Année scolaire terminée!

Nous avons terminé l’année scolaire des filles. Pour rappel, Emma suivait le cours de 5ème tandis qu’Alice suivait le cours de CE2. Nous avions commencé début août pour prendre un peu d’avance et nous avions choisi d’utiliser les cours du CNED afin de disposer d’un cadre pédagogique et de supports. Nous ne regrettons pas ce choix. Dans l’ensemble, les supports sont bien faits. Et le système des évaluations permet de vérifier la progression dans l’année. Bien sûr, le CNED peut s’améliorer sans peine sur certains sujets. En particulier, il est parfois compliqué de s’y retrouver dans le classement des documents et dans l’utilisation des supports interactifs sur le site Internet. Mais ces défauts restent secondaires par rapport au service rendu. Nous avons trouvé que le niveau était relevé pour les matières littéraires : français (pour les 2), anglais (pour les 2), espagnol (LV2 pour la 5ème). Nous avons particulièrement apprécié les vidéos et les cours interactifs qui rendent l’enseignement plus vivant.

Nous avons consacré en moyenne 1 heure par jour aux cours, week-ends compris (et sans interruption pour les périodes scolaires françaises). Bien sûr, nous avons allégé un peu le programme pour nous concentrer sur les matières essentielles. Voici le taux de couverture atteint par matière :

  • Pour Alice
    • français : 100%
    • mathématiques : 100%
    • anglais : 88%
    • histoire-géographie : 88%
    • enseignement civique : 88%
    • matières délaissées : musique, enseignement artistique, éducation physique et sportive
  • Pour Emma
    • français : 90%
    • mathématiques : 100%
    • anglais : 100%
    • espagnol : 100%
    • physique-chimie : 100%
    • sciences et vie de la Terre : 100%
    • matières délaissées : technologie, musique, enseignement artistique, éducation physique et sportive

Pour ce qui est du sport, entre la marche, la natation, l’escalade, la plongée, etc., les filles ne sont pas restées inactives… Et pour ce qui est des matières artistiques, nos nombreuses visites culturelles doivent compenser en partie les impasses faites. Elles auront l’occasion de se rattraper plus tard.

Pour nous, ça a été l’occasion de voir le contenu des programmes. J’avoue être perplexe sur le contenu de certaines matières en CE2. J’ai déjà parlé du niveau d’anglais qui me semble très élevé pour cet âge. Mais ce qui m’a le plus surpris, ce sont les cours relatifs à l’enseignement civique qui me semblent beaucoup trop compliqués pour cet âge. Je sais que plus on commence tôt, plus il y a des chances que les enfants retiennent des choses. Mais tout de même! Enseigner la différence entre un conseiller général et un conseiller régional me semble un peu prématuré. Expliquer à un enfant de CE2 les subtilités de la répartition du pouvoir législatif ou exécutif entre le président, le gouvernement, les deux chambres, apparaît un peu ambitieux. Et que va retenir un enfant de cet âge sur le système de la sécurité sociale? Si je loue la volonté de faire un enseignement civique, il me semble mal adapté pour des enfants de CE2. Je pense qu’on ferait mieux de consacrer plus de temps et plus d’efforts aux enseignements fondamentaux.

Cette parenthèse faite, j’en arrive à l’essentiel. J’ai le sentiment que les filles ont beaucoup progressé et je dois dire que je suis plutôt fier du travail que nous avons accompli. Encore mieux, je garderai en mémoire avec émotion ces moments passés à faire les cours avec les filles.

Bravo à elles!

 

Album de famille Tour du Monde 2018-19

Au cours de notre tour du Monde, nous aurons eu 4 fois le bonheur de retrouver de la famille sur notre route.

A Toronto, nous avons été accueillis par Licinha, la cousine d’Elise, son mari, Paulo, et leurs amis, Susana et Victor, qui ont eu l’extrême amabilité de nous loger pendant une semaine. Nous avons été invités par l’ami d’Elise, Goretti et son mari, Paulo.

A São Paulo, nous avons été accueillis par une autre cousine d’Elise, Clemencia, et son mari Charles, qui nous ont logés pendant une semaine. Nous avons été invités par la tante d’Elise, Maria, mère de Clemencia, et ses deux autres enfants, Aurora et Carlos, et Karen (épouse de Carlos).

En Argentine et Uruguay, nous avons passé plus de deux semaines avec mes parents, qui ont fait le voyage pour nous retrouver.

Enfin, à Hué, nous avons retrouvé Amapola (cousine de ma mère) et Daniel en voyage en même temps que nous au Vietnam (mais faisant la route du nord au sud, à l’inverse de nous).

Bon je ne fournis pas d’arbre généalogique…

Ces quatre rencontres qui ont jalonné notre tour du Monde ont été des moments chaleureux où nous avons eu à chaque fois la même joie de retrouver des personnes qui nous sont chères.

Je me suis dit que le moment était opportun de faire un petit album de famille 2018-19, de nos rencontres loin de chez nous. Le photographe est derrière l’appareil photo, comme il se doit… Merci à tous pour ces moments inoubliables.


Emma, Alice, Elise, Licinha, Paulo, Gabriel
(chutes du Niagara)


Paulo, Francisca, Goretti, Emma, Alice, Elise, Victoria
(Toronto)


Elise, Licinha, Susana, Emma, Alice, Paulo, Gabriel, Gonçalo, Victor
(Saint Jacobs Farmers Market)


Emma, Alice, Elise, Charles, Clemencia
(São Paulo)


debouts : Aurora, Clemencia, Karen, Lucas, Charles, Carlos
assises : Maria, Elise, Emma, Alice
(appartement de Carlos et Karen à São Paulo)


Jacques, Diana, Elise, Alice
(métro de Buenos Aires)


Elise, Alice, Emma, Diana, Jacques
(pizzeria El Cuartito à Buenos Aires)


Alice, Emma, Elise, Diana, Jacques
(ramblas à Montevideo)


Amapola, Daniel, Emma, Elise, Alice
(sur le pont de l’intelligence et de la justice dans le parc du tombeau
de l’empereur Minh Mang, près de Hué)


Amapola, Daniel, Alice, Elise, Emma
(sous deux frangipaniers formant une arche dans le parc du tombeau
de l’empereur Tu Duc, près de Hué)

 

Journée détente entre deux visites de temples

Détente… en fait pas complètement! Lors de ces journées où nous visitons moins, nous en profitons généralement pour travailler un peu plus avec les filles. J’en profite pour dire que nous sommes contents de notre choix d’utiliser les supports du CNED. Cela nous a vraiment donné une structure. Nous sommes bien en ligne par rapport au calendrier des cours et des remises d’évaluation. Nous devrions boucler le programme pour les matières principales sans problème (français, maths) et atteindre un niveau d’avancement d’au moins 80% pour les autres matières (langues, histoire-géo, sciences).

Lors de cette journée détente, nous avons fait une partie de mini-golf. Les décorations des trous du parcours s’inspirent des temples voisins. Nous avons un peu souffert tant il faisait chaud.

Le mini-golf étant un peu à l’extérieur de Siem Reap, j’en ai profité pour faire quelques photos depuis le tuk-tuk pour donner une idée de la campagne alentour. Dès que l’on sort des axes principaux, la route cède la place à la piste, couverte d’une terre couleur brique. Les maisons sont très modestes. On aperçoit quelques vaches malingres. Les enfants courent souvent pieds-nus… Du coup, cet article donne un contraste un peu étrange entre nous qui nous permettons un plaisir complètement superflu et ces habitants qui vivent dans une grande pauvreté.



 

Tyroliennes en Thaïlande

Nous avons eu deux expériences tyrolienne en Thaïlande.

La première à Ao Nang était facile avec un encadrement presqu’excessif de la part du staff. Ceci étant, le personnel était vraiment charmant. Nous avons eu le droit à des boissons et des fruits frais après le parcours qui a duré environ 2 heures. Alice qui avait beaucoup insisté pour que nous fassions cette activité avait été un peu déçue par le niveau de difficulté. Elle nous a tannés tout le voyage pour que nous fassions un nouveau parcours de tyroliennes.

C’est à Chiang Mai, que nous avons eu notre seconde expérience. Le moins qu’on puisse dire, c’est que le niveau d’émotion est monté de quelques crans. Le parcours se situait dans la forêt à une heure de route de la ville. Il comptait 26 tyroliennes dont les 3 plus longues mesuraient respectivement 258 m, 312 m et 765 m! Toutes étaient installées en plein milieu de la forêt, ce qui rendait l’expérience d’autant plus plaisante. Pour la plus longue des tyroliennes, il n’était pas possible de distinguer le point d’arrivée lorsqu’on s’élançait. En plus des tyroliennes, le parcours comptait 3 descentes en rappel et un pont de singe… Le personnel s’amusait à faire peur aux participants en poussant des cris, balançant les tyroliennes en diagonale au moment du départ, laissait courir les cordes en chute libre sur les descentes en rappel, secouait le pont de singe tant que possible… Mais ils ne mettaient pas la sécurité en jeu. C’était des joyeux plaisantins! Les deux filles n’ont pas eu peur pour autant. Alice était évidemment la plus jeune. Elle devait souvent être portée au départ ou à l’arrivée des tyroliennes, ou faisait certains ateliers en duo avec les animateurs ou avec Emma! Nous nous sommes beaucoup amusés. Après le parcours, nous avions un déjeuner inclus dans le prix.

Les deux vidéos de ces aventures sylvestres sont ci-dessous. Vous pourrez comparer la différence. Je n’ai pas filmé le parcours de 765 m. En revanche, celui de 312 m est au milieu du second film…

 

Ao Nang Zipline

 

Dragon Flight – Chiang Mai

 

Visite de l’ancienne prison de Melbourne

Quand on visite Old Melbourne Gaol, en plein coeur de la ville, on découvre une prison comme on les imagine, avec des cellules sur trois niveaux alignées autour d’un puit central. Le lieu a quelque chose de ténébreux et glaçant. On peut y voir les instruments utilisés pour les punitions et châtiments corporels, la potence où étaient exécutés les condamnés à mort, des photos d’anciens prisonniers, des extraits de journaux et articles d’époque, des récits sur les détenus… Le lieu est lugubre mais très intéressant à découvrir. On mesure l’inhumanité de l’incarcération en pénétrant dans un tel lieu.

Malgré tout, nous avons beaucoup ri avec les filles. Le clou de la visite est une simulation d’arrestation opérée par un agent de police doublé d’un gardien de prison, plus vrai que nature. On se retrouve à poser ses effets personnels sur le sol, à mettre ses mains sur la tête, étendre les mains pour montrer que l’on n’a rien gardé, ouvrir la bouche, soulever ses chaussures, etc. On finit enfermer à une dizaine dans une ancienne cellule d’accueil, où la lumière s’éteint. Heureusement, nous n’avons pas été séparés! Ensuite, notre « hôte » nous a parlé de l’histoire de la prison et des modalités de garde des détenus avant le passage devant le tribunal, mais avec un accent et un débit qui m’ont empêché d’en comprendre la moitié! Cette animation se fait malgré tout dans la bonne humeur et on arrive à rire des facéties du gardien si on dépasse le sentiment de crainte qu’il fait naître instantanément.


La cour de la prison


Le coeur de la prison


Les lieux de la détention provisoire


Photo de famille avec notre « hôte » apparu subrepticement sur la photo

 

Bientôt Noël à Santiago

Nous sommes arrivés au Chili, le 8 décembre, en passant la frontière terrestre de Patagonie en bus. Ce même 8 décembre, mes parents ont pris un vol El Calafate-Buenos Aires, avant de rentrer à Paris le lendemain. Nous nous sommes donc quittés après presque 3 semaines joyeuses passées ensemble.

J’ai pris un peu de retard dans le déroulé du blog car, à l’instant où j’écris, nous sommes à Santiago. Nous sommes passés auparavant en Patagonie argentine puis chilienne, et nous sommes remontés dans le nord du Chili pour visiter le désert d’Atacama. J’ai mis en ligne une page Chili qui présente notre programme. J’y reviendrai dans quelques jours. En attendant, il me reste à vous parler de la Patagonie et à fermer la page argentine.

Nous allons séjourner à Santiago jusqu’au 27 décembre. Ce sera la première fois depuis notre départ de Paris que nous resterons plus d’une semaine dans le même lieu. Cela va nous permettre de nous poser un peu, de rattraper un peu de retard dans le programme scolaire, de passer Noël dans une ville bien achalandée… Nous avons toujours 4 heures de décalage avec Paris. Il fait chaud. Plus de 30°C dans la journée! Normalement, nous allons avoir un temps sans un nuage jusqu’au 27/12. Les journées sont longues. Nous sommes réveillés tôt le matin par la lumière du jour. Et le soir, nous veillons tard du fait de la luminosité et de la chaleur. C’est étrange d’être aussi près de Noël, de voir des sapins, des décorations dans les vitrines, des guirlandes aux fenêtres des habitations, et d’avoir une température aussi chaude. C’est la première fois que cela nous arrive. Il manque le froid et la nuit, au décorum de Noël…

 

Montevideo en photos

Plaza Indepedencia

C’est la place principale de la ville, où se trouve le palais gouvernemental (bâtiment néo-classique ci-dessous), des administrations, des hôtels et d’importants immeubles de bureau. Au centre de la place, trône une statue équestre de José Gervasio Artigas, le héros de l’indépendance du pays (25 août 1825). Le grand bâtiment, devenu symbole de la ville, est le Palacio Salvo (95 m. de haut, construit dans les années 1920).

 

La comercial del Este

Etonnante sculpture, faite de bois, de coquillages, d’herbes, etc., située à l’entrée des bâtiments administratifs de la présidence, représentant la dernière diligence à faire la liaison entre l’est et l’ouest du pays, avant l’avènement du train (1910).

Sculpture interactive dans le même bâtiment…

 

Teatro Solis

 

La Ciudad Vieja

La porte d’entrée dans la vieille ville se trouve sur la Plaza Independencia.

Le hall of fame de Montevideo…

Fresques politiques

Fontaine de la Plaza Constitución

Cathédrale

La banque nationale

Plaza Zabala

 

Promenade bien ventée le long des Ramblas, au bord du Río de la Plata