Angkor Vat, noir et blanc

Lorsqu’on pénètre dans le temple, l’enchevêtrement de colonnes, de cours, de motifs décoratifs muraux, de bois et de pierre, les rayons du soleil qui tantôt pénètrent entre les structures tantôt s’évanouissent derrière les éléments architecturaux, les escaliers, les paliers, les changements de niveau, plongent le visiteur dans un état de fascination qui le conduit à se perdre entre pénombre et lumière et l’invite à la méditation.


Angkor Vat, photos

Edifice à l’entrée ouest d’Angkor Vat


Bibliothèques nord et sud, entre l’entrée ouest et le temple montagne


Angkor Vat, accès ouest par la terrasse d’honneur


Accès est


L’une des premières cours à l’ouest du temple


Bibliothèque nord, entre la première et la deuxième enceinte du temple


Escalier entre la première et la deuxième enceinte


Temple montagne, vu depuis l’extérieur de la deuxième enceinte


Cour dans la deuxième enceinte, vue depuis l’intérieur du temple


Prasats du temple montagne


Cour à l’intérieur de la troisième enceinte, au sommet du temple

 

Angkor Vat

Dédié initialement au dieu hindou Vishnou, consacré au bouddhisme par la suite, le temple d’Angkor Vat fut construit au début du XIIème siècle. Il est le seul temple à être demeuré un lieu de culte à travers les siècles. Il est devenu le symbole du Cambodge et est apparu sur le drapeau cambodgien dès 1863, à l’époque du protectorat français.

Le temple est entouré de douves externes et d’un mur d’enceinte.  Les douves forment approximativement un rectangle de 1,5 km sur 1,3 km et sont d’une largeur d’environ 170 m. L’accès principal se situe à l’ouest. Un édifice en forme de galerie de plus de 200 m de façade accueille les visiteurs. Une fois ce bâtiment traversé, on découvre une immense étendue découverte avec plusieurs bâtiments rectangulaires et deux bassins placés devant le temple montagne, situé en son centre. Le temple à proprement parlé est lui-même entouré de 3 galeries de forme rectangulaire. La galerie externe dessine un rectangle de 200 m sur 170 m. Cette architecture dessine une progressivité par le franchissement de plusieurs enceintes et cours, et par l’ascension progressive vers le lieu le plus sacré du temple.

Le temple possède des bas-reliefs finement décorés et aux dimensions gigantesques, représentant notamment des victoires des khmers sur leurs voisins chams.

Lorsque nous visitâmes le temple, la lumière était irréelle. Les rayons du soleil pénétraient difficilement la brume qui entourait le site et baignait les structures d’une lumière chaude et diffuse. L’émotion que je ressentis en découvrant Angkor Vat fut comparable à celle que j’avais ressentie quelques mois plus tôt au Macchu Picchu ou devant les étendues de l’ouest américain. Il est difficile d’expliquer un tel sentiment et d’en comprendre son origine. Mais l’émotion était tellement forte que j’en avais les larmes aux yeux.

Le temple présente une architecture simple en apparence qui répète des motifs récurrents. Comme c’est la tradition en Asie, les seuils des portes sont surélevés et ferment les cadres des portes qui semblent des accès magiques à de nouveaux espaces. Ces portes précisément et les colonnes dessinent des lignes de fuite qui semblent converger au bout des longues galeries externes qui entourent le temple. Les matériaux sombres sont patinés par le temps mais conservent une majesté mystérieuse. Lorsqu’on pénètre dans le temple, l’enchevêtrement de colonnes, de cours, de motifs décoratifs muraux, de bois et de pierre, les rayons du soleil qui tantôt pénètrent entre les structures tantôt s’évanouissent derrière les éléments architecturaux, les escaliers, les paliers, les changements de niveau, plongent le visiteur dans un état de fascination qui le conduit à se perdre entre pénombre et lumière et l’invite à la méditation.

Nous avons eu la chance de visiter Angkor Vat à une heure où le nombre de touristes était encore relativement faible, ce qui facilite la rêverie et la contemplation. J’imagine que quand les groupes s’amoncellent et se bousculent pour faire des selfies, la magie du lieu s’altère.

 

Autour des temples d’Angkor

Toute la vie de la région de Siem Reap semble tourner autour des temples d’Angkor.

Certaines familles ont élu domicile dans des baraquements de fortune à proximité des sites archéologiques. Les parents sont parfois revêtus d’une chemise bleue qui laissent à penser qu’ils assurent une fonction de gardiennage, formant un maillage fin utile pour préserver les temples du pillage. Les enfants jouent dans les ruines et sont souvent éloignés de la surveillance directe des parents. On rencontre de nombreux vendeurs de souvenirs qui s’accrochent un peu aux touristes qui passent pour leur vendre leurs produits. Des groupes de musiciens, parmi lesquels figurent souvent des handicapés, jouent de la musique traditionnelle.

On croise quelques éléphants qui promènent des touristes. On aperçoit de très grande colonie de singes, des troupeaux de buffles…

Evidemment, il y a aussi de nombreux touristes. Nous redoutions un peu de souffrir de la trop forte affluence sur les sites les plus visités. Mais finalement, en se levant tôt et en visitant les temples les plus courus avant 9h00, nous sommes parvenus à ne pas ressentir le désagrément d’une foule trop dense, même sur les sites les plus visités.