Mes souvenirs de voyage

Ce que j’ai préféré…

au CANADA : le bateau pour s’approcher des chutes du Niagara

aux ETATS-UNIS : Las Vegas (avec M&M’s World), Antelope Canyon (où j’ai découvert un ours), la marche dans la rivière à Zion Canyon, le 4×4 dans Monument Valley, la prison d’Alcatraz à San Francisco

au MEXIQUE : j’ai beaucoup aimé le cénote de Valladolid. C’était très beau. Mais, au bout d’un moment je m’ennuyais.

Emoji qui rit - U+1F603

 

Au revoir le Mexique

Cet article conclut notre séjour au Mexique. A l’heure où je l’écris, nous sommes à Aguas Calientes au Pérou, au pied du Machu Picchu, que nous avons visité ce matin.

Au Mexique, nous avons traversé les Etats de Quintana Roo (Cancún, Tulum), du Yucatán (Valladolid, Mérida), de Campeche (Campeche), de Tabasco (passage en car mais sans arrêt) et fini notre séjour par une incursion de quelques jours dans le Chiapas.

Je retiendrai de notre séjour les couleurs du pays. Le vert tout d’abord qui est vraiment la couleur du pays. Le vert de la forêt tropicale qui couvre toutes les régions que nous avons traversées. Le vert des Cénotes. Le vert souvent porté par les mexicains. Le vert qui est la première couleur du drapeau, symbole de l’indépendance et de l’espoir du peuple dans l’avenir. Je visualise aussi les couleurs vives des vêtements et des maisons peintes. Les couleurs vives de la fête et des peintures qui décorent les crânes.

Je retiendrai de notre séjour la joie de vivre des mexicains et leur accueil souvent chaleureux. Je repense aux jours de fête à Mérida et à Palenque. La musique dans les rues. Les bals populaires. Les sourires des enfants croisés dans la rue. Ce que je décris ici est loin de l’image violente que l’on peut avoir de la société mexicaine. Cette violence est réelle dans certaines régions, mais, par chance, nous ne l’avons pas rencontrée. Nous avons vu le dénuement extrême mais finalement moins d’images choquantes que ce que nous avons pu voir, par exemple, à San Francisco. Nous n’avons pas ressenti d’insécurité, hormis lors de notre arrivée à Tulum. Ceci étant, nous avons toujours été prudents dans nos déplacements et dans nos attitudes.

Je retiendrai du Mexique sa superbe forêt et une collection d’animaux étranges, représentants d’une grande biodiversité, qui semble ici plus épargnée qu’ailleurs. Et cela fait du bien de le constater! Nous n’avons pas trop souffert du climat tropical, même si nous avons essuyé quelques épisodes qui resteront des souvenirs gravés dans nos mémoires, comme lors des visites des ruines de Tulum ou des ruines de Cobá.

Enfin, je dois dire que j’ai été impressionné par l’exceptionnel patrimoine archéologique du pays. Nous avons vu 6 sites magnifiques. Certains d’entre eux n’ont pas encore délivré tous leurs trésors. Imaginez qu’il existe encore des dizaines de site que nous n’avons pas vus!

Nous avons souvent eu le sentiment que le temps passait trop vite…

 

La Aldea, un lieu idyllique

Nous avons passé nos derniers jours au Mexique dans une résidence magique, nommée Aldea, située à l’extérieur de la ville de Palenque, en plein milieu de la jungle. Si ce n’est les quelques voitures qui étaient garées à l’entrée de la résidence, ce lieu avait quelque chose d’intemporel. Le soir, nous entendions de nombreux bruits d’animaux. Probablement des oiseaux. Notre chambre se trouvait dans une maison entourée d’un jardin à la végétation luxuriante. Contrairement à ce que nous redoutions, le climat n’était ni trop chaud, ni trop humide.

Nous y sommes restés quatre jours et avons pu profiter pleinement de ce moment de ressourcement. Parfois, nous avions la grande piscine pour nous seuls. Nous étions devenus des habitués du restaurant où les serveurs un peu froids au début devinrent progressivement plus chaleureux. Il faut dire que personne ne semblait rester plus d’une journée ou deux. Comme l’a écrit Elise, nous ne nous sommes pas vraiment régalés durant notre séjour. La nourriture était correcte mais sans réelle saveur. Le restaurant de Palenque était un peu mieux, sans plus. Mais il bénéficiait d’un cadre magnifique.

Ces derniers jours passés au Mexique ont été savoureux. Nous étions coupés du monde, entourés du jardin d’Eden. Des instants un peu irréels dont on se demande si on les a vécus ou si on les a rêvés. Douceur de vivre…

Mexico, Mexi…..CO !

Cela faisait donc bien longtemps que je n’étais pas passée par ici livrer mes impressions. Voilà donc une bonne occasion de vous faire un bilan – à ma manière – de notre périple mexicain.

L’époux a déjà évoqué le « background » culturel et historique du pays, je m’en vais donc vous compter mon expérience (très personnelle, comme toujours).

Alors, pour commencer, le Mexique dégage une incroyable énergie positive. Les gens y sont extrêmement sympathiques et accueillants, on sent tout de suite que malgré leur dénuement, ils sont heureux de vivre… et ça, les amigos, ça n’a pas de prix !

Justement, en parlant de prix, la vie au Mexique est relativement bon marché et en termes d’achats souvenirs, il y a de quoi faire (dixit la fille qui trouverait toujours de quoi acheter au milieu de nulle part). Eh oui, à moi les sacs tissés multicolores – qui se sont finalement avérés être d’origine colombienne, mais ne nous attardons pas – les bijoux et leurs têtes de mort colorées que l’on trouve un peu partout…

Je n’ai malheureusement pas pu me « lâcher » car l’époux organisateur de valises et grand manitou de la logistique m’avait prévenue : « si achats volumineux tu feras, d’une paire de chaussures tu te délesteras »… oui, oui, l’époux est parfois en mode « maître Yoda » 😉

Quant à la nourriture, et je sais que c’est là un de vos thèmes préférés, je dirai, pour résumer que deux hypothèses s’offrent à nous :

– nous avons essentiellement sillonné le Yucatan et avons donc souvent eu à faire à la fameuse « comida yucateca » qui, n’a pas vraiment de saveur car peu relevée. On a l’impression que tous les aliments sont « bouillis ».

– et puis franchement, à force de devoir choisir entre fajitas et nachos et enchiladas et nachos, fajitas etc, on finit par faire une indigestion 😉

J’aurai quand-même appris à y faire un superbe guacamole – meilleur que celui des restaurants selon mes trois camarades de voyage, et ils sont totalement objectifs, voyons!

Pour résumer, vous l’aurez compris, le Mexique m’a conquise pour diverses raisons. Les sites sont merveilleux, les gens sympathiques et puis bon, ils ne se formalisent même pas quand je glisse quelques mots de portugais dans la conversation, alors sont pas forts les GRINGOS 😉

 

Cité maya de Palenque

La cité maya de Palenque est le 6ème et dernier site archéologique que nous ayons visité au Mexique. Il se situe à la limite de la péninsule du Yucatán, entouré de la forêt tropicale du Chiapas. L’exploration du site est loin d’être achevée. Il resterait plusieurs centaines, peut-être plus de mille, structures encore enfouies dans la forêt. Celles qui sont accessibles sont aussi impressionnantes qu’à Chichén Itzá, Uxmal ou Edzná. Mais l’environnement du site est plus sauvage, ce qui lui donne encore plus de force. En nous promenant dans la forêt, nous avons eu la chance d’apercevoir des singes hurleurs évoluant dans leur environnement naturel. Quelle émotion et quel bonheur d’approcher ainsi la vie sauvage!

 

Singes hurleurs aperçus dans les arbres