Etrange troupe

Nous avons croisé cette étrange troupe, au sortir du musée des vieilles fermes. Les hommes qui la composaient avaient une attitude martiale, mais étaient tellement désynchronisés dans leurs mouvements que cela en était comique. Certains avaient les cheveux longs et même très longs. D’autres étaient bedonnants ou âgés. L’un d’entre eux portait d’étranges lunettes de soleil. J’étais évidemment incapable de déchiffrer ce qui était écrit sur leurs uniformes. Etait-ce des soldats de réserve? des pompiers amateurs? une reconstitution historique? Je l’ignore. Si quelqu’un a une idée, je suis preneur de connaître la clé de ce mystère.

 

Musée des vieilles fermes à Osaka

Ce musée grandeur nature est installé dans le parc Hattori Ryokuchi, au nord d’Osaka. Il rassemble 12 vieilles fermes authentiques provenant des différentes régions rurales du Japon, construites durant la période Edo (entre les XVIIème et XIXème siècles). Ces fermes ont été démontées puis remontées. Les décors, meubles et outils qu’elles contiennent sont tous d’origine.

Je ne résiste pas à l’envie de reproduire ici un extrait du texte qui est remis aux visiteurs dans un français impeccable :

« Nous espérons que votre visite vous plongera dans une époque lointaine où l’on vivait dans l’abondance et jouissait des bienfaits de la nature et de l’environnement. Cette sagesse a traversé les âges en silence pour nous livrer aujourd’hui ce précieux témoignage ».

Peu de choses à ajouter, si ce n’est que tout est agencé avec une méticulosité qui confine à la perfection comme souvent au Japon.


Ferme de Shiiba, Miyazaki


Ferme de Akiyama, Nagano


Ferme de Totsukawa, Nara


Ferme de Tsuruga, Fukui


Chashitsu de Kitakawachi, Osaka (pièce pour la cérémonie du thé)


Magariya de Nambu, Iwate (ferme en forme de L combinant habitat et étable)


Théâtre rural de Kabuki de Shodoshima, Kagawa


Moulin à vent de Sakai, Osaka


Takakura d’Amami-Oshima, Kagoshima (grenier surélevé)


Ferme de Settsu-Nose, Osaka


Ferme de Shirakawa, Gifu

 

Ohatsu Tenjin, sanctuaire de l’amour où Alice se blessa au front

Ohatsu Tenjin est un petit sanctuaire, édifié il y a 1300 ans, aujourd’hui dissimulé entre de grands immeubles du quartier d’Umeda. La légende raconte qu’il a été bâti sur le lieu où les amants maudits, Ohatsu et Tokubei, se suicidèrent. Ohatsu était une prostituée et Tokubei un apprenti commerçant. Ils préférèrent la mort à la séparation. Cette histoire, immortalisée par le théâtre japonais, rappelle d’autres grandes histoires d’amour. On pense à Tristant et Iseult ou à Roméo et Juliette. Le temple est le théâtre d’une intense activité. On imagine les amants venir consacrés leur amour naissant et les amoureux non encore déclarés faire le voeu que leur amour sera un jour accueilli avec émotion. Une petite partie du temple est également consacré à l’amour filial et on y observe les voeux accrochés pour une nouvelle naissance.

Ce jour-là, Alice qui s’amusait à passer sa tête dans les panneaux prévus à cet effet, finit par se coincer la tête dans un trou trop petit! En voulant ressortir la tête d’un mouvement brusque, elle s’écorcha le front. Elle aurait pu se faire très mal. Heureusement, elle n’a eu qu’une égratignure. Etrangement, la marque laissée par la blessure avait la forme d’un






Alice, le jour même (à gauche) et le lendemain (à droite)

 

Umeda, Osaka

Umeda est le quartier d’affaire d’Osaka. L’un des bâtiments les plus emblématiques est l’Umeda Sky building, immeuble achevé en 1993, culminant à 170 m, constitué de deux tours reliées par une plateforme. Il ressemble fortement à l’Arche de la Défense. On accède à la plateforme d’observations par des escalators extérieurs reliant les deux tours.


Bâtiment, fontaine et sculpture moderne du quartier d’Umeda


Umeda Sky building vu du sol ; un cercle et des angles droits…


Sommet de l’Umeda Sky building


Cadenas en formes de coeurs. Notez toute la rigueur et la discipline japonaises dans l’alignement des coeurs. Les seuls coeurs qui sont positionnés différemment proviennent d’étrangers.


Osaka vu de l’Umeda Sky building

 

Tramway d’Osaka

Pour nous rendre sur le site de Sumiyoshi Taisha, plus éloigné du centre ville, nous avons emprunté le tramway. Le paiement du ticket se fait à l’intérieur du tramway et en descendant. Il est nécessaire d’avoir l’appoint. Heureusement, une machine faisant la monnaie est disponible à l’intérieur du tramway. Lorsque nous l’avons emprunté pour la première fois, nous n’avions pas compris qu’il fallait payer en descendant et nous n’avions pas compris non plus que la machine servait à faire de la monnaie. Plus nous mettions de l’argent dans la machine, plus elle nous rendait de l’argent. Je me suis tourné vers la personne la plus proche de nous dans le tramway pour essayer de comprendre ce qui se passait. Elle ne parlait pas anglais. Mais elle a quand même réussi à nous faire comprendre notre méprise. Ca nous a voulu à tous les quatre, un bon moment de rigolade…

 

Quelques photos prises dans le métro d’Osaka

Le métro d’Osaka a été inauguré en 1933. Il rappelle le métro parisien par ses décors parfois un peu désuets. Il compte aujourd’hui 9 lignes qui constituent un bon maillage de la ville. C’est un moyen de transports pratique, utilisé par toutes les catégories de la population. On rencontre d’ailleurs beaucoup d’hommes en costume et de femmes en tailleurs. Nous avons constaté que de nombreuses personnes s’assoupissaient dans le métro. Est-ce le signe d’un trop plein de travail?