Actualisation de notre itinéraire

Entre deux articles sur l’Australie, je vous informe que je viens d’actualiser la page itinéraire en fonction des dernières évolutions que je vous décris ci-dessous.

En premier lieu, nous avons décidé d’abandonner l’idée de passer par la Chine. Je le regrette car je n’aurai pas l’occasion de voir certaines personnes qui me sont chères. Je m’excuse auprès d’elles. L’obtention du visa chinois depuis un pays étranger reste compliqué et nous obligerait surtout à nous immobiliser un temps incertain dans l’attente de la décision. Nous avons préféré reporter ce voyage éventuel à une prochaine fois. En contrepartie, nous avons choisi de passer le temps rendu ainsi disponible à Taïwan, où il n’est pas demandé de viser pour un séjour touristique. Finalement, c’est assez logique dans notre parcours, puisque Taïwan se situe à mi-chemin entre le Vietnam et le Japon.

En second lieu, nous avons arrêté les conditions de notre voyage de retour en France. Pour nous éviter un vol direct entre Tokyo et Paris, nous avons opté pour une dizaine de jours dans deux capitales d’Europe de l’est, dans d’anciennes républiques soviétiques : Erevan, capitale de l’Arménie, et Tbilissi, capitale de la Géorgie. Nous avons ainsi réservé un premier vol Tokyo-Erevan (avec escale à Moscou), le 17 juin, un deuxième vol entre Erevan et Tbilissi (de seulement une 1/2 heure), le 23 juin, et enfin un ultime vol direct entre Tbilissi et Paris CDG, le 28 juin. Voilà, notre date de retour à Paris est désormais arrêtée! Cette combinaison de vols permet également d’optimiser le coût des billets pour notre retour en France.

Je publierai encore au moins une version 5 de l’itinéraire, car les itinéraires détaillés de nos séjours au Vietnam, à Taïwan et au Japon ne sont pas encore finalisés. Nous hésitons d’ailleurs sur la durée de nos séjours respectifs à Taïwan et au Japon, ce qui nous a amené à ne pas réserver le vol Taipei-Osaka, pour le moment.

 

Nouvelle actualisation de l’itinéraire

Vous trouverez ici une nouvelle actualisation de notre itinéraire. Il intègre les modifications opérées en cours de parcours (notamment ajout de l’Uruguay).

Pour la seconde partie du voyage, nous renonçons à revenir en transsibérien par la Russie. Les conditions d’obtention du visa russe hors de France semblent toujours aussi compliquées. En effet, il n’est normalement possible de demander un visa pour la Russie que depuis son pays d’origine. Si on fait la demande depuis un autre pays, il est nécessaire de démontrer que l’on dispose d’un droit de résidence supérieur à 90 jours, ce qui ne sera jamais le cas, dans les pays que nous traverserons d’ici là. Certains tourdumondistes parviennent malgré tout à obtenir le visa russe. Mais cela semble trop consommateur de temps et, de toute façon, aléatoire.

En conséquence, nous avons cherché une étape entre Tokyo et Paris pour passer quelques jours de repos avant de rentrer dans la capitale. La Finlande apparaît comme l’option la plus logique et celle qui nous permet d’obtenir des prix optimisés pour les billets d’avion.

L’autre modification concerne la date de retour. Selon cette nouvelle version, nous reviendrions sur Paris début juillet. Cet itinéraire doit encore être travaillé dans les semaines qui viennent pour affiner les détails du parcours en Asie.

 

Programme aux Etats-Unis

Le premier programme que j’avais imaginé pour les Etats-Unis était beaucoup trop ambitieux. Il nous amenait à faire trop de kilomètres et des étapes trop courtes. Voici la liste des choses auxquelles nous avons renoncé : Yellowstone (Wyoming) ; Chelly Canyon, Petrified forest, Painted Desert, Meteor Crater (Arizona) ; Yosemite (Californie). J’entends déjà les commentaires réprobateurs des personnes qui connaissent : « quel dommage! ». Mais voilà, il était nécessaire de faire des choix pour garder un rythme compatible avec le temps réservé pour les cours.

Voici maintenant la liste des choses que nous avons prévu de voir : Mount Rushmore et Rapid City, Crazy Horse Monument (Sud Dakota) ; Rocky Mountain National Park, Mesa Verde (Colorado) ; Arches National Park, Bryce Canyon, Zion Canyon (Utah) ; Monument Valley, Lake Powell (Utah/Arizona) ; Grand Canyon, Antelope Canyon (Arizona) ; Las Vegas (Nevada) ; Death Valley, Sequoia Park, San Francisco, Monterrey, Los Angeles (Californie).

En termes de logements, Airbnb n’est pas d’un grand secours dans les parcs. En revanche, on trouve de nombreux hôtels et motels offrant de bons rapports qualité/prix.

 

Programme pour le Canada

Le Canada sera le premier pays que nous visiterons durant notre tour du Monde. Nous atterrirons à Halifax le 31 juillet, comme le rappel le compte à rebours sur la page d’accueil du site. Après un passage par Charlottetown sur l’île du Prince Edouard, nous traverserons le Québec en longeant le Saint-Laurent depuis Rimouski jusqu’à Québec City puis Montréal. Nous arriverons ensuite à Ottawa puis finirons notre séjour par une semaine à Toronto.

La carte ci-dessous permet de visualiser le parcours et les étapes de notre périple. En cliquant sur chaque repère, vous avez le nom de la ville étape et les dates où nous y séjournerons.

 

Traversée du Pacifique en 3 étapes!

Une grande satisfaction aujourd’hui!

Après un nombre incalculable d’heures passées à scruter les comparateurs de vols et une tentative infructueuse de négocier en direct avec une compagnie aérienne, j’ai enfin trouvé une combinaison de billets abordables qui va nous permettre de traverser le Pacifique en faisant une première étape à l’Ile de Pâques et une seconde étape à Tahiti.

Cela va nous faire économiser plusieurs centaines d’euros sur les billets d’avions, plus de 6000 km parcourus et 2 tonnes de CO2 (5% du total pour le voyage) par rapport à l’itinéraire précédent qui prévoyait un aller-retour Santiago-Ile de Pâques, puis une traversée Santiago-Sydney.

Itinéraire modifié à suivre dans un prochain article…

 

Préparation 3 : l’itinéraire et le programme

C’est une des premières choses que l’on a envie de faire quand on entreprend un tour du Monde : la liste des pays visités et le trajet du voyage. Cela tombe bien car ces actions doivent être menées très tôt dans le projet car il est difficile de bâtir un budget en restant abstrait. En effet, le choix des pays a un impact direct sur les dépenses du voyage. Il conditionne les dépenses de transport entre les pays. Il conditionne surtout le budget à prévoir sur place, le coût de la vie étant très différent entre les pays les plus industrialisés et les pays moins développés. A ce sujet, notez que les variations de taux de change influent également sur les possibilités de voyage. Quand l’Euro monte, c’est le pouvoir d’achat hors zone Euro qui augmente. L’Euro fort est évidemment bon pour les voyageurs Européens!

Comme évoqué dans les premiers articles du blog, l’exercice n’est pas si simple qu’il n’y paraît. Il ne suffit pas de choisir les pays dont on rêve. Encore faut-il s’assurer que les conditions de sécurité sont acceptables, que l’enchaînement des pays est logique et que les conditions climatiques seront favorables.


Pour la sécurité, le mieux est de s’informer sur le site du Ministère des Affaires Etrangères : Conseils par pays. Les situations pouvant évoluer, il est recommandé de s’y référer régulièrement, notamment pendant le voyage. Le site aborde tous les angles de la sécurité : criminalité et délinquance, risques naturels, risques liés aux transports, risques sanitaires. Il fournit des conseils et des infos utiles. Il donne des éléments d’information détaillés par région. Un pays peut être très dangereux dans certaines régions et beaucoup plus sûr dans d’autres régions. Ci-dessous l’exemple de la carte du Mexique.

Carte Mexique Sécurité

Vous noterez, par exemple, qu’Acapulco est formellement déconseillée. Nous resterons, pour notre part dans la péninsule du Yucatán, à l’est du pays.


Pour le climat, le mieux est d’utiliser le planificateur de voyage qui donne instantanément les conditions attendues en fonction de la ville et de la période de l’année. Dans certains pays, les conditions sont en effet très différentes d’une région à l’autre. Une fois le trajet saisi dans sa globalité, il est très aisé de faire les ajustements nécessaires, en prolongeant ou raccourcissant certains séjours, en inversant certaines destinations, en supprimant ou ajoutant certaines étapes. Tout se met à jour automatiquement au fur et à mesure.

Ci-dessous figure un extrait du voyage que nous avons planifié. Le dégradé de couleurs va du vert foncé (temps le plus favorable) au rouge foncé (temps le plus défavorable).
Cet extrait me fait hésiter sur le maintien des étapes Singapour et Sud Cambodge qui semblent se situer à des périodes de fortes voire de très fortes pluies. En revanche, il confirme que nous serons aux bonnes périodes au Chili, en Australie, en Thaïlande, au Vietnam, en Chine.

Extrait climat


J’ai réalisé la construction du programme dans son ensemble par étapes successives pour préciser progressivement les détails. Si on veut bâtir un budget réaliste, il est nécessaire de savoir quels seront les moyens de transports qui seront utilisés d’un pays à l’autre et à l’intérieur d’un pays ou d’une ville, combien de temps on passera dans chaque endroit, dans quel type de logement on envisage de vivre, éventuellement quel budget on consacrera aux activités sur place (visites, sports, attractions…). Les personnes qui font un tour du Monde très « roots » peuvent passer beaucoup plus vite sur cette étape du projet. En revanche, si on recherche un peu plus de confort, si on est prêt à consacrer un peu plus d’argent aux visites, aux déplacements dans un pays, cela nécessite de travailler le programme pour être sûr que le budget est solide. La facture peut en effet monter très vite si on n’y prend pas garde.

Pour parvenir à un niveau de détail suffisant, il faut se renseigner un peu sur chaque pays qui figure sur la liste du parcours : identifier les zones d’intérêt ; évaluer le type et le coût des logements par ville, par région ; choisir les modes de transport et en évaluer les coûts ; évaluer le budget nourriture ; évaluer le budget sorties… J’ai décidé d’investir dans des guides en version électronique au format Kindle (moins coûteux que des versions papier et surtout transportables pendant le voyage). J’ai fait le choix des guides Lonely Planet car je suis habitué à l’organisation des rubriques et cela permet de gagner beaucoup de temps quand il s’agit de parcourir des guides pour une quinzaine de pays! J’ai dépensé 192 € pour acheter 10 guides (Québec, Ouest Canadien et Ontario, Ouest Américain, Mexique, Amérique du Sud Big Trips, Australie, Asie du Sud-Est, Chine, Japon, Transsibérien). J’ai fait cet investissement au mois 2, alors que le projet n’était pas complètement confirmé. Je n’ai pas hésité trop longtemps car la somme restait faible à l’échelle du projet et cette collecte d’informations était indispensable. Cette phase m’a paru intéressante mais aussi fastidieuse et longue. J’ai consacré quelques soirs et quelques week-end à parcourir ces guides! Dans mon planning, ce travail s’est étalé sur les mois 2 et 3.

Guides Lonely Planet


A l’heure où j’écris cet article, le programme est globalement bien défini. Mais beaucoup de choses restent encore incertaines et seront confirmées tout au long du voyage.

J’ai évoqué mes hésitations pour maintenir certaines étapes qui ne tombent pas aux meilleures périodes d’un point de vue climatique.

Je m’interroge également sur l’équilibre entre les temps consacrés aux voyages et ceux consacrés aux étapes. Les voyages en avion à l’intérieur d’un continent ou d’un pays sont parfois utiles pour gagner du temps de repos en se déplaçant plus rapidement. Mais ils ont un impact sur le budget et ils nous privent d’une partie du contact avec le pays.

Les conditions de sécurité peuvent évoluer au cours du voyage.

Enfin, il demeure une incertitude sur notre capacité à obtenir les visas pour la Chine et la Russie, hors de France, dans un délai compatible avec les étapes envisagées.

Si le programme pour les deux premiers mois de voyage commence à être bien défini, pour la suite cela se construira petit à petit…


sommaire des actions