Surat Thani

Surat Thani est une ville de 130.000 habitants (2009). Elle présente très peu d’attraits touristiques. J’avais tout de même repéré deux petits temples intéressants en centre ville.

Nous avons dormi 2 nuits à Surat Thani pour disposer d’une journée de repos complète entre le voyage en bus depuis Krabi et le train vers Hua Hin. Nous avions trouvé un hôtel en centre ville, que l’on pourrait qualifier de luxueux, à un prix très intéressant : 17,5€ la nuit pour une chambre double avec lit « queen size« . En arrivant à l’hôtel, nous avons eu le plaisir de constater que les deux chambres que nous avions réservées étaient accolées avec portes communicantes, ce qui faisaient comme une suite.

Hormis dans l’hôtel, nous avons croisé très peu de touristes et encore moins de touristes occidentaux. J’ai apprécié de me retrouver dans une ambiance moins artificielle qu’à Ao Nang et d’avoir le sentiment d’être dans une ville pas faite uniquement pour les touristes. Question alimentation, c’était en revanche un peu plus compliqué de trouver notre bonheur. Du coup, le midi nous mangions une bricole à la chambre et le soir nous allions au restaurant.

A Surat Thani, nous avons expérimenté l’application Grab, équivalente d’Uber. Elle fonctionnait remarquablement bien. Du coup, nous l’avons utilisée ensuite à Hua Hin, Bangkok et Chiang Mai. Il se passait très peu de temps entre le moment où nous commandions la course et le moment où le véhicule arrivait. Il est aisé de communiquer via l’application avec le chauffeur ayant accepté la course, car Grab fait une traduction en anglais depuis et vers la langue locale. Aller au restaurant nous coûtait moins de 5 euros pour 30 minutes de voiture. A Hua Hin, deux jours plus tard, nous avons constaté que même les tuk-tuk étaient plus chers que Grab.

 

Voyage de Krabi à Surat Thani en mini-bus

Après 10 jours passés dans la province de Krabi, nous rendîmes notre véhicule de location. Notre première étape pour aller à Bangkok, nous conduisit à Surat Thani, sur la côte est de la Thaïlande. C’est une ville de passage qui permet aux touristes de se rendre sur les îles du golfe de Thaïlande. Pour nous, il s’agissait également de faire une étape courte avant de prendre le train pour Hua Hin, notre seconde étape avant de rallier Bangkok.

Nous fîmes le voyage de 160 km en mini-bus avec la compagnie Krabi Sea Pearl. Nous avions réservé nos billets sur le site 12go.asia, très pratique pour tous les déplacements en train ou bus en Asie du sud-est. Le terminal de départ (en photo ci-dessous) était en fait une boutique où les voyageurs se retrouvaient avant de prendre leur mini-bus. Lorsque nous arrivâmes, nous étions seuls, mais très rapidement de nombreux « backpackers » de toutes nationalités nous rejoignirent. Les mini-bus arrivaient devant la boutique et annonçaient les destinations, puis laissaient la place aux suivants.

Ces mini-bus avaient peu de place pour les bagages. Avec nos 2 gros sacs et les 5 plus petits, nous étions un peu inquiets de devoir voyager dans des conditions difficiles, coincés entre nos bagages. Finalement, nous n’eûmes pas de problème car nous voyageâmes seuls avec un autre couple de français dans un mini-bus pouvant accueillir une douzaine de personnes.

Le voyage se déroula bien : partis à l’heure, arrivés à l’heure et sans imprévu.

 

2019-02-22 - Surat Thani-1

 

Budai, le moine rieur

 

J’ai pris cette photo dans l’un des temples du Tiger Temple. Nous appelons parfois buddha, ce personnage aux formes rebondies. C’est un tort car il n’a rien à voir avec le buddha historique. Ce moine rieur est une figure emblématique dans la culture chinoise et dans d’autres cultures asiatiques. Il est symbole de prospérité et de bonheur. Nommé Budai (ou Hotei en japonais), ce personnage correspondrait à un moine bouddhiste ayant vécu dans le Zhejiang, en Chine, au Xème siècle.

 

Photos du Tiger Temple, Krabi

Chédis ou stupas sur le chemin de l’ascension.

Un stupa est une représentation aniconique (non figurative) du bouddha historique et un monument qui commémore sa mort, son accession au parinirvana.

 


Buddha au sommet du Tiger Temple

Le Buddha est assis, main droite dans la main gauche ; c’est le mudrā de la méditation. Celui-ci mesure une vingtaine de mètres de haut.

 


Buddhas au sommet du Tiger Temple

Les doigts de la main droite du buddha de gauche forment un cercle, c’est le mudrā de l’argumentation ; celui du centre a sa main droite posée sur la jambe les doigts vers le sol, c’est le mudrā de la prise de terre à témoin (où vainqueur des forces du mal).

 


Divinité à tête d’éléphant, couverte d’offrandes

Le bouddhisme s’est réapproprié une partie de l’iconographie hindouiste. Cette statue évoque Ganesh.

 


Paysages de Krabi

 


Macaques

Rencontrer des singes est devenue une habitude depuis les grottes de Batu à Kuala Lumpur.

 


Buddhas, dans la partie basse du sanctuaire, mudrā de l’argumentation

 


Buddha

Buddha avec les doigts des deux mains jointes formant deux cercles ; c’est le mudrā de la mise en marche de la roue de la loi (dharma).

 


Statues qui accueillent les visiteurs au pied de l’escalier de 1260 marches.

 


Temple en forme de pagode qui atteste de l’influence chinoise.

 


Fontaine

 


Le tigre sacré, couvert d’offrandes

 

 

Nous avons gravi les 1260 marches du Tiger Temple et succombé à la tentation du massage

Le Wat Tham Seua ou Tiger Temple est un sanctuaire bouddhiste, fondé en 1975, qui se trouve un peu au nord de Krabi. Il regroupe différents temples. L’un d’entre eux se situe en haut d’une montagne à 278 m d’altitude. Pour y accéder, il faut gravir 1260 marches dont certaines font plus de 30 cm de haut. L’ascension est rendue particulièrement difficile par la chaleur. Aussi, il est préférable de venir le matin avant 9h00, lorsque le thermomètre est encore sous les 30°C, ce que nous avons fait.

Il nous a fallu environ 45 minutes pour effectuer l’ascension.

En haut de la montagne, on découvre un grand bouddha doré assis dans la position du lotus ainsi que d’autres statues plus petites. On voit également la statue d’une divinité à forme d’éléphant, couverte d’offrandes, rappelant le dieu hindou, Ganesh.

L’arrivée au sommet permet aussi de jouir d’une vue à 360° sur la région de Krabi, parsemée de pics rocheux semblables à ceux que l’on voit sur la mer.

La descente est plus facile pour le souffle, mais les 1260 chocs encaissés par les jambes font qu’elles tremblent en arrivant en bas de la montagne. Sur la dernière partie de notre descente, nous avons de nouveau croisé une colonie de singes. Ils venaient d’arracher un sac plastique contenant des chips à une touriste chinoise, quand nous sommes passés.

Dans la partie basse du sanctuaire, de nombreuses statues dorées jalonnent le chemin. Une grotte abrite la statue du tigre sacré, qui a donné son nom au sanctuaire.

Pour nous consoler des efforts consentis la matin, l’après-midi, nous sommes allés nous faire masser. Les massages ne sont pas chers : 250 baht (environ 7€) pour 1 heure. J’ai choisi le massage thaïlandais traditionnel, tonique mais incomparable pour délier les muscles. Elise et les filles ont fait un massage détente, pieds et épaules.