnelles avant de partir. En revenant, nous avons continué de nous débarrasser de vêtements ou d’objets devenus inutiles. Nous avons beaucoup donné à Emmaüs. Mais il a fallu également que nous réinvestissions un peu dans les vêtements, notamment pour les filles qui ont beaucoup grandi en un an.

Je suis entré en contact avec la mairie pour voir comment je pouvais communiquer à propos de notre expérience. Cette proposition a semblé avoir rencontré un intérêt. Plusieurs possibilités ont été évoquées : article dans le journal de la commune, stand-up et échange avec les habitants de la commune, exposition photo. Affaire à suivre…

Le mois de juillet est passé sans que nous nous en apercevions.

Elise a repris le travail début août. Quant à moi, je suis toujours en discussion avec mon employeur qui ne sait pas comment me réintégrer. Je suis inactif pour le moment bien que rémunéré. J’ai gardé les filles tout le mois d’août. Je profite de cette dernière semaine avant l’école pour faire réviser les 4 opérations à Alice, qui rentre au CM1 lundi prochain.

Deux mois sont passés et je crois que le moment est venu pour moi de faire quelques bilans de cette très belle année. Je publierai donc quelques articles dans les prochains jours.

 

Le vieux Tbilissi

Le centre historique de Tbilissi compte de nombreuses églises (comme vous avez pu le constater dans mon précédent article) ainsi que d’autres bâtiments notoires et des monuments plus modernes. Mais les rues les plus anciennes abritent encore de nombreuses habitations décrépites qui sont progressivement rénovées ou transformées.


Façades délabrées du centre historique


Maisons rénovées


Quartier des thermes


Mosquée


Fontaine Wallace offerte par la France en 1918, à l’occasion de l’indépendance du pays


Tour-horloge de Rezo Gabriadze (2010)


Statue de Saint-Georges terrassant le dragon, place de la Liberté

Cette statue a remplacé une statue de Lénine, démolie en 1991.


Ruines de la forteresse Narikala (IVème siècle)

La forteresse, créée au IVe siècle, fut agrandie par les Omeyyades au VIIe siècle et plus tard, par le roi David le Bâtisseur (1089-1125). Son nom actuel est une déformation du nom donné par les Mongols : Narin Qala, signifiant « petite forteresse ».

 

Sanctuaire Asakusa et quartier Shitamachi

Ce sanctuaire, le plus visité de Tokyo, rassemble dans son enceinte des temples consacrés au bouddhisme et au shintoïsme. Le bâtiment principal date de 1649, au début de la période Edo.

Le sanctuaire se trouve au milieu du quartier Shitamachi où vivaient les marchands et les artisans de la période Edo. Ce quartier a conservé de nombreux bâtiments et boutiques de cette époque.


Sanctuaire Asakusa


Shitamachi

 

Promenade dans Tainan

Durant les deux jours que nous avons passés à Tainan, le temps était gris et même souvent pluvieux. L’hôtel où nous avons dormi nous a beaucoup déçus car les photos de Booking étaient trompeuses. La ville nous est apparue triste et moins riche que sa voisine du sud (moins riche au sens littéral). Elise qui fêtait son anniversaire était déçue de ce contexte. Néanmoins, nous avons eu l’occasion de faire une promenade plaisante dans le centre historique de Tainan. Et nous avons découvert un très beau musée, à l’image de la grandeur passée de la ville. Voici quelques photos de notre promenade dans la ville. Dans l’article suivant, vous verrez quelques photos des extérieurs du musée.


Le temple du vent


On trouve dans le centre historique de nombreuses échoppes qui proposent une cuisine de rue


La rue Shennong


Temple du Grand Mazu


Temple du Dieu de la guerre


Fort Provintia, emplacement du fort néerlandais, reconverti en temple pour le Dieu de l’enseignement

 

Hội An, visite de la ville en photos

Hoi An compte une vingtaine de temples, maisons anciennes et musées qui peuvent être visitées. La ville propose un système de visite à la carte qui consiste à acheter des tickets pouvant être utilisés partout. On donne un ticket à chaque visite. La première fois, on achète obligatoirement 5 tickets. Ensuite, on achète le nombre de tickets complémentaires en fonction des visites que l’on souhaite faire. Il existe de nombreux points de vente dans tout le quartier piétonnier. Pour notre part, nous avons passé deux jours pleins à Hoi An et avons visité une quinzaine de sites en deux matinées. Voici quelques photos…


Maison commune de la congrégation chinoise du Fujian (1690)


Temple Quan Cong (1653)


Maison commune de la congrégation Minh Huong (XVIIème siècle)


Maison commune de la congrégation chinoise du Hainan (fin du XIXème siècle)


Temple chinois Trieu Chau (1845)


Maison commune des 5 congrégations chinoises (1773)


Ancienne maison de commerçant chinois, 9 D Nguyen Thai Hoc (XVIIIème siècle)


Pont couvert japonais (1590)


Maison Tan Ky (fin du XVIIIème siècle)


Maison de la famille Tran (fin du XVIIIème siècle)


Maison commune de Cam Pho


Maison commune de la congrégation chinoise de Canton (1786)


Divers

 

Jim Thompson House

Notre première visite à Bangkok a été consacrée à la demeure au style traditionnel thaï de Jim Thompson.

Jim Thompson est un industriel américain né en 1906. Après la seconde guerre mondiale, il crée en Thaïlande une société visant à relancer la confection de soie traditionnelle : la Thai Silk Company. Son entreprise est couronnée de succès. Il disparaît mystérieusement en 1967 en Malaisie. Sa mort pourrait être liée à ses activités pour les services secrets américains.

Passionné d’art, d’architecture et de décoration intérieure, sa maison de Bangkok deviendra après sa mort, un musée exploité par la fondation chargée de perpétuer sa mémoire. L’entreprise qu’il a créée continue quant à elle de prospérer.

Des visites guidées en français sont organisées plusieurs fois par jour. Nous avons pu en profiter.


La maison de Jim Thompson (parties où les photos sont autorisées)


Cocons et fils de soie

 

Hermannsburg

Etant donné que la route du West Mac Donnell National Park était barrée à cause de l’incendie, nous avons décidé de visiter la petite ville d’Hermannsburg et son ancienne mission luthérienne. La ville compte moins de 600 habitants, essentiellement aborigènes. Une bonne partie de la ville n’est pas accessible, sans un permis de passage. Nous avons aperçu très peu de gens dans les rues, sans doute à cause de la chaleur toujours aussi accablante.

Un monsieur fort aimable nous a accueilli à l’entrée de l’ancienne mission. Je pense qu’il s’agissait d’un pasteur ou qu’il avait une attache très particulière avec le lieu. Il était seul avec son chat. Il nous a demandé d’où nous venions et nous a dit qu’il rêvait de venir visiter la France et l’Angleterre qu’il ne connaissait pas. En revanche, il avait visité l’Allemagne, ce qui m’a donné à penser qu’il avait peut-être un lien de parenté avec les pasteurs qui ont oeuvré dans la mission, par le passé.

La mission fut créée en 1877 par deux pasteurs venus d’Allemagne, Schwarz et Kempe. Arrivée en Australie, ils entreprirent un voyage dantesque de 2.000 km, depuis la côte, avec au départ 2.000 moutons, 25 vaches et 40 chevaux. Leur voyage fut ralenti par l’extrême sécheresse du pays à laquelle ils n’étaient pas préparés. Il dura, en tout, près de 20 mois. Une fois arrivés sur le lieu de la future mission, ils le baptisèrent Hermannsburg en hommage à la ville allemande où ils avaient été formés. Dans les premiers mois de leur arrivée, ils n’eurent pratiquement aucun contact avec la communauté aborigène de la région, les Arandas. Progressivement, ils apprirent la langue aborigène, établirent un dictionnaire, puis une grammaire. Mais après 16 ans passés sur place, ils furent contraints de partir à cause des conditions de vie trop dures. La mission fut relancée un an plus tard avec l’arrivée d’un nouveau pasteur, Carl Strehlow, auteur du premier Nouveau Testament en langue aborigène. Il sut établir un contact plus régulier avec les aborigènes dont certains décidèrent de se sédentariser pour vivre auprès de la mission. Des pasteurs d’origine germanique se succédèrent ensuite à la mission jusqu’en 1983.

Quand on pénètre dans la mission, on a l’impression d’entrer dans une ville fantôme. Ce sentiment fut sans doute renforcé par le fait que nous fûmes seuls durant l’heure et demie de notre visite. On y découvre d’anciens véhicules rouillés et dévorés par le temps, des objets poussiéreux qui n’ont pas bougé depuis plusieurs décennies et certaines maisons aménagées en musée. Namatjira est un artiste aborigène, spécialiste d’aquarelles de paysages et de végétaux. Il vécut près de la mission et inspira de nombreux artistes aborigènes. Un portrait de Namatjira est accroché sur le mur d’une des maisons.


L’église


Bâtiments de la mission


Cabane d’isolement


Tableau noir de l’école


Véhicules


Intérieurs


Objets


Portrait de Namatjira

Notre maison sur l’Ile de Pâques

En descendant de l’avion, nous avons été accueillis par une personne de la résidence, venue nous chercher en voiture. Conformément à la tradition, elle nous a offert de magnifiques colliers de fleurs.

Notre maison se situait un peu à l’extérieur d’Hanga Roa, la seule ville de l’île. La résidence comportait d’autres maisons, mais suffisamment éloignées les unes des autres pour ne pas occasionner de gêne.

Nous étions entourés de verdure avec des sculptures emblématiques du culte de l’homme-oiseau.

Durant les 4 jours passés sur l’île, nous avons eu des températures très agréables autour de 25° dans la journée avec souvent une douce brise. La nuit, les températures descendaient en-dessous de 20° ce qui était idéal pour dormir.

 

Valparaíso

Valparaíso est une ville de 300.000 habitants située sur la côte Pacifique, à moins d’une heure et demie de voiture de Santiago. Nous lui avons consacrée une journée de visite. Quelques jours auparavant, j’avais reçu une alerte du fil d’Ariane nous prévenant que des manifestations violentes se tenaient dans la zone portuaire (un peu à l’image des manifestations gilets jaunes qui dégénèrent!). Nous y sommes allés un dimanche, journée normalement plus calme. De fait, les rues de la ville basse, près du port, étaient paisibles et même plutôt désertes.

Après plusieurs jours passés dans la chaleur étouffante de Santiago, le vent qui soufflait sur Valparaíso était un vrai bonheur. Nous avons ainsi pu arpenter longuement les rues qui montent et qui descendent sans trop souffrir de la chaleur.

La ville de Valparaíso se caractérise par ses maisons colorées construites sur les collines qui entourent le port. Plusieurs funiculaires permettent de joindre les rues de la ville basse avec des points stratégiques des collines environnantes. Malheureusement, nous n’avons pas eu de chance car deux d’entre eux étaient fermés quand nous y étions. Nous avons pu tout de même expérimenter deux autres funiculaires qui montaient très à pic. L’autre originalité de Valparaíso réside dans la multitude de ses murs peints. Les oeuvres sont évidemment de qualités inégales mais l’ensemble donne une vitalité exceptionnelle aux rues de la ville.

 

Vue d’ensemble de la ville depuis la maison de Pablo Neruda

 

Les funiculaires

 

Vues sur le port

 

La ville haute

 

Les murs peints

 

Pop culture

 

Pablo Neruda

Pablo Neruda est probablement le plus célèbre des écrivains chiliens. Né le 12 juillet 1904, il meurt le 23 septembre 1973, moins de deux semaines après le coup d’Etat contre Salvador Allende, dont il était proche. Sa mort, officiellement attribuée au cancer, serait, selon certaines expertises conduites dans les années 2010, un assassinat provoqué par une injection létale. Pablo Neruda aurait été la victime de Pinochet qui le considérait comme une menace pour asseoir son pouvoir.

Pablo Neruda est considéré comme l’un des plus grands écrivains chiliens. Son oeuvre a été récompensée par un prix Nobel de littérature en 1971.

Au-delà de son oeuvre littéraire, Pablo Neruda est une figure importante du XXème siècle. Il fut diplomate et vécut notamment en Espagne avant la guerre civile où il rencontra des écrivains espagnols majeurs, parmi lesquels Federico García Lorca (qui aura une influence importante sur son oeuvre et sa vie) et Rafael Alberti. Son engagement politique est marqué par son adhésion aux idées communistes.

Au cours de notre voyage au Chili, nous avons visité deux maisons de Pablo Neruda, aujourd’hui transformées en musées : la Chascona à Santiago, maison qui fut d’ailleurs saccagée par les partisans de Pinochet, au moment du coup d’Etat ; la Sebastiana à Valparaíso. Pablo Neruda accordait beaucoup d’importance au cadre dans lequel il vivait. Il était passionné par les objets qu’il collectionnait. J’avoue très peu connaître l’oeuvre de l’écrivain chilien. Je me rappelle d’un ou deux poèmes étudiés en cours d’espagnol, mais guère plus. Mais découvrir ces maisons dont il a conçu l’agencement et l’ameublement, et qu’il a peuplées de ses objets favoris, permet d’approcher l’esprit de cet homme, qui aimait le jeu, la vie, la mer, les bateaux, la bonne chère, les livres, les objets…

Les photos n’étant pas autorisées à l’intérieur des maisons, vous ne trouverez ci-dessous que des photos de l’extérieur des maisons. Sans doute est-ce mieux ainsi car les photos ne seraient qu’une représentation partielle et subjective des décors construits par le poète, incapables de restituer les vibrations que l’on ressent sur place.

 

La Chascona, Santiago (et mur peint à son effigie)

 

La Sebastiana, Valparaíso (et vues de la ville depuis l’intérieur de la maison)