10 jours à Bora-Bora

Je ne sais pas pourquoi. J’avais imaginé que Bora-Bora était uniquement un lagon avec une île réduite à sa plus simple expression et dédiée exclusivement au tourisme. Aussi, j’ai été surpris de découvrir une île avec des montagnes (le sommet de l’île, le mont Otemanu, culmine à 727 m), une végétation luxuriante (certains arbres auraient inspiré James Cameron pour le film Avatar), une histoire (l’île a notamment servi de base militaire à l’armée américaine durant la seconde guerre mondiale), une identité culturelle forte et finalement une vraie vie avec une population locale qui dépasse les 10 000 habitants.

Nous avons logé dans une location, ce qui nous a permis d’être davantage en contact avec la population que si nous avions été dans un hôtel. La maison était grande avec une très belle vue sur le lagon. Nos hôtes, Mita et Angèle et leur fille, ont été charmants. Ils nous ont donné de nombreux conseils sur l’île. Et Mita nous a accompagnés en bateau près de la barrière de corail, ce qui restera un grand moment de notre séjour. Il nous a offert du thon qu’il avait pêché. Nous cueillions tous les jours plus de mangues sur les arbres fruitiers du jardin que nous n’étions en mesure d’en manger. Je n’avais jamais mangé de mangues aussi goûteuses et sucrées! Nous avions notre ponton privé qui nous permettait tous les jours de plonger dans le lagon avec masques et tubas.

Tout était réuni pour passer 10 jours inoubliables. Un seul détail a empêché que le tout soit parfait : le temps. Nous savions que ce n’était pas la meilleure période. Et d’une certaine manière, nous avons eu la chance de ne pas avoir à subir un typhon. L’île n’en n’a pas connu depuis 5 ans alors qu’il semblerait qu’auparavant elle essuyait le passage d’un typhon annuellement. Les habitants s’attendent à ce que le prochain soit très puissant. Nous n’avons pas subi de typhon, nos deux premiers jours ont été magnifiques, mais le reste de la semaine a été très pluvieux. Heureusement, il ne pleuvait pas à longueur de journée et nous profitions des accalmies pour plonger dans l’eau. Malgré tout, la fête n’a pas été complète. En particulier, une excursion que nous avions prévu de faire pour découvrir le lagon et ses merveilles sous-marines a dû être annulée à cause d’un orage trop violent.

Malgré un temps pluvieux dans l’ensemble, nous avons adoré l’île.

Alice nageait pour la première fois avec masque et tuba. Elle a appris vite, ce qui nous a permis de sortir quotidiennement pour admirer les poissons qui nagent autour des coraux. Nous allions assez loin dans le lagon. Je tenais la main à Alice en nageant. Plusieurs fois, nous avons vu passer des raies mantas quelques mètres en-dessous de nous.

Emma et moi avons fait une sortie en kayak. Nous avons traversé le lagon pour nous rendre d’Anau au motu (petite île) qui se trouve en face. Le vent a rendu l’aller-retour d’environ 3 km assez ardu. Mais nous avons pris beaucoup de plaisir a pagayé dans le lagon.

Comme je le disais plus haut, l’un des grands moments restera pour moi, le jour où nous avons nagé avec Mita à proximité des coraux de la barrière de Bora-Bora. Ici l’eau est si cristalline que le champ de vision s’étend à plusieurs dizaines de mètres sur 360° ; et partout des coraux colorés et des poissons multicolores. Au moment de rentrer avec le bateau de Mita, un orage venait de l’île. Mita a rapproché le bateau du motu voisin et nous nous sommes tous mis dans l’eau qui étaient chaudes en comparaison de la pluie de l’orage. Nous avons passé ainsi un quart d’heure à discuter dans l’eau tandis que la pluie de l’orage nous tombait dessus. Je n’oublierai pas ce moment magique. Ensuite, Mita a préparé quelques bénitiers qu’il avait pêchés avec un peu de citron. Emma et moi avons goûté. Nous n’avons pas adoré. J’ai trouvé ces coquillages un peu trop caoutchouteux. Mais manger ainsi ce que Mita venait de pêcher était sympa. Alors qu’il jetait les restes dans l’eau, une raie manta s’est approché de nous.

Nous avons fait plusieurs visites de l’île avec la petite Fiat Panda que nous avions louée, en empruntant la seule route qui fait le tour de l’île (1 heure pour un tour complet). Partout, les paysages sont magnifiques, avec d’un côté les montages du centre de l’île et de l’autre le lagon. A certains endroits, la route, bordée de cocotiers, passe à quelques mètres de l’eau…

 

Un commentaire sur « 10 jours à Bora-Bora »

  1. Dommage pour le temps mais mieux vaut cela que le typhon.
    Pas étonnée pour l’apprentissage d’Alice, elle nage tellement bien.
    C’est formidable de faire d’aussi belles rencontres.
    Encore un beau récit.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s