Nous avons marché dans le lit de la Virgin River à Zion

Après Monument Valley, le Grand Canyon et Bryce Canyon, notre capacité d’émerveillement s’est probablement un peu émoussé. Aussi Zion Canyon nous a presque paru banal de prime abord. Je pense que c’est injuste car les paysages sont magnifiques. J’avais prévu de faire une petite randonnée tranquille dans la partie la plus étroite du canyon, à l’endroit où les falaises sont si proches que les rayons du soleil n’y pénètrent que difficilement. Cette partie du canyon est baptisée les Narrows. Je me disais que voir un canyon depuis la rivière serait une nouvelle expérience. Je n’avais pas très bien préparé la randonnée. Et c’est à l’intérieur du parc, dans la navette qui nous emmenait au lieu choisi, que j’ai découvert que la randonnée que je comptais faire pouvait être éprouvante et même dangereuse. Le dépliant précisait qu’il était fortement recommandé de se munir d’un bâton pour pouvoir traverser la rivière à plusieurs reprises. Or nous n’en avions pas. Il était également indiqué qu’il fallait vérifier les conditions météo car le canyon peut être impraticable et même devenir mortel en cas de crues éclairs. En lisant tout ceci, je me disais que nous nous contenterions d’aller jusqu’à la limite des Narrows.

Je pensais qu’il ferait frais. En réalité, il faisait très chaud ce jour-là. Nous avons commencé notre promenade entre les falaises rouges de Zion en longeant la Virgin River et jusqu’à arriver à l’entrée des Narrows. Et là, nous observâmes les randonneurs qui traversaient la rivière avec leurs bâtons de toutes formes : bâtons de marche nordique, grand bâtons droit en bois ou bâtons tordus et noueux. La traversée de la rivière semblait compliquée. Nous nous apprêtions à faire demi-tour quand Alice nous demanda si nous pouvions traverser aussi. Elle insista un peu et je commençais à me résoudre à son idée. Elise et Emma étaient également d’accord pour traverser. Et coup de chance, deux personnes, qui revenaient, jetèrent leurs grands bâtons tordus contre la paroi rocheuse. A cet endroit, se trouvaient d’autres bâtons similaires. Nous nous décidâmes ainsi à prendre ces bâtons et à nous lancer dans la traversée de la rivière. L’eau était très froide en dépit de la chaleur de l’air. Le fond de l’eau était irrégulier avec des galets, des passages sablonneux, des trous. Le courant était assez violent et nous eûmes rapidement de l’eau jusqu’au mollet. Evidemment, pour Alice c’était pire. En quelques minutes, la traversée fut faite sans encombre. J’étais particulièrement prudent car je ne voulais courir aucun risque avec mon appareil photo. Nous reprîmes notre chemin sur la berge opposée, pensant que nous avions fait le plus dur. En fait, nous marchâmes très peu au sec. Une nouvelle traversée s’annonça, beaucoup plus longue cette fois. L’eau était  plus profonde et le courant plus fort. Mais nous nous habituions à la température de l’eau. Elise et moi avions désormais de l’eau au-dessus du genou. Nous continuâmes ainsi pendant plusieurs centaines de mètres. Plus nous avancions, plus les berges se faisaient étroites et courtes. A la fin, nous ne faisions que marcher dans le lit de la rivière. Nous nous résolûmes à faire demi-tour. Après être revenus à l’entrée des Narrows et avoir traversé une dernière fois la rivière, nous remîmes les bâtons à l’endroit où nous les avions trouvés. Nos chaussures étaient non seulement trempées mais pleines de sables.

Cette randonnée, qui devait être une ballade reposante, se transforma en une épreuve physique inattendue. Mais que de souvenirs…

 

Les falaises rouges de Zion et la Virgin River, très limoneuse

 

 

L’entrée des Narrows

 

 

Première traversée, nous pensions avoir fait le plus difficile

 

 

Au coeur de la Virgin River

 

 

4 commentaires sur « Nous avons marché dans le lit de la Virgin River à Zion »

  1. Bravo, j’admire le courage des filles qui vous suivent partout, même dans des conditions difficiles pour elles. Que de souvenirs en perspective ! Et les photos toujours aussi belles.
    Bisous
    Jacques

  2. C’est un très bon souvenir pour nous aussi mais il n’y avait pas trop de courant quand nous l’avons fait donc ça devait être moins difficile

  3. Beau récit ! Vous m’avez fait sourire Philippe quand vous parlez de votre appareil photo ! Vous avez eu peur pour LUI.. ..pas pour vos baroudeuses ?! 😁 attention à vous, il reste 10 mois de voyage.

    On attend toujours que les filles nous écrivent ! Ça leur ferait un exercice de rédaction et on ne regarderait pas les fautes, c’est leur ressenti quî nous intéresse !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s