Etape de 2 jours à Hua Hin

Hua Hin est une ville de 80.000 habitants (2013). Lieu de villégiature pour les bangkokiens fortunés et station balnéaire internationale, Hua Hin est une ville moderne qui a su garder son identité thaïlandaise.

Nous y avons dormi 3 nuits. Nous disposions d’un très bel appartement dans un immeuble récent, un peu en-dehors du centre ville.

Comme à Surat Thani, nous avons utilisé l’application Grab à chaque fois que nous devions nous déplacer. La course nous coûtait 3 à 4 €. Avec la carte SIM que nous avions achetée à Ao Nang, il était très simple de commander un véhicule depuis n’importe quel point de la ville. Le temps d’attente n’excédait jamais 5 minutes. Le premier jour, nous pensions rentrer à l’appartement en Tuk-Tuk, mais le prix demandé par son conducteur était plus élevé que la course dans une voiture commandée avec Grab où nous bénéficions d’un autre confort avec la climatisation.

A Hua Hin, nous avons été surpris de découvrir un supermarché comparable à ceux que nous connaissons en France. Bien sûr, la gamme de produits était un peu différente, mais nous retrouvions tout de même beaucoup d’aliments similaires, ce qui nous facilitait les choses pour cuisiner. On y trouvait même des produits français mais souvent à des prix bien plus élevés. Nous étions donc très attentifs à privilégier l’achat d’aliments locaux pour éviter une inflation de notre facture en caisse.

A Hua Hin, nous avons également découvert une chaîne thaïlandaise proposant une délicieuse cuisine japonaise : Fuji. Nous y mangions pour environ 30€ à 4. Nous y sommes retournés à plusieurs reprises par la suite à Bangkok et Chiang Mai.

 

Ichi Ni Nana Izakaya

Comme son nom l’indique, Ichi Ni Nana Izakaya, est un restaurant japonais de Melbourne. Sa façade laisse à peine présager qu’il s’agit d’un restaurant. On ouvre une première porte et on accède à un couloir qui donne l’impression d’entrer dans une maison japonaise traditionnelle. On longe un escalier et après avoir poussé une seconde porte, on pénètre enfin dans le restaurant. Il faut du temps pour s’accoutumer à la pénombre du lieu quand on vient de l’extérieur. La première chose que l’on voit, c’est l’atelier où les cuisiniers coupent les ingrédients et préparent sushis, sashimis et autres makis. La décoration est faite de bois et de matériaux bruts. L’atmosphère nous transporte immédiatement dans un Japon intemporel. Quand on découvre la carte, on s’aperçoit que ce voyage dans le temps et l’espace a un prix payé. Dans l’ensemble les plats sont chers mais ils sont sublimes. Il faut éviter les sashimis aux prix exorbitants et rechercher des mets plus travaillés, plus accessibles et délicieux. A déguster, pour le décor, l’ambiance et l’excellente cuisine.

 

El indio feliz, Aguas Calientes

La rubrique des recommandations gastronomiques compte un faible nombre d’articles. Le dernier article date du buffet de l’Aria à Las Vegas! Au Mexique, les adresses où nous avons mangé étaient quelconques. Au Pérou, nous avons mieux mangé dans l’ensemble.

Mais le restaurant indio feliz d’Aguas Calientes est un joyau caché. Nous y sommes allés le premier soir sur le conseil de notre hôtel. Nous y sommes retournés le lendemain soir et  le surlendemain midi avant de prendre le train de retour pour Cuzco. Nous y avons donc mangé trois jours de suite. Le décor est baroque et chaleureux. Le restaurant est meublé de tables et de fauteuils anciens. Les murs sont lambrissés et recouverts de tableaux à l’huile. Les pots de fleurs ornementent les différentes salles. Mais le plus important reste ce que l’on trouve dans les assiettes. Les plats sont raffinés et faits avec des produits de grande qualité. Je ne me souviens pas avoir jamais mangé une salade de légumes avec des produits d’une telle fraîcheur. Inoubliable! Les pains encore chauds sont délicieux. Et la mousse au chocolat donne l’impression d’être dans un excellent restaurant parisien! Il faut dire que le patron du restaurant est français et que le niveau d’exigence qu’il a placé dans sa cuisine lui permet de toucher au sublime en alliant savoir-faire de la cuisine française et produits locaux.

Pour ne rien gâter, les serveurs sont aimables et le patron nous a couverts de gestes de courtoisie le dernier jour : bouteille de vin offerte, deux desserts offerts, petits cadeaux pour les filles, bracelets chamaniques offerts… Une belle rencontre. Un moment chaleureux.

 

La Aldea, un lieu idyllique

Nous avons passé nos derniers jours au Mexique dans une résidence magique, nommée Aldea, située à l’extérieur de la ville de Palenque, en plein milieu de la jungle. Si ce n’est les quelques voitures qui étaient garées à l’entrée de la résidence, ce lieu avait quelque chose d’intemporel. Le soir, nous entendions de nombreux bruits d’animaux. Probablement des oiseaux. Notre chambre se trouvait dans une maison entourée d’un jardin à la végétation luxuriante. Contrairement à ce que nous redoutions, le climat n’était ni trop chaud, ni trop humide.

Nous y sommes restés quatre jours et avons pu profiter pleinement de ce moment de ressourcement. Parfois, nous avions la grande piscine pour nous seuls. Nous étions devenus des habitués du restaurant où les serveurs un peu froids au début devinrent progressivement plus chaleureux. Il faut dire que personne ne semblait rester plus d’une journée ou deux. Comme l’a écrit Elise, nous ne nous sommes pas vraiment régalés durant notre séjour. La nourriture était correcte mais sans réelle saveur. Le restaurant de Palenque était un peu mieux, sans plus. Mais il bénéficiait d’un cadre magnifique.

Ces derniers jours passés au Mexique ont été savoureux. Nous étions coupés du monde, entourés du jardin d’Eden. Des instants un peu irréels dont on se demande si on les a vécus ou si on les a rêvés. Douceur de vivre…

North Beach, San Francisco

North Beach est le quartier italien de la ville. C’est là que se trouve la célèbre rue des Lombards, que j’ai renoncé à photographier car aucun angle ne me convenait! Je pense qu’il faut la prendre depuis le ciel. Mais voilà, nous n’avions ni avion, ni hélicoptère, ni même un drone pour avoir cette vue idéale!

Nous avons dîné les deux soirs de suite dans des restaurants italiens du quartier. Le premier restaurant était délicieux. J’ai bu un excellent verre de Montepulciano, à la robe noire couleur sang de toro! Les serveurs étaient des caricatures d’italiens charmeurs et sympathiques au possible, usant de quelques mots de français pour nous ravir.

Le buffet de l’Aria

Buffet Aria

A Las Vegas, nous avons dîné un soir au buffet gastronomique de l’hôtel Aria. Pour moins de 100$ à 4, nous avons pu déguster de nombreux plats de très grande qualité. Le choix est immense et il évidemment impossible de tout goûter. L’ensemble est d’un niveau exceptionnel.

Il est conseillé de venir tôt pour éviter une longue attente avant d’être placé, le restaurant ayant le bon goût de limiter les accès pour éviter toute bousculade autour des comptoirs de cuisine.